Pseudo City Index du Forum
Pseudo City: Chapitre 2 - Dégats collatéraux
 
Pseudo City Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Le savoir ne se trouve pas toujours dans un bon livre.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Pseudo City Index du Forum -> Quartiers nord -> Bibliothèque
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Roxanne Valay
Haughter

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2013
Messages: 44
Localisation: Petit bar chez les verts
Féminin
Point(s) de réputation: 38

MessagePosté le: Jeu 1 Aoû 2013 - 10:07    Sujet du message: Le savoir ne se trouve pas toujours dans un bon livre. Répondre en citant

Ça y est. Ils ont réussi à arriver au nord sans que Roxanne ne tombe dans les pommes. Et pourtant, ses jambes sont encore flageolantes. Manque d'alimentation peut-être? Pourtant le sandwich aurait dû la caler. Non, elle sait ce qui ne va pas. C'est le trop plein d'émotion dans le peu d'heures qui comptent son arrivée à Pseudo-City. Elle ne se souvient pas avoir parlé à tant d'inconnus dans la même journée depuis au moins sa rentrée scolaire en petite section.


Julian tout d'abord. Celui qui a l’extrême obligeance de lui tenir encore le bras, sans doute conscient
de la fragilité physique de la gamine sur le moment. Puis un jeune homme qui l'a accosté alors que le brainstormer était parti à la recherche du barman. Ce jeune a failli la faire pleurer tant il l'a surpris par ses questions impolies. « J'te connais pas, tu viens d'où ? Tu comptes rester longtemps ? Tu as une chambre ici ? Sinon je te prête la mienne... » Ironique ? Sincère ? Juste poli ? Aucune idée. Roxanne ne retient qu'un fait : Elle n'a jamais réussi à articuler la moindre réponse, et au final, le garçon est parti comme s'il ne lui avait jamais adressé la parole. Elle était donc restée plantée là, attendant le retour de son ange gardien en se mordant la lèvre au sang pour ne pas laisser couler les larmes qui inondaient ses yeux.


Puis Julian est arrivé, accompagné d'un gros costaud d'au moins 22 ans. Un torchon en main, le verbe haut et le regard tranchant. Ils ont discuté mais la gamine n'a pas retenu la moitié de la conversation tellement elle avait peur. Elle n'a réussi qu'à répondre à Julian lorsqu'il lui demandait si elle serait capable de tenir le rôle, si elle voulait bien travailler aux horaires fixées par le patron, si elle était suffisamment perspicace pour faire la différence entre un gin et une bière pression... Une famille d'alcoolique, ça aide au moins dans ce domaine. Ouf !
L'affaire semblait conclue. Elle viendra travailler dans ce bar selon un planning qu'on lui donnera, et en échange, elle pourra loger dans la chambre tout en haut, au 3ième étage, et aura une petite rémunération, juste assez pour avoir de quoi manger. Pour le reste, elle devra se débrouiller. C'est pas bien grand, son logement, à ce qu'il parait, mais ça lui suffira. Non, elle a refusé de le visiter maintenant. Elle aura bien le temps de découvrir son petit lit miteux un peu plus tard. De toutes façons, elle commence à travailler demain, donc rien ne presse. Sur l'instant, elle gardait seulement en tête l'invitation de Julian de lui faire visiter la bibliothèque, et elle s'en languissait.


Ils avaient donc continué, et bras dessus - bras dessous pour éviter les nouvelles chutes de la maladroite, les deux jeunes étaient enfin arrivés devant la Bibliothèque.




Roxanne détaille maintenant le bâtiment avec attention. Il dégage une aura au moins aussi impressionnante pour elle que le lieu de culte qui l'a attirée. Elle aime déjà ce lieu, elle le sait. Malgré ça, elle n'est même pas sûre de retrouver un jour la route jusqu'ici. Et puis lorsqu'elle se séparera de Julian, ce n'est pas sûr qu'elle décide de faire plus de trois pas autour du lieu précis où il l'aura laissée. Pourvu qu'il la redépose au bar...


Il parle. Elle est persuadée qu'il parle car, elle l'a remarquée, Julian parle beaucoup. Il fait de longues phrases, bien construites, bien prononcées, qui sont certainement très intéressantes, mais elle ne l'écoute pas. Peut-être un jour réussira-t-elle à se concentrer parfaitement quand il s'adresse à elle. Pour l'instant, le trop plein d'informations se bousculant dans son esprit l'empêche de faire bien attention à ce qu'il dit. Alors, le coupe-t-elle quand elle parle ? Ou bien sa phrase est bien placée ? Qu'en sait-elle. Elle n'hésite toutefois pas, dans un élan d'espoir, à demander joyeusement :


« C'est la bibliothèque ? Roxanne va pouvoir y trouver beaucoup de livres ? »


Déjà elle se fait plus audacieuse et lui tire un peu le bras pour lui faire accélérer le pas vers ce lieu qui la captive déjà. Julian a tout à lui faire découvrir, à lu montrer. Il a sans doute aussi de nombreuses choses à lui apprendre, mais plus tard... Une fois à l'abri des solides murs renfermant le Savoir. Le savoir sur des feuilles de papier.  
_________________


Dernière édition par Roxanne Valay le Mer 14 Aoû 2013 - 16:43; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 1 Aoû 2013 - 10:07    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Julian Hawksbury
Chef des Brainstormers [Admin]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2009
Messages: 1 377
Masculin
Point(s) de réputation: 870

MessagePosté le: Ven 2 Aoû 2013 - 22:22    Sujet du message: Le savoir ne se trouve pas toujours dans un bon livre. Répondre en citant

Peu après être entré dans le petit bar, Julian était allé trouver le patron de l'établissement. Il le connaissait un peu, ayant bavardé à quelques reprises avec lui lors de soirées décontractées où il avait eu envie de sortir dans un endroit dans lequel il pouvait être tranquille et ne pas se faire appeler de tous les côtés par toutes les personnes désespérées et ayant besoin d'aide. Il avait trouvé dans ce bar une sorte de sérénité et s'y sentait bien. Le patron évitait soigneusement que l'on vienne accoster le jeune homme sans un motif valable, c'en était presque devenu un garde du corps. Pour le remercier, il lui avait indiqué qu'il essaierait de lui trouver du personnel compétent pour palier à l'augmentation du public dans son établissement, qui se faisait gentiment un petit nom dans le coin. On y buvait bien, on y mangeait bien également, alors pourquoi ne pas donner un petit coup de pouce de temps en temps ? Aujourd'hui, il était en effet arrivé avec cette jeune femme un peu réservée. Le patron l'avait regardée depuis loin pour l'évaluer grossièrement et avait hoché de la tête. Elle pourrait sans doute se montrer d'une certaine utilité. De toute manière, il n'en était pas à cracher sur du personnel avec la recrudescence de monde. Si elle se montrait assidue et performante, il avait tout à y gagner.

Après lui avoir décrit la situation, Julian avait conclu avec le patron une sorte de contrat pour l'engager et lui donner une paie qui lu permettrait au moins de subsister, dans un premier temps, ainsi qu'un appartement de fonction en-dessus du bar. Ce n'était pas très luxueux, mais ce serait mieux que rien. Le chef de clan savait qu'il ne pouvait pas tout exiger pour la première venue dont il ignorait encore les compétences. En même temps, gagner un peu d'argent, être à l'abri et se sentir utile l'aiderait à se relever psychologiquement, il n'en doutait pas. Pas besoin d'une paie mirobolante, cela ne ferait qu'attirer des ennuis. Il rejoignirent ensuite la jeune femme pour lui expliquer à quelle sauce elle serait mangée, puis ils partirent en direction de la bibliothèque. A peine sortis du bar, le Brainstormer eut un petit sourire et indiqua à la jeune femme qui avait désormais accepté de lui tenir le bras:
- Vous verrez, ça se passera bien ici. Ce n'est pas le grand luxe, mais vous serez entre de bonnes mains. Le tenancier n'a pas l'air commode et peut être impressionnant, mais je peux vous assurer qu'il n'est pas méchant et qu'il vous traitera très bien.

Durant le voyage, Julian tentait d'expliquer quelques rudiments de la ville à la jeune femme, mais avait remarqué qu'elle était repartie dans ses songes. Il savait ce que c'était de se trouver mieux dans son propre petit monde intérieur que de vivre avec les autres. Il comprenait cette sensation et la respectait tout à fait. Ainsi, il cessa de parler et ils continuèrent à avancer jusqu'à la bibliothèque. Lorsqu'ils y arrivèrent, la jeune femme retrouva sa langue et demanda avec insistance si c'était là qu'elle pourrait trouver des livres. Avant qu'il n'ait pu acquiescer proprement, ce fut à son tour de tirer. Ne voulant pas réfréner ses envies, ils entrèrent dans le bâtiment et se faufilèrent dans les allées. Si le bâtiment n'était pas d'un volume très grand, on y trouvait néanmoins quelques miliers de livres, la plupart volés à Mighan, certes, mais ils avaient le mérite de figurer au registre de Pseudo City. On ne pouvait décidément pas priver les jeunes d'une bonne lecture en plus de les priver de leur jeunesse, n'est-ce pas ?

Ils firent encore quelques pas puis s'arrêtèrent devant une petite étagère comportant quelques livres. Julian expliqua leur arrêt.
- Vous trouverez beaucoup de livres ici, sur beaucoup de sujets. De quoi étancher votre soif de connaissance un moment. Si vous deviez arriver à tous les lire, j'en ai encore chez moi au cas où, vous pourrez venir m'en emprunter, avec plaisir. Cela dit, la petite étagère en face contient des livres un peu spéciaux...

Julian attrapa l'un des livres à la couverture assez pauvre et peu soignée. Il tourna le livre et le présenta à la jeune femme, lisant son titre et concluant avec un petit rire amusé:
- "Les bases de Pseudo City". C'est un livre fait ici-même par un Brainstormer. J'y ai contribué et je pense, sans vouloir vous l'imposer d'une quelconque façon, qu'il pourrait vous aider à trouver des réponses à vos questions sur la ville. Y est décrit le fonctionnement de la ville, les clans, sa courte histoire... Mais vous n'y trouverez pas de louanges, je vous rassure.

Puis il lâcha le bras de la jeune femme et lui proposa:
- Allez jeter un coup d'oeil aux environs, je suis sûr que vous trouverez des ouvrages qui vous plairons. Ne vous gênez pas, vous êtes ici une citoyenne de Pseudo City et vous avez le droit au savoir. Ne laissez personne vous dire le contraire. Partez découvrir, je ne suis pas bien loin.
Revenir en haut
Roxanne Valay
Haughter

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2013
Messages: 44
Localisation: Petit bar chez les verts
Féminin
Point(s) de réputation: 38

MessagePosté le: Dim 4 Aoû 2013 - 19:40    Sujet du message: Le savoir ne se trouve pas toujours dans un bon livre. Répondre en citant

Des livres, des livres, des livres, des livres...
En passant la porte d'entrée, le visage de Roxanne se détend, et la bonne humeur arrive pour de bon. Elle se sent si bien au milieu de ces petits carrés d'imagination. Ces petites portes vers tout type d'univers, des univers qu'on peut créer et recréer à l'envie. A travers les feuilles, elle sait qu'elle pourra devenir une princesse ou une super-héroïne. De quoi lui faire oublier tout son passé, son présent et ne plus appréhender son avenir. Son esprit enfin apaisé, la gamine à se concentrer un peu plus sur les paroles de Julian, même si elle a envie qu'il disparaisse à l'instant même, afin qu'elle se plonge, seule, dans l'univers d'imagination qui n'attend plus qu'elle.
Toutefois, la politesse la rappelle à l'ordre, et, toujours au bras de Julian, elle n'ose plus bouger que les yeux pour se repaître de ce spectacle qui la fait chavirer.
Des centaines de livres.
Certains cornés, d'autres avec des demi-couvertures. D'autres encore qui semblent neufs. Ont-ils beaucoup servi tous ces livres ? Ici ou ailleurs ? Sont-ils tous prêts à se laisser manipuler par les longs doigts fébriles de la jeune fille assoiffée de les lire ? D'ailleurs, peut-elle les emprunter ou doit-elle les...


« j'en ai encore chez moi au cas où, vous pourrez venir m'en emprunter, avec plaisir. »


D'autres livres ? Quelle bonheur ! Auxquels elle peut demander l'emprunt... Oui mais ils sont chez lui, et jamais elle n'aura le courage ni l'audace de les lui demander... Ou si, peut-être une fois qu'elle aura dévoré tous ceux-là, devant elle. Elle rougit donc un peu... Alors qu'il poursuit :


« Cela dit, la petite étagère en face contient des livres un peu spéciaux... ''Les bases de Pseudo-City'' »


Il lui tend le livre. Ses doigts le frôlent respectueusement avant de le prendre en main pour le feuilleter discrètement.


« Mais vous n'y trouverez pas de louanges, je vous rassure. »


Pas de louanges ? Pourquoi ? Doit-elle le lire pour savoir ce que contient cette ville ? Est-elle prête à affronter la noirceur qui l'environne par le biais d'un objet qu'elle considère comme sacré ? Alors il lui lâche le bras et la sensation de vide lui paraît étrange. Un nuage d'angoisse lui brume le visage une seconde. Espérant qu'il n'ait rien vu, Roxanne continue de l'écouter patiemment. Baissant toujours la tête, les prunelles braquées sur le livre. Il la congédie. Poliment, mais ce n'est rien d'autre qu'une invitation à lui ficher la paix, elle en est sûre...
Pourtant... Il n'est pas bien loin, a-t-il dit. Roxanne ne veut pas qu'il parte. Elle ne ait pas pourquoi, mais elle se sent bien avec lui. Sa voix douce, son envie de l'aider. Son bras qu'il l'a supportée le temps du trajet alors qu'il la connaît à peine. Néanmoins elle ne peut pas le retenir indéfiniment sans raison.


La jeune fille réfléchit un instant et regarde autour d'elle. Elle fixe quelques tranches de livres pour essayer de trouver un titre susceptible de l’intéresser. Roxanne va même oser un pas en avant, comme si le garçon n'était déjà plus avec elle. Mais au final la gamine revient vers lui et, respirant longuement, le livre détaillant la ville toujours entre ses mains, elle le tend vers Julian et ose :


« Roxanne préfère les romans et les aventures. Même si Julian a... si vous... avez sûrement très bien écrit ce livre ! Mais vous est-il possible de l'expliquer un peu ? Roxanne promet d'être très concentrée et de bien écouter. Après elle en choisira d'autres pour lire quand elle sera seule dans sa chambre.
Roxanne doit les acheter ou les louer ? »


Ses jambes frêles qui la portent lui demandent une chaise, mais elle a réussi à trouver une solution pour rester auprès de Julian encore un moment. Elle est donc prête à supporter des heures cette position, jusqu'à ce qu'il ait fini d'expliquer. Il faudra qu'elle fasse un puissant effort pour bien l'écouter et chercher à tout retenir. Et puis si elle n'y arrive pas, elle lui demandera de répéter... Pour l'instant elle le regarde. Dans les yeux.
Bon d'accord. Ce contact oculaire ne durera pas plus qu'une paire de secondes. Mais promis, elle le regardera dans les yeux plusieurs fois s'il accepte sa requête. Ce n'est pas tous les jours que Roxanne rencontre une personne disposée à l'aider autant dans la même journée...
_________________


Dernière édition par Roxanne Valay le Mer 14 Aoû 2013 - 16:42; édité 1 fois
Revenir en haut
Julian Hawksbury
Chef des Brainstormers [Admin]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2009
Messages: 1 377
Masculin
Point(s) de réputation: 870

MessagePosté le: Jeu 8 Aoû 2013 - 21:16    Sujet du message: Le savoir ne se trouve pas toujours dans un bon livre. Répondre en citant

Alors que la jeune femme s'épanouissait devant tous ces livres - sans doute ne s'attendait-elle pas à une telle quantité de livres dans une ville plutôt hostile au premier abord - il lui laissa quelques secondes pour se remettre de ses émotions. Elle tenait maintenant le livre auquel il avait participé et qu'il espérait pouvoir faire livrer à quelques nouveaux arrivants pour leur faire un topo général sur l'état de la ville et ses principes. Cette idée lui était venue subitement alors qu'un constat s'imposait toujours plus: les chefs de clans avaient très peu de temps pour l'accueil des arrivants de Mighan - du moins pas assez par rapport à ce qu'il leur fallait - et les membres des clans ne savaient pas toujours très bien les renseigner. Quelques personnes possédaient beaucoup d'informations et étaient capables de se substituer aux chefs si nécessaire, mais cela restait des habitants trop peu nombreux. C'est pour cela qu'il avait participé à l'écriture de ce petit livre. Néanmoins le refus poli de la nouvelle arrivée en ces lieux ne l'étonna pas beaucoup. Julian hocha de la tête et repris délicatement l'ouvrage pour le remettre à sa place. Sur son visage, on ne lisait ni frustration, ni amertume... simplement un air compréhensif.
- Je comprends que ça nous vous attire pas plus que cela et que vous souhaitiez obtenir des informations de vive voix. Je voulais simplement vous donner l'occasion de potasser tout ça quand vous le désiriez. Mais si vous désirez en parler, alors je peux bien vous faire une brève explication... avec grand plaisir, même. Venez, allons trouver un endroit plus adéquat, vous pourrez choisir les livres qui vous tiennent à coeur plus tard, promis.

Il sortit de sa poche un téléphone portable et composa un message qu'il envoya tout en marchant jusqu'à une petite table, légèrement reculée au fond de la bibliothèque. De là, ils pourraient parler doucement sans déranger d'autres amateurs de bons livres, même si ce n'était visiblement pas l'heure d'affluence. Ensemble, ils arrivèrent à la petite table à laquelle le Brainstormer s'assit. Il invita Roxanne à en faire de même. Sur un ton doux et proche d'un murmure, il débuta son explication - s'assurant qu'elle était attentive au préalable:
- L'une des principales caractéristiques de la ville est qu'elle est divisée en quatre. Une part par point cardinal et dirigée par un clan. Au sud se trouvent les Dashingers, des personnes qui font la part belle aux apparences et aux arts. A l'ouest, les Sinewyers imposent leur loi en utilisant leur physique. Ils sont bagarreurs et athlétiques. Au nord - où vous vous trouvez - ce sont les Brainstormers, un clan de personnes aux capacités intellectuelles plus élevées que la moyenne. Finalement, l'est est occupé par les Haughters, des personnes de tous types qui n'avaient pas d'affinité particulière pour l'un ou l'autre des clans précédemment mentionnés. Vous serez menée à aller rejoindre un clan sous peu, car aucun habitant ici ne peut survivre très longtemps ici sans clan.

Julian s'interrompit un instant, laissant la jeune femme assimiler cette bribe d'information qui lui serait par après cruciale. Elle apprendrait vite comment la ville fonctionnait, mais elle devait au moins comprendre qui règne sur quoi et quelles sont les caractéristiques des clans. C'était important d'avoir une bonne base pour bien commencer. Un jeune homme aux cheveux blonds, de taille moyenne et de silhouette plutôt fine s'approcha d'eux avec un petit paquetage. Le voyant arriver, Julian lui sourit brièvement, le salua puis pris la livraison avant de laisser l'homme repartir. Son message avait été reçu et l'ordre effectué très rapidement, c'était agréable. Le Brainstormer ouvrit le petit sac et en sortit un thermos d'eau chaude, deux petites tasses en plastique, quelques sachets de thé et du café soluble. Il sortit également deux petites brioches sucrées agrémentées de petits morceaux de sucre en surface, légèrement grillés. Alors qu'il en tendait une à la jeune femme, il demanda:
- Souhaitez-vous boire un peu de thé ou de café ? C'est rudimentaire, mais ça passe plutôt bien la soif et ça vous redonnera un peu d'énergie. Il vous en faudra dans les prochains jours et je m'en voudrais de ne pas vous donner une chance. Bon, normalement, on n'est pas censé piqueniquer dans cette bibliothèque mais... on dira que ça ira cette fois. Je serais curieux de savoir qui viendrait me dire qu'il ne faut pas le faire ici, en fait. Ma foi, c''est un des avantages d'être chef de clan... il y en a au moins !

Le Brainstormer attendit de savoir si la jeune femme souhaitait quelque chose puis le lui servit avant de poursuivre son récit et de s'interrompre à nouveau:
- Il faut aussi que vous sachiez, à propos de Pseudo City, que le centre de la ville est neutre. Ce n'est pas bien grand, mais tous les clans ont fait l'effort de sacrifier un peu de terrain pour fonder cette partie de la ville. Mais voilà que je commence à parler et à parler... dites-moi plutôt ce qui vous intéresse de savoir. Avez-vous des questions particulières ?

Revenir en haut
Roxanne Valay
Haughter

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2013
Messages: 44
Localisation: Petit bar chez les verts
Féminin
Point(s) de réputation: 38

MessagePosté le: Mer 14 Aoû 2013 - 16:38    Sujet du message: Le savoir ne se trouve pas toujours dans un bon livre. Répondre en citant

Elle le suit, ravie de savoir qu'ils se dirigent vers une petite table. Julian soudain prend son téléphone et Roxanne se met soudain à craindre qu'il doive la laisser pour aller régler des problèmes de chef... Mais non, il reste là. Il l'invite à s'asseoir et continue de lui parler sur ce ton murmuré qui rajoute une touche d'intimité rassurante à leur dialogue. Pourtant la bibliothèque ne semble pas bien remplie à cette heure si.
La gamine essaye de tout assimiler, de ne pas perdre une miette de ce que Julian lui explique patiemment. Au Sud c'est l'art qui prime ? Peut-être ira-t-elle y faire un tour un jour, quand elle sera bien établie ici, sans avoir peur seulement de son ombre. L'Ouest oui elle a en entendu parler par ses cousins. C'est là qu'ils ont passé leurs années à PseudoCity et par là qu'elle est arrivée dans la ville. Pour rien au monde elle n'aura envie d'y retourner, si tout le monde est comme sa famille là bas. Le Nord ils y sont actuellement. Selon la description que le jeune homme fait de l'Est, c'est sans doute là où elle allait vivre d'ici demain. Elle devra lui redemander pour s'en assurer. Et aussi des renseignements sur le chef dont il avait évoqué à l'église. Tiens, elle se surprend toute seule à se rappeler de ce détail. Sans doute lorsqu'elle n'est pas sollicitée par la nervosité, Roxanne arrive mieux à classer ses idées.


La jeune demoiselle fixe ses chaussures un instant alors qu'elle réfléchit à tout ça. C'est donc dans un sursaut qu'elle se rend compte qu'un jeune homme aux cheveux dorés les a rejoint, les mains pleines d'un petit casse-croûte. Le nouveau lui jette un coup d’œil en coin, parfait pour la faire rougir comme une tomate et enfoncer sa tête dans les épaules. Lui aussi doit la trouver stupide, c'est sûr. Mais après tout, maintenant elle devrait ne plus trop s'en inquiéter... Elle a bien l'habitude.
Le jeune homme finit par partir, et c'est seulement à partir de cet instant qu'elle se permet de regarder ce qu'il a amené, alors que Julian est déjà en train de lui proposer un gobelet d'eau chaude et une brioche tout ce qu'il y a d'appétissant. Touchée de cette attention, Roxanne ne comprend pas toute de suite qu'il a commandé lui-même ces choses, même si elle trouve parfaitement étrange d'être servie de cette façon dans une bibliothèque. La gamine avance une main timide vers un sachet de thé quand il lui demande ce qu'elle préfère, et c'est à la suite de son discours qu'elle comprend. Le texto ! Bien sûr ! Wah ! Ça a vraiment l'air super d'être chef... Mais il est chef de... quel clan déjà ? d'ici ? Il faudra qu'elle réussisse à lui demander.


Il lui tend enfin la brioche qui ouvre l'appétit rien que par son apparence, alors la jeune fille la prend précautionneusement, et du bout de ses doigts fins Roxanne enlève un à un les grains de sucres pour les croquer tandis qu'il finit de lui expliquer pour le centre neutre. Maintenant, c'est à elle de parler. Il lui demande si elle a des questions, et des questions, elle en a des tonnes ! Par ou commencer ? Par le début ? Oui mais lequel... Il lui faut demander … Ça déjà... ha oui ! ça aussi ! Et puis enfin ça d'ailleurs...
La gamine prend donc une bouffée d'air, essaye de ne pas rougir et, se redressant un peu sur sa chaise, elle demande quasiment d'une traite :


« Julian est le chef des Brainstormers, c'est bien ça ? Et qui est le chef dont Roxanne ne se souvient plus le nom ? Le chef des hem... Hauters ? Non hm... Haughters ! C'est bien dans ce clan là que Roxanne va travailler au bar, n'est-ce pas ? Il y a quoi à voir au centre, si c'est neutre ? Et puis quels sont les lieux les moins dangereux ? Roxanne ne veut pas rencontrer de Chin... Sinewyers ! Elle n'aime pas les bagarres ni les grosses brutes... »


Il lui semble qu'elle a bien retenu la leçon. Julian a d'ailleurs l'air de ne même pas se moquer d'elle, ce qui semble vouloir dire qu'elle ne s'est pas trop trompée. Toutefois, Roxanne a peur de ne pas réussir à garder toutes ces nouveautés en tête assez longtemps. Peut-être que ce soir elle aura déjà tout oublié. L'idée d'emprunter le livre ne sera peut-être pas un luxe, finalement... Maintenant, elle n'a plus qu'a l'écouter répondre à tout cela et continuer de se concentrer sur les réponses, alors que ses ongles commencent à s'attaquer délicatement à la croûte brillante de la brioche qui cache un cœur moelleux où elle meurt d'envie de planter des dents avides.
_________________
Revenir en haut
Julian Hawksbury
Chef des Brainstormers [Admin]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2009
Messages: 1 377
Masculin
Point(s) de réputation: 870

MessagePosté le: Jeu 15 Aoû 2013 - 15:05    Sujet du message: Le savoir ne se trouve pas toujours dans un bon livre. Répondre en citant

Pour le plus grand plaisir de Julian, la jeune femme n'hésita pas beaucoup avant de prendre la brioche qu'il lui tendait. Elle s'en empara et commença un petit rituel de dégustation qui le fit rire intérieurement. Lui aussi avait quelques manies alimentaires telles que celle dont Roxanne faisait montre. C'était toujours amusant de regarder les gens appréhender de la nourriture. On en remarquait assez aisément un schéma qui trahissait le comportement de la personne. Par exemple, pour elle, il était évident que sa manière de retirer les grains de sucre un par un et les mettre goulument dans la bouche trahissait une approche toujours méthodique et prudente. C'est fou ce qu'on peut apprendre, rien qu'avec une brioche sucrée !

Au fur et à mesure qu'il poursuivait ses explications quant à l'organisation de la ville, il remarquait que la demoiselle montrait régulièrement des signes indiquant qu'elle suivait parfaitement la discussion. C'était encourageant de constater quelques hochements de tête par-ci, par-là. Elle était focalisée sur la brioche ou sur tout élément du décor au lieu de sa propre personne, mais pourtant l'écoutait attentivement. Cela convenait très bien à Julian, qui se dit néanmoins que cette attitude pourrait agacer nombre d'orateurs. Vint enfin le moment où il la laissa exprimer ses interrogations. Il espérait qu'elle sortirait un peu de son mutisme et qu'elle aborderait chaque question qui lui passerait par l'esprit avec lui. Et ce fut effectivement le cas, enfin, du moins cela en avait l'air. Car bien que Julian eut été très doué pour déceler beaucoup d'éléments non-verbaux, il était absolument incapable de télépathie. Il aurait sans nul doute causé beaucoup de problèmes si cela avait été le cas, cependant. S'efforçant de se remémorer toutes les questions de Roxanne, qui avaient jailli comme un torrent incontrôlable, il tenta d'en énumérer les réponses, non sans un sourire satisfait:
- Cela me fait plaisir que vous ayez des questions si ciblées. Je suis effectivement le chef des Brainstormers, du nord de la ville. Le chef des Haughters s'appelle Shinji Maeda. Il est très porté sur la liberté de ses membres et n'hésitera sans aucun doute pas à vous apporter de l'aide, si vous en souhaitez. Concernant le centre, il accueille quelques boutiques, un très joli marché, un centre scolaire et une mairie... qui n'est cependant pas très souvent ouverte, à cause de la séparation des clans. Pour terminer avec les lieux dangereux, éviter le quartier ouest est un des moyens d'éviter les ennuis faciles, mais cela ne fera pas tout. Evitez également les petites ruelles, même pendant le jour... on ne sait jamais.

Ayant enfin répondu à ces questions, il précisa:
- Et comme vous en avez fait mention, je pense que le clan des Haughters est tout indiqué pour vous. Vous y serez bien plus à l'aise en compagnie de personnes très hétéroclites plutôt qu'avec des cerveaux ambulants, des maniaques de l'apparence ou des maîtres en bagarre. Et surtout, cela vous permettra de trouver votre voie. Qu'à cela ne tienne, les clans et les quartiers ne sont pas des prisons, vous pouvez librement aller de l'un à l'autre et côtoyer les personnes que vous souhaitez. Restez néanmoins vigilante et respectez les consignes de votre chef, c'est le seul conseil que je peux vous donner à l'heure actuelle.

Pendant ce temps, Julian avait versé de l'eau chaude dans l'une des tasses en plastique et y avait fait infuser le thé demandé par la jeune femme. Lorsqu'il eut terminé son récit et qu'il eut prodigué ses conseils, il ôta le sachet avant que le thé n'eut trop infusé puis lui tendit le gobelet avant de s'emparer du sien et de boire une petite gorgée du liquide qui y était contenu. Autour d'eux, l'atmosphère commençait à se parfumer des saveurs mélangées de la boulangerie et des herbes du thé. Ce ne serait pas long avant que quelqu'un vienne regarder quel "affreux petit garnement" avait outrepassé la règle de ne pas pique-niquer en ces lieux. Cela dit, cette pensée n'effleura l'esprit de Julian qu'un instant seulement, puis il reprit:
- Si tout cela va un peu vite à votre goût, j'en suis désolé. Les chefs n'ont malheureusement que trop peu de temps pour introduire les nouveaux dans cet environnement complexe qu'est Pseudo City. Mais ne vous inquiétez pas, les connaissances viendront à vous très rapidement. Avez-vous d'autres questions pour moi ? Oh, et ne vous gênez pas surtout et mangez ce que vous voudrez avec plaisir ! Je ne vous en tiendrai pas rigueur.

Revenir en haut
Roxanne Valay
Haughter

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2013
Messages: 44
Localisation: Petit bar chez les verts
Féminin
Point(s) de réputation: 38

MessagePosté le: Dim 18 Aoû 2013 - 19:17    Sujet du message: Le savoir ne se trouve pas toujours dans un bon livre. Répondre en citant

Elle a fait un sans faute, la gamine. Et elle en rougit. C'est incroyable cette capacité qu'il a de la faire se sentir à l'aise, d'un simple sourire. Est-ce tout ce qui lui manque pour qu'elle n'ait plus peur de rien ? Si c'est ça, ce n'est pas forcément la denrée qu'elle trouvera le plus ici, selon ce qu'il lui explique. L'Ouest, aucun risque, Roxanne l'évitera autant que possible. Si elle n'a même pas à le mentionner, ce sera parfait. Mais Julian par ses explications lui donne envie de visiter plein de choses. Le centre avec ses boutiques et son marché, enfin... Quand elle aura rassemblé assez d'agent pour en dépenser. Le centre scolaire, pourquoi pas, s'il lui reste du temps avec son travail. Et puis les lieux de son clan à elle. C'est triste, mais tout comme elle se sentait à plus à l'aise dans la maison de sa tente que partout ailleurs, dans les ruelles de son nouveau clan, elle se sentira sans doute mieux, juste parce qu'elle sait que c'est SON clan. Et puis le chef a l'air plutôt sympa. Il faudra qu'elle réussisse à le voir. A lui parler. Rien que cette idée lui donne des frissons. Bon, pour l'instant, pas d’inquiétude, elle peut encore avoir des tonnes de renseignements rien qu'en posant des questions à Julian. Et jusque là, ça lui a bien réussi, alors elle continue.


Roxanne lui demande comment trouver Shinji, et où. Elle lui demande, juste pour faire la conversation, le nom des chefs des autres groupes. Elle veut savoir aussi ce qui pourrait être le plus dangereux ici. En fait, il semble tellement heureux d'avoir une oreille attentive que le chef bleu lui raconte toutes les grandes lignes du livre auquel il a participé à la rédaction. Parfois, ils sont interrompus par un message ou un coup de fil sur le portable de Julain. Et étrangement, le Brainstormer reste avec elle, remettant à plus tard toutes ses affaires. Roxanne n'arrête pas de rougir pour la moindre bricole. Au début, elle peut encore se cacher le visage dans sa tasse de thé fumante. Puis elle fait diversion en croquant dans sa brioche. Mais vers la fin...


A un moment, ils voient un jeune que Julian semble connaître. Un bleu aussi. Il la présente, mais La timide n'a même pas le courage de regarder le garçon dans les yeux pour savoir à quoi il ressemble. Puis tous les deux restent là, peut-être une heure, assis à parler. Peut-être deux. A moins que ce ne soit plus encore. Le thé est vide depuis longtemps. Aucune miette sur la table n'a échappé aux doigts scrupuleux de la jeune fille affairée à occuper ses mains alors qu'ils discutent de cette étrange citée. Bientôt, elle sera incollable sur toute son histoire, sur la construction de certains monuments, sur certaines personnes dont elle arrive laborieusement à retenir les noms. Mais Julian ne parle pas de lui, de son caractère profond. Elle doit tout découvrir seule. Alors elle l'observe. Espérant que ses regards ne lui soient pas trop pénibles, maintenant qu'elle a réussi à en établir sans rougir et baisser la tête dans la seconde. Roxanne scrute le visage du jeune homme à la recherche du moindre mouvement de cils, du moindre sourire évocateur. Parfois, une expression émue est sur son faciès quand il parle de la construction de la ville. Une fois c'est une ombre de tristesse ou d’inquiétude quand ils parlent des risques pour les gens, des malheurs de certains.
Quelle incroyable personne que ce Julian qui semble porter le monde sur ses épaules, mais qui le fait avec tellement de dignité et de courage, tout en restant discret et gardant cette aura de respect autour de lui.


Une chose la touche aussi, c'est qu'il respecte le fait qu'elle ne parle pas beaucoup, et même s'il l'encourage parfois à prendre la parole par des questions, jamais il ne l'interroge sur elle-même. Oh si, un peu, sur son passé, pour des raisons administratives, dit-il. Il sait maintenant qu'elle habitait chez sa tente depuis la mort de ses parents, et que finalement, elle est bien heureuse d'en être partie. Mais elle ne lui dit pas pourquoi. La honte la gagnerait trop, et elle ne supporterait pas de rester ici face à lui. Peut-être un jour réussira-t-elle à s'ouvrir...


Alors qu'elle étouffe un petit rire après une histoire de Julian, Roxanne laisse vagabonder son regard sur une fenêtre. La nuit est tombée, et soudain la panique la prend. Si elle se souvient bien, ce n'est que demain qu'elle pourra entrer dans son appartement, après le travail. Et ce soir ? Si tard déjà, et elle ne s'en est pas rendue compte. C'est facile pour lui, il a une maison, et il sera sans doute très heureux de retrouver son lit douillet, souriant d'une belle journée à rien faire, et oubliant le tout avant de s'endormir. Mais elle ? Où Roxanne pourrait-elle donc dormir, alors qu'elle n'a pas un sou en poche ?


La gamine se lève si brusquement qu'elle en fait tomber sa chaise, et, navrée, bafouille :


« Pardon... Roxanne va... Ne sait pas où elle doit aller... Il est tard et... »


Ses yeux s'embuent de larmes. L'angoisse lui serre les tripes et même l'idée de prendre ses jambes à son cou lui devient pénible. Quoi que... Une petite idée fait un tout petit chemin dans son esprit embrouillé. Dormir dans l'église ne sera pas du luxe, mais elle s'y sentira en sécurité.




Sorry, j'ai pris quelques libertés sur la description du caractère du personnage de Julian, si ça ne te plaît pas, ou que ça ne correspond pas, je change... :$ 


_________________
Revenir en haut
Julian Hawksbury
Chef des Brainstormers [Admin]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2009
Messages: 1 377
Masculin
Point(s) de réputation: 870

MessagePosté le: Jeu 22 Aoû 2013 - 17:07    Sujet du message: Le savoir ne se trouve pas toujours dans un bon livre. Répondre en citant

Leur discussion s'étalait et prenait plus de temps que Julian n'eut normalement dû consacrer à un entretien avec une nouvelle arrivante - c'était d'autant plus vrais que la jeune femme allait probablement rejoindre le clan des Haughters, vu la description mentale qu'il se représentait d'elle - mais il s'en fichait pour l'heure. Passer du temps à parler faisait du bien également et il ne se voyait décidément pas lâcher Roxanne dans la nature sans lui avoir expliquer certaines choses essentielles sur la ville, son fonctionnement, ses dangers et ses principes. La jeune femme timide avait touché le Brainstormer par son incroyable personnalité. Elle était plus riche à l'intérieur qu'elle voulait bien le laisser croire, ou même s'abandonner à y croire elle-même. Dommage qu'elle n'eut pas plus de vigueur et de confiance en elle, elle aurait été très rapidement hissée dans les hautes sphères d'un des clans. Au lieu de cela, elle semblait être renfermée sur elle-même à tel point qu'elle ne semblait même plus capable de comprendre le simple mot "moi". Ne pas parler à la première personne avait tout de suite interloqué Julian, qui craignait d'abord un dédoublement de la personnalité. Il n'en était rien en fait, elle était simplement trop timide pour admettre même qu'elle existait. Enfin, c'était son interprétation, il ne saurait probablement jamais ce qui se passait dans sa tête de toute manière.

Bientôt, l'heure continuant d'avancer, le ciel commença à s'obscurcir et à progressivement laisser place à un voile bleu-noir, remplaçant le rouge qui se reflétait encore quelques instants plus tôt sur les quelques nuages au-dessus de la ville. Sans doute ce coucher de soleil aurait été merveilleux à regarder, mais ils étaient là, dans cette bibliothèque, à parler et à parler. Soudain, la jeune femme sembla prendre conscience de l'heure et se leva en sursaut. Quelque chose semblait la troubler, quelque chose qu'elle s'empressa - pour une fois - d'exprimer. Elle n'avait pas de logis pour passer la nuit, sujet inquiétant en effet, que le chef de clan n'avait pas anticipé, un peu trop préoccupé par leur discussion. A l'heure qu'il était, les quelques auberges devaient encore être ouvertes, mais elles se situaient essentiellement dans le quartier ouest. On n'aimait pas trop avoir des "âmes errantes" dans d'autres quartiers. Les Sinewyers, en revanche, n'étaient pas dérangés par leur présence. Au contraire, cela faisait un peu de chair à malaxer après une bière de trop. Des punching-balls vivantes, que demander de plus ? Sans réfléchir bien plus loin, Julian exprima la seule chose convenable qui lui passait par la tête, même si l'idée était un peu saugrenue, à y réfléchir:
- Je sais que nous nous connaissons depuis peu, mais je serais heureux de vous proposer de dormir chez moi. N'y voyez rien de déplacé, je souhaite simplement vous offrir un peu plus de confort qu'un banc en bois ou en pierre. Je suis aussi certain que vous ne serez pas contre un petit déjeuner le lendemain matin...

Sans autant de précipitation que la jeune fille, il se leva et vint poser ses deux mains sur chacun de ses bras, cherchant son regard ainsi qu'à la calmer un peu.
- Je dormirai sur le canapé, ce n'est pas un soucis. Ma chambre a un verrou, vous y serez tranquille, et demain vous pourrez voler de vos propres ailes. Et je n'attends rien en retour, surtout.

Julian ne savait pas s'il allait trop loin en proposant cela, mais il n'avait réellement aucune prétention envers cette jeune femme. Il voulait simplement l'aider à s'intégrer dans cette ville ou lui-même n'avait pas toujours été très bien vu. S'il l'avait fondée en partie, il avait dû serrer les dents avant de pouvoir prendre un poste comme celui qu'il occupait aujourd'hui, s'imposer et surmonter sa timidité, même si elle avait été moins poussée que celle de la jeune femme. En elle, il voyait un sorte de "lui" en féminin, même si elle ne semblait pas posséder ses capacités intellectuelles. Elle avait un trait qui lui était cher et qui le poussait à vouloir l'aider.
- Alors, est-ce que vous avez suffisamment confiance en moi pour me laisser vous aider cette fois encore ?
Revenir en haut
Roxanne Valay
Haughter

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2013
Messages: 44
Localisation: Petit bar chez les verts
Féminin
Point(s) de réputation: 38

MessagePosté le: Ven 23 Aoû 2013 - 19:00    Sujet du message: Le savoir ne se trouve pas toujours dans un bon livre. Répondre en citant

L'église donc. Mais saura-t-elle retrouver sa route ? Certainement pas... A la limite, elle peut trouver le courage de lui demander ça... il est si gentil qu'il voudra sans doute lui indiquer comment y retourner. Déjà elle imagine les grands mur froids de la bâtisse. Les bancs humides. Les rideaux sombres... Toutefois le lieu est silencieux et il y aura bien un coin où elle pourra se blottir et disparaître pour les autres... Il faut aussi qu'elle demande comment retourner au bar le lendemain. Que d'angoisse pour elle soudain, alors que sa première journée avait jusque là si bien tourné... Alors qu'elle s’apprête à lui demander, c'est lui qui parle. Il propose. Et Roxanne en reste bouche bée. Et alors il se lève et s'approche d'elle. Toute paniquée, elle se sent prête à s'enfuir car ses idées ont du mal à se clarifier. Qui lui a-t-il proposé ? Un petit déjeuner, un lit douillet. L'affolement.


Puis les mains chaudes autour de ses bras et le regard doux qui cherche le sien, rassurant. Ses iris ne peuvent que le fuir au début, cachés par une tignasse en bataille, mais Roxanne réussit à relever la tête, immobile face à lui, dans son agréable étreinte. Elle le regarde et sourit à peine. L'ange gardien. Lui qui lui a apporté la première aide ici, puis la seconde, puis les autres. Il ne s'arrête pas là. Mais elle ne peut accepter...


« Roxanne ne pourra jamais vous rendre tout ça... Et puis... Chez vous... »


« Je dormirai sur le canapé, ce n'est pas un soucis. Ma chambre a un verrou, vous y serez tranquille, et demain vous pourrez voler de vos propres ailes. Et je n'attends rien en retour, surtout»


Des larmes plein les yeux, n'ayant plus d'objection valable, elle se force à accepter. Et pour ne pas qu'il s'affole de sa réaction étrange, elle sourit aussi grand qu'elle le peut. Il est si parfait. Roxanne n'a rien à craindre de lui, elle en est persuadée à présent. Et puis à bien y réfléchir, connaître la maison d'un des chefs, c'est connaître un asile solide. Meilleur que ce lieu anonyme qu'est l'église. Aller chez un ange gardien, c'est un peu comme aller dans une chapelle, non ? C'est comme ça qu'elle voit les choses sur l'instant, pauvre enfant seule et perdue qu'est la jeune Roxanne.


« Alors, est-ce que vous avez suffisamment confiance en moi pour me laisser vous aider cette fois encore ? »


Là elle ne peut plus reculer. C'est un accord définitif qu'il demande. Comme Dieu pourrait demander une simple parole, preuve d'un amour indéfectible pour Lui. Difficile de dire non, surtout pour la gamine naïve qui voit maintenant toutes ses craintes s'envoler. Il lui a fourni un travail, un logement, une oreille attentive. Il lui a consacré du temps et de l’énergie. Comment lui refuser quoi que ce soit, d'autant plus sa confiance ?


« Roxanne... vous fait confiance. Julian. Merci... »


Elle finit dans un chuchotis timoré. Son prénom qu'elle prononce comme on évoque le Saint Graal, un remerciement qui ne pourra jamais valoir tout ce qu'elle lui devra. Et puis il a l'air satisfait, même si la victoire n'était pas bien dure à obtenir. Alors elle s'apprête à le suivre, timide à mourir, mais ravie comme jamais. Elle va le suivre jusqu'à chez lui, et se laisser vivre jusqu'à demain en toute confiance, sans angoisse. Et pour être sûre d'être bien dans la réalité, non dans un de ses doux rêves, elle s'y accroche. Matérialisé par ses mains qui se cramponnent au bras de Julian. Roxanne va pouvoir ainsi affronter la ville d'un seul œil, celui qui ne sera pas caché par le dos du jeune homme. Et ça lui va très bien comme ça.
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:57    Sujet du message: Le savoir ne se trouve pas toujours dans un bon livre.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Pseudo City Index du Forum -> Quartiers nord -> Bibliothèque Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Thème actuel: Decadent city (v2.0)
Thème original: Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com