Pseudo City Index du Forum
Pseudo City: Chapitre 2 - Dégats collatéraux
 
Pseudo City Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Twisted Affairs

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Pseudo City Index du Forum -> Quartiers ouest -> Quartiers ouest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hige Cooper
Dashinger

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 281
Localisation: J'suis comme un ninja! : jamais loin!
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 牛 Buffle
Point(s) de réputation: 103

MessagePosté le: Lun 20 Mai 2013 - 01:43    Sujet du message: Twisted Affairs Répondre en citant

Hige, nouvellement appelé Crystal suite à son changement d'identité, regarda l'invitation qu'elle avait reçus d'une connaissance qui se trouvait être l'ex petit-ami de la sœur du mec de l'une des amies. Enfin bref. Cette invitation était pour une soirée qui avait lieux dans le quartier Ouest. Depuis ce matin qu'elle regardait le morceau de carton, qui venait d'un paquet de cigarettes, sur lequel il y était inscrit au stylo le mot de passe afin de pouvoir entré. Le but était de le dire au plus de monde possible afin que cette fête, qui était en l'honneur de la majorité de l'un de leur ami, soit inoubliable pour lui et tout ceux qui seraient là. Habillée de ses sous-vêtement en dentelle rouge vin, Hige soupira et se roula sur son lit. Elle allait y aller. Une soirée ne lui ferait pas de mal pour décompresser de tout ce stress qu'elle avait vécu dernièrement. Déjà douchée du matin même, elle n'eût qu'à s'habiller. La belle regarda son garde-robes et fronça le nez. En route pour une période d'essais-erreurs. Essayant plusieurs haut, la belle se rendit vite compte que sa poitrine avait prit un peu plus d'ampleur, effectivement, sa poussée de croissance était étalée sur une longue période fallait-il croire, et que la plupart des chandails qu'elle possédait lui faisait maintenant assez juste. Si elle levait un minimum les bras, il était possible d’apercevoir son nombril. Rougissant devant cette image d'elle, Hige repassa tout ses vêtements dans sa tête. Bingo! Elle avait un très long chandail de laine noir et gris qu'elle n'avait jamais pu mettre car il possédait un trop grand décolleter. Fouillant plus profond dans le placard, elle le retrouva finalement et le mit. Il lui allait parfaitement bien. La jeune femme enfila un jean noir troué aux genoux et enfila ses baskets avant de sortir, prenant soins de prendre l'invitation avec elle. Marchant dans le quartier des rouges, elle croisa quelques personnes qu'elle avait connu sous son autre apparence et qui ne la reconnaissait totalement pas. Ce fit sourire la jeune Hige. Être incognito c'était génial parfois. Après une heure de marche, elle avait traversé la frontière - ne manquant pas le moment embarrassant de se faire fouiller - et était maintenant dans le quartier des Sinewyer. Où c'était déjà cette soirée...à oui! dans cet immeuble désaffecté au tournant du septième. Elle s'y dirigea, excitée de voir ce qui l'attendait. Devant cet édifice, qui lui donna froid dans le dos, elle se butta à une porte close. La jeune femme cogna timidement et une voix retentit de l'intérieure.
«Mot de passe.»
«Rabbit trap...»
«Recule.»

La porte s'ouvrit suite à plusieurs cliquetis de l'intérieur, qui devaient être des serrures, et Hige pu entrer.
Un jeune homme la regarda d'haut en bas en souriant.
«Bienvenue au royaume des pêchés. Amusez-vous bien mademoiselle...»

Elle lui répondit par un sourire nerveux et s'enfonça dans le bâtiment. Au premier, il n'y avait que quelques sofa où s'embrassait sauvagement quelques couples. Ce fût l'une des raisons pourquoi la jeune Dashinger décida de ne pas rester plus longtemps et monter les marches afin de se rapprocher de la musique, du gros rock, qui donnait une ambiance trash au lieu. Tout le monde dansait. Sans exception. Mais tout le monde dansait étrangement. Hige aurait juré qu'ils étaient tous sous l'emprise d'une transe étrange. Sans en faire tout un plat, elle s'imagina qu'un joint se promenait simplement dans la salle. Le DJ était en plein dans son élément. Sa ce voyait. Mais plus la soirée avançait, plus les gens se dirigeaient vers la cour arrière. Curieuse de nature, la jeune femme termina sa discussion avec une charmante ténébreuse sur la partie ennuyante de la quarantaine du quartier pour aller voir ce qui se tramait. Dans un éclat de rire, toujours avec la même jeune femme, Hige arriva finalement dehors avec elle. Celle-ci bondit sur place.
«Ils en ont! La came! je rêve de l'essayer! tu viens?»

Mais Hige fronça les sourcils.
«Ça c'est...pas trop mon truc... Je t'attend ici...»

La belle jeune femme lui faussa donc compagnie afin d'aller à la rencontre des dealers entourés de jeunes curieux ou d'habitués ce qui fit soupirer Hige. Elle avait une très mauvaise estime pour la drogue. Mais, la tirant de ses pensées, des cris s'élevèrent dans les airs. Tendue, elle retint sa respiration en s'adossant au cadrage de la porte de béton. Ces cris ils étaient... étranges. La foulés se mise à s'agiter inexplicablement. La came qui commençait son effet? La brunette étira la cou afin d’apercevoir deux jeunes hommes s'approcher d'elle. Et elle était seule. Hige se rendait peu à peu compte qu'elle était la seule à ne pas s'être approché du rassemblement. Les deux jeunes hommes s'approchèrent d'elle, tellement qu'elle fût contrainte de reculer. Son cœur s'accéléra. Leur regard il...il avait quelque chose de pas normal...d'animal...Se butant à un mur, elle déglutit nerveusement et bruyamment.
«Tu nous espionnais hein? Avoue le p'tite garce!»

Il éclata de rire tandis'que l'autre s'approchait encore plus. Il coinca Hige entre le mur et lui et fourra son nez dans la nuque de la belle, figée par le peur.
«Oh que oui tu vas y goûter...AHAHAHAHAHAHAH!»

Il planta une seringue dans la peau de de Hige qui gémit avant de se mettre à trembler de tout son corps. Son corps qui se crispait, son corps qui ne la supportait plus, son corps qui....qui l'abandonnait. Avant de totalement perdre la carte, elle entendit des cris dehors, des coups de feux, Des paroles...
«Les Salauds! Ils nous ont retrouvé! ils veulent nous prendre notre came!»

L'un de ses agresseurs ordonna à l'autre de fuir.
«Dégage Jérémy! Ils vont t’attraper! Emmène toute la drogue avec toi! j'te rejoins après avoir aider les autres à se battre!»

Et le grand black. Hige, ou Crystal ou peu importe son nom, la jeune femme tomba dans les pommes, son corps refusant la drogue. Elle était replié sur elle-même dans son coin du bâtiment.


_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 20 Mai 2013 - 01:43    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alexander Taylor
Chef des Sinewyers

Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2009
Messages: 252
Point(s) de réputation: 205

MessagePosté le: Mar 28 Mai 2013 - 20:19    Sujet du message: Twisted Affairs Répondre en citant

Journée de merde, encore une parmi tant d'autres. Jamais assez des informations dont on avait besoin, et toujours trop de ragots inutiles et qui entravaient le travail des équipes. Voilà à quoi ça se résumait. Et si depuis cette histoire de drogue le Chef Sinewyer avait doublé sa consommation de nicotine, ça ne changeait pourtant pas grand chose à son état d'humeur général. Il n'avançait que pas par pas dans cette histoire, mais à chaque nouvelle découverte, il sentait un nouveau poids lui alourdir l'estomac. Plus ça allait et moins ils avaient d'indices, et moins ils avaient d'indices, plus il ne pensait qu'à une seule personne sur qui jeter la faute.
Et puis il avait reçu ce message. Un court sms, à un numéro auquel il avait attribué pour seul nom un chiffre: Deux. Il savait que c'était Eiji à qui il avait demandé de lui transmettre les informations qu'il pouvait trouver sur la drogue. Plusieurs fois il avait réussi à le mener à des planques, mais si la plupart du temps elles étaient abandonnées, les rares fois où elles ne l'étaient pas, ça n'était que cadavres ou loques incapables de cohérences qu'il y avait trouvé. Il espérait que cette fois-ci ce serait différent. Il n'avait pu s'entretenir qu'avec deux dealers supposés avérés jusqu'à maintenant, mais aucun n'avait dit un seul mot quant à leur fournisseur à eux ou la provenance de la Xinose. D'après ce qu'il en avait entendu de par chez les Brainstormers, ce truc serait absolument pas organique, et il était difficile d'imaginer que des labos perfectionnés soient concentrés en grand nombre à Pseudo City, d'autant que jusqu'à maintenant, rien n'avait encore été trouvé. La drogue venait certainement de l'extérieur, et par extérieur, il entendait Mighan. Le problème, c'était qu'à Mighan, il y avait beaucoup, beaucoup d'ennemis différents, et que n'importe lequel d'entre eux aurait pu causer ça. Mais surtout, encore une fois, on en revenait à la même personne. Il était certainement obsédé par elle, hanté par la nature de son pouvoir, et peut-être à tort, peut-être que cette obsession le rendait aveugle, peut-être qu'il oubliait d'envisager la présence d'un autre ennemi similaire, ou peut-être même plus menaçant qu'elle, à Pseudo City. Il se forçait depuis des mois à rester sur cette possibilité. Mais plus le temps passait et plus il avait cette désagréable et amère sensation que c'était bien sa Lily qui était derrière tout ça. Comment l'ignorer, après tout ce qu'il l'avait vue faire...
Le caïd avait finit par rassembler une équipe dans la journée. La cible serait une soirée tenue dans les bas quartiers Sinewyers - les encore plus bas -, et où la drogue serait supposée fuser. Il n'en savait pas plus, il avait l'adresse, le nombre approximatif de personnes attendues, le mot de passe pour entrer et ça s'arrêtait là. Mais c'était bien assez, et suffisant pour ne pas crâmer la couverture d'Eiji qui se pavanait parmi ces gangs qui faisaient circuler la came - ou était-ce ce qu'il disait en tout cas. Taylor avait tenté de mettre au point une stratégie avec les gars de l'équipe, mais il savait qu'il se devait de rester prudent. Il n'était pas garanti qu'un de ces gars ne prenait pas cette drogue ou n'adhérait pas aux principes et valeurs adverses. Il savait que quoiqu'il se passe, quel que soit le nombre d'heures de préparation, une fois sur le terrain, ce serait le chaos. Il perdrait sans doute la trace d'un homme ou deux, se retrouverait submergé sous le nombre de victimes à traîner au centre de désintox qui débordait déjà de patients, compterait les cadavres... Encore une soirée qui ne s'annonçait pas grandiose, une soirée qu'il aurait volontiers passée à déconner avec Morgan ou à marteler la chair en soirée fightclubs ou au moins sur StreetFighter II.

La nuit était tombée plus vite que prévue, ou alors le temps filait comme si les heures n'était que des secondes écoulées. Taylor détestait l'idée de devoir faire la loi dans son propre quartier, de devoir descendre ses propres gars - au sens le plus soft du terme, bien entendu - ou les poursuivre comme s'ils étaient des criminels en fuite. Même si dans le fond, c'était ce qu'ils étaient. Pourquoi fallait-il que tous s'accrochent à cette maudite drogue comme ça ?! Pourquoi est-ce qu'il n'arrivait pas à comprendre la portée de cet acte infâme...
Arrivés dans le quartier en question, la musique retentissait entre les murs craquelés de ces pourritures de bâtiments désaffectés. L'équipe se mit rapidement en place, un certain nombre de gars restant à l'extérieur ou se positionnant sur les toits annexes. Suivant un petit groupe sans arme lourde, le chef Sinewyer accéda au bâtiment à la Mordeuse: contournant l'immeuble, il grimpa par les escaliers de secours et s'infiltra par une des nombreuses fenêtres laissées ouvertes, alors que les autres faisaient leur entrée grâce au mot de passe, qu'il espérait ne pas être erronné.
Un rapide coup d'oeil à sa montre. Il leur fallait tenir au moins 5mn avant de semer la pagaille, ce qui voulait dire cinq longues minutes sans se faire reconnaître, car il était clair que dans cette situation, c'était lui l'élément perturbateur de la mission. Lui, du haut de son mètre quatre-vingt-dix, monté comme une armoire à glace, le regard froid et les poings lourds, lui, dont le visage n'était désormais inconnu de personne en ville, lui, qui comptait sur les effets de la drogue pour brouiller les sens des innombrables personnes présentes à cette soirée. Le problème, c'était que visiblement tout le monde n'était pas là pour la Xinose. L'annonce de la fête avait dû outrepasser les limites des invitations privées, et les salles où il se retrouvaient faisaient défiler autant de personnes sobres que d'ivres ou frappées. Il circulait au milieu des vagues de jeunes se balançant au rythme d'une hardtech digne des plus grandes rave party, et ils évitaient au maximum de croiser les regards, bien qu'il savait qu'eux n'arrêtaient pas de se poser sur lui. Un étage plus haut. Trois minutes trente-six. Et ce fut le début du chaos. La fête n'était pas en honneur de la Xinose, non, elle était un prétexte pour la faire circuler, et l'étage où il avait atterri n'était en fait que la face cachée du monstre.

- Hey... Put***, TAYLOR !

Et le coup cogna dans un écho sourd le visage de la balance. Mais c'était déjà trop tard. Les visages, beaucoup moins nombreux qu'à l'étage d'en dessous, se retournaient vers lui, se déformaient en d'inombrables rictus aussi singuliers les uns que les autres, puis fuyaient, ou se ruaient vers lui. Tout n'était que bousculade et hurlement que Taylor avait débarqué ; à l'extérieur, il entendait les flingues de ces gars résonner, mais aussi ceux de ces jeunes qui le croyaient être son ennemi. Et Taylor détestait ça, la sensation de tout voir lui échapper, la sensation que quoi qu'il fasse, il ne parviendrait jamais à dénicher le coupable. Même si ces gars étaient armés à blanc, c'était pas le cas de ceux contre qui ils se battaient. Mais heureusement, la priorité pour les dealers et les consommateurs était de fuir. Et ils s'éparpillaient comme s'éparpillent les fourmis quand on marche sur la fourmilière, emportant avec eux tout ce qu'ils pouvaient de sacs et de came et de ce putain d'argent sale qui ne leur servait à rien.
Et quelques longues minutes plus tard, l'orage se calma. Taylor et ses hommes se rassemblèrent dans ce qui était la salle principale, utilisées pour la drogue. Musique et projecteurs éteints, ils rassemblaient les sacs de came qui restaient, vérifiaient les attaches des rares personnes attrapées, sept gars tout au plus. Mais qui étaient-ils, ceux-là... Camés, drogués, saoulographes, si Taylor arrivait à ne choper ne serait-ce qu'un seul dealer ce soir, c'était déjà une sacrément bonne prise. Mais il doutait que même s'il en avait un il parviendrait à le reconnaître ou le définir en tant que tel. Parce que tout était trop bien calculé, aucun n'avait encore jamais parlé ou en tout cas, jamais divulgué d'information assez importante pour être véritablement prise en compte.

- Nolan et Tomas, vous me chargez ces gars-là dans les camionnettes et vous les ramenez au QG. Comme d'hab, vous leur faite rien tant que je suis pas là. Les autres, vous continuez de fouiller les environs. Marquez les morts si vous en trouvez, ramassez les camés qui sont pas en état et récupérez les sacs. On ramènera ça au QG en suivant.

Ils se dispersèrent, chacun parti de son côté pour vérifier les lieux. Taylor regrettait déjà presque d'avoir fait irruption ce soir, la soirée avait comme prévu viré au cauchemard et les gars qu'ils avaient embarqué ne leur révèlerait sans doute rien de concluant, au contraire. Plus il avançait dans cette histoire de drogue, et plus il se faisait d'ennemi dans son propre clan, alors qu'il avait finalement réussi à tous les rassembler autour d'une même entité, autour d'une seule valeur, le respect. Cette drogue foutait tout en l'air. Tout. Et c'est alors qu'il la vit. Etendue sur le sol, dans un coin de la cour arrière, elle avait jusque-là échappé aux inspections de ses gars.
Long soupir. Il se pencha sur le corps de la jeune femme, pressa deux doigts contre sa jugulaire.

Put***, celle-là est vivante.

Sans attendre, il attrapa les bras de la jeune femme, afin de vérifier si oui ou non elle avait pris des substances, et constata, à la fois surpris et déçu, qu'elle avait en effet été piquée. Mais une fois. Une seule maudite fois. Avait-ce été contre son gré, il n'en saurait rien tant qu'elle ne se réveillerait pas. Passant un bras sous sa nuque et l'autre sous ses genoux, il la souleva alors et rejoignit le devant du bâtiment où ses gars, ayant terminé leur inspection l'attendaient. En un court quart d'heure, ils arrivèrent au QG, et avant même de s'occuper des généralités de ce soir, Taylor embarqué la demoiselle dans un des salons du QG et la déposa sur un des quelques sofas abîmés qui s'y trouvaient. Il attrapa une seringue qu'il lui administra au niveau de l'avant-bras, supposée diluer plus rapidement les effets de la drogue, ou en tout cas, en minimiser les effets, puis il lui administra une perfusion de glucose afin de nourrir son organisme, supposé épuisé par l'administration de la drogue qui avait un effet euphorisant sur les premiers temps.
Il la laissa alors là, rassemblant ses gars un peu plus à l'écart dans la pièce.

- Bon, si je fait le topo, on a trois gars blessés qui sont djéà partis se faire traiter au Nord. On a récupéré seulement six kilos de came, ce qui veut dire qu'il y en a au moins trois fois plus encore en circulation après cette soirée au vu du nombre de personnes qui m'ont semblées touchées ce soir. On a récupéré sept personnes, Jake et Nolan et Anna et Glenn vous allez vous occuper des interrogatoires par deux. S'ils vous donnent rien, relâchez-les, j'ai pas besoin de me faire encore plus d'ennemis que ça. Si vous trouvez quoique ce soit d'intéressant, vous connaissez le numéro. Phil et Lola, vous allez vérifier au centre comment vont les victimes qu'on a ramenées. J'aimerais aussi que vous me rameniez les rapports des six derniers jours sur ce qu'il s'y passe. Les autres vous pouvez prendre votre soirée. Merci à tous de votre soutien.

Et sans demander leur reste, les Sinewyers se retirèrent, non sans un regard à la seule rescapée qui avait eu le droit de rester dans les locaux de Taylor. Ils savaient pourquoi il ne l'avait pas envoyée au centre avec les autres. C'était sa première piqûre. Ce qui voulait dire qu'on pouvait encore combattre l'addiction. Et ils savaient que Taylor se refusait certainement de laisser ça entre les mains de n'importe qui. Il la forcerait à lutter. Et peut-être, qui sait, qu'elle aurait des informations à lui donner. Peut-être qu'elle serait celle qui les ferait avancer. Ou peut-être pas...
Il perdait espoir jour après jour, et ça se sentait dans sa façon d'agir et de s'exprimer. Même ce soir, il semblait persuadé d'avance qu'on ne pourrait rien tirer des "prisonniers". Il ne baissait pas les bras, mais il semblait se résigner. Pourtant, et lui seul le savait, au fond de lui il y avait toujours ce poids, cette boule à la fois brûlante et amère qui lui disait qu'il fallait qu'il lui demande à elle. Et il finirait par le faire. Parce qu'il ne savait plus quel chemin emprunter, vers qui se tourner pour arrêter ce fléau. Pourtant, il y avait bien une chose qui allait en sa faveur: depuis quelques temps, les fêtes se faisaient un peu plus rares, la came un peu moins présente. Etait-ce parce qu'il ne savait plus où chercher ? Etait-ce parce qu'il n'y avait plus assez de jeune naif pour se camer ? Ou bien y avait-il là une autre raison, comme, par exemple, l'essouflement simple et certain du produit...
Cramant une cigarette, puis deux, il surveilla l'avancée des choses depuis son mobile préhistorique, assis sur un fauteuil en face de celui de la pseudo-macchabée. Il passa quelques heures assis là, s'assoupissant par moments, puis se réveillant, le mégot encore à la main, puis s'assoupissant encore. Il sentait un nouvel hématome naître sur son bras et son torse. Douleur à laquelle il était plus qu'habitué désormais. Et puis il se laissa de nouveau aller à un sommeil léger, pour rouvrir les yeux vers un plafond décoloré par la noirceur de la nuit et visible qu'à la seule lumière faiblarde d'une lampe halogène qui illuminait le couloir.

Allez, gamine, il serait temps que t'ouvres les yeux.

Revenir en haut
Hige Cooper
Dashinger

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 281
Localisation: J'suis comme un ninja! : jamais loin!
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 牛 Buffle
Point(s) de réputation: 103

MessagePosté le: Lun 3 Juin 2013 - 02:56    Sujet du message: Twisted Affairs Répondre en citant

M-Ma tête je... Ils m'ont frappé? c'est ça! Ils m'ont frappé! c'est pour sa! Je....Ouvre les yeux bordel Hige, Défend toi!

La jeune fille sentit ses muscles se crisper violemment. Son corps se tendit et ce mouvement, si brusque, avait même réussit à l'affecter. La brunette ouvrit rapidement les yeux, figée par la douleur.
«Arg!»

La jeune femme tremblait et était trempée de sueur suite à sa brève expérience avec la drogue. Hige serra les dents sur sa lèvre inférieure assez fort pour en faire perler une goutte de sang. La Dashinger avait la tête qui tournait soudainement beaucoup moins, son corps répondait un peu plus et les extrémités engourdies de son corps étaient un peu plus contrôlées. Elle pu enfin fermer les yeux, plus doucement qu'elle les avaient ouverts, et encore une fois les ouvrir. Celle-ci avait simplement prit le temps de s'habituer à la luminosité des lieux. Ces lieux...
Je...Où suis-je?...

Hige regarda autour d'elle, dans le périmètre que le lui permettait cette position, trop effrayée à l'idée de bouger du, ce qu'elle était sûre d'être, sofa. Était-elle sur ce fameux sofa où une bande de personnes s'embrassaient et se caressaient un peu plus tôt avant cette infâme tombée dans les pommes? Cette idée la fit frissonner et lui donna même le courage de se redresser. Ce geste, peut-être trop rapide pour son esprit encore embrouillé, lui fit perdre l'équilibre. Hige ferma les yeux en sentant sa tête être attirée vers l'appuis du sofa qui était dans un sale état. Plus qu'elle l'imaginait en tout cas.

T'Pock

Après le choc de son crâne contre la pièce d'immobilier, la jeune femme ouvrit une fois de plus les yeux tout en s'aidant de cet appuis pour rester bien droite. Elle regarda alors le sol, ses pieds, monta ses yeux au niveaux de ses mains posées sur le sofa et finalement projeta sa vision plus loin devant elle. Hige se rendit enfin compte qu'elle n'était plus dans cet édifice désaffecté. Mais son corps restait en alerte. Lieux différent ne signifie pas hors de danger. Pas pour elle, Pas pour une fille qui était aussi maladroite que Hige. Elle tenta de lever la tête afin de prendre un peu plus d'assurance. Son corps tremblait pour la soutenir, afin qu'elle reste en position assise. Hige n'avait jamais sentit son enveloppe corporelle aussi faible. Son gémissement de douleur avait l'air de l'avoir alerté. Lui, celui qui était sagement assit face à elle. Ou pas. Elle n'en savait rien. À moins qu'il soit resté assis ainsi près d'elle tout ce temps... Nah, Hige secoua légèrement la tête. Im-po-ssi-ble. On ne reste pas au chevet de gens que nous ne connaissons pas. Pas ici, Pas à Pseudo city. Ou bien pas dans le quartier rouge. C'est vrai que dans celui des bleu les gens y étaient accueillants...Quartier...
Dans quel quartier sommes nous?... j'ai besoin de savoir...non ce n'est pas vrai... qu'est-ce qui changerais? À part le nom du clan au quel ce jeune homme appartient...le clan ne définit pas qui nous sommes...

Elle inclina la tête, sa colonne ayant de plus en plus de mal à la soutenir. Fronçant le nez, la jeune femme ouvrit la bouche pour prendre parole.
«Excusez-moi M'sieur...»

Sa voix était faiblarde et manquait d'assurance. Mais elle venait surtout de se rendre compte que ce jeune homme était grand et baraqué. Elle en avait déjà vue, mais il y avait eu le videur au bar des Dash, là...elle était seule...
«Où suis-je?»

Se massant une tempe du bout du pouce, Hige releva son regard, un peu plus assuré, bien qu'elle n'était pas plus en position de force, vers l'inconnu.
Surtout...qui est-il...?

Elle se redressa et posa ses pieds au sol, se préparant à se mettre en position debout.
«J-J-Je suis reconnaissante de votre hospitalité, je-je... veux rentrer chez moi maintenant...»

Effectivement qu'elle voulait, mais elle ne disait pas qu'elle le pouvait. Hige détourna son regard du mystérieux ténébreux et fixa ses mains qui c'étaient crispées sur le vieux tissus du meuble. Elle pensa à leur proximité, à la carrure imposante de l'homme, aux dangers, à ses faiblesses, à la raison pourquoi elle n'avait pas jeter ce fichu bout de papier. Comptait-il vraiment lui faire du mal? Au contraire, et s'il était venu la sauver?
Hige, arrête de rêvée, et s'il était avec ce mystérieux Jérémy ?

Elle déglutit bruyamment et son souffle s'accéléra. Son attention était sur une toute autre chose que l'inconnu devant elle. Elle était plutôt portée sur ce souvenir...

Son souffle sur sa nuque, ses mains, son corps qui la bloquait contre le mur, la sensation de l'aiguille plantée dans son bras. Jamais elle n'avait été aussi effrayée. Jamais Hige n'avait eue aussi peur d'un homme. Jamais elle ne pourra plus en rencontrer un sans en avoir peur. Ceci expliquerait peut-être sa peur envers cet inconnu.

Elle secoua la tête en plongeant son regard de bête prise au piège dans celui qu'elle pensait être le chasseur. Un couinement nerveux lui échappa et le battement son cœur s'accéléra.
«M'sieur je... M'sieur j-j-j-je peux Savoir q-quq-qui vous z'êtes??»

Elle posa sa tête lourdement sur son épaule qui ne la supporta pas et elle retrouva sa position de départ, allongée, la tête contre l'appuis-coude du sofa.
J'ai peur...

Elle se demandait, à se moment précis, s'il le savait...

_________________
Revenir en haut
Alexander Taylor
Chef des Sinewyers

Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2009
Messages: 252
Point(s) de réputation: 205

MessagePosté le: Jeu 6 Juin 2013 - 21:11    Sujet du message: Twisted Affairs Répondre en citant

Lorsque le caïd entendit le vieux sofa d'en face couiner sous les tentatives de mouvement de la malade, il rouvrit les yeux pour l'aviser, sorti d'un de ces demi-sommeils qu'il laissait volontiers l'envahir. La journée avait été longue et la soirée mouvementée, mais il ne se laisserait pas partir avant d'avoir pu s'assurer que la gamine en question ne s'était pas vraiment droguée, ou alors qu'elle pourrait s'en sortir.
Un mégot tenu faiblement entre ses doigts, il l'écrasa lourdement dans le cendrier sur une petite table entre les séparait. Il observa la gamine qui essayait de se mouvoir avec la plus grande des peines, témoin silencieux de son labeur. Il la regardait, et c'était comme s'il ressentait les chocs électriques qui engourdissaient chacun de ses membres. Elle était affaiblie, presque incapable de bouger, et il devinait que s'il l'avait laissée à son triste sort, elle serait certainement restée seule allongée sur le bitume un bon moment... dans le meilleur des cas. Maintenant qu'il y pensait, il n'avait laissé que trop peu d'hommes à l'immeuble désaffecté, et il espérait en silence qu'aucun ne retournerait sur le slieux du crime pour y descendre les rares qui lui étaient le plus fidèles.

La gamine parvint étrangement à s'asseoir sur le divan, malgré que son corps semblait ne plus lui répondre, et il se surprit à l'admirer, d'une certaine façon, pour cet effort incroyable qu'elle avait fait. Mais très vite, il réalisa que la portée de son geste n'était pas aussi noble. Malgré l'obscurité des lieux, il crut lire en son regard d'abord confusion, puis rapidement une sorte d'anxiété, certainement liée à sa dernière expérience avant de perdre connaissance.
Toujours silencieux, le chef sinewyer se leva de son fauteuil et fit quelques pas dans la pièce, en direction d'une kitchenette présente dans un coin en face d'une fenêtre. Il tira un peu d'eau du robinet, la laissant couler quelques secondes avant d'en remplir un verre, puis il revint jusqu'au centre de la pièce, du côté de la jeune femme dont il ne connaissait encore ni l'identité, ni même l'appartenance. Et alors qu'il s'apprêtait à l'inviter à boire, elle l'interpella, d'une voix qui se voulait faiblarde et peu assurée.

«Où suis-je?»

Il s'arrêta alors net, tenant le verre dans sa main et fixant la jeune fille sans mot dire. Il fallait qu'il fasse attention à la façon dont il appréhenderait les choses. Il ne savait pas comment elle pourrait réagir à quoi que ce soit. Elle était potentiellement sous l'emprise de la drogue, et quand bien même, il n'avait eu que trop rarement à faire aux "premières fois", il ne savait que trop bien que chacune différait en fonction de l'hôte. Elle pourrait essayer d'être violente, mais son état physique semblait l'en empêcher. Elle pourrait rester lymphatique, et si c'était le cas il se félicitait d'être celui qui était tombé sur elle et l'avait mise en lieu sûr. Ou bien elle pourrait encore faire un choc anaphylactique. Et ça... C'était vraiment pas une bonne option. Il la surveillerait, comme il le pourrait, comme elle lui laisserait l'occasion de le faire.

- Tu étais à la soirée plus tôt. C'est terminé maintenant. On t'a ramenée en lieu sûr pour observer ton état après la piqûre, et pour s'assurer que tu aies au moins un toit et de quoi manger avant de rentrer chez toi.

Son ton était loin d'être froid et même bizarrement chaleureux. Il ne voulait pas prétendre être doux ou gentil, mais il devait prendre des précautions et éviter de l'énerver. S'il pouvait éviter toute réaction incontrôlée, ce serait déjà ça de gagné. Cependant, il commençait à ressentir une certaineforme d'agitation chez la jeune fille. Elle essaya vainement de se tenir debout, mais resta seulement scotchée au sofa, et dans une série de balbutiements, elle laissa entendre qu'elle voulait en effet rentrer chez elle.
Le caïd l'observa alors un court instant, puis s'accroupit devant elle, prenant appui d'une main contre le sofa alors qu'il posait de l'autre le verre sur la table.

- Pour l'instant ton état ne te permet pas de bouger. Quand tu auras retrouvé toute ta mobilité et tes esprits, tu pourras partir et aller où tu veux. Mais dans l'immédiat tu vas devoir rester là.

Mais il n'était pas au bout de ses peines. Elle accrocha son regard, et en moins d'un dizième de seconde, il comprit qu'il était en train de la perdre. Il ne savait pas si c'était les effets de la drogue, ou autre chose, mais elle était en train de céder à la panique, et comment la blâmer pour ça ? Se retrouver, incapable de bouger, dans un lieu inconnu, en seule présence d'un homme, quand on est une femme, ça doit forcément faire un choc. Pourtant, il n'était pas franchement de ce genre de types, et il avait bien d'autres choses à penser en ce moment que s'amuser à séquestrer des gosses et leur faire subir on-ne-sait quels sévices. Il la laissa alors prononcer ces mots, paniqués, mais avant même qu'il n'ait pu lui répondre, il la vit s'enfoncer dans sa propre stase, incapable de se tenir assise plus longtemps. Et alors qu'elle tentait de se remettre en position allongée, il l'aida, soutenant sa tête d'une main, et guidant ses épaules jusqu'à une position ni trop inconvenante ni inconfortable.
Il s'assit alors à même le sol, jambes repliées, et l'avisa un instant. Il préférait ne pas trop entrer en contact physique avec elle pour l'instant, bien que cela pourrait la réconforter un peu, de peur de la voir se refermer d'autant plus. Cependant, il fut forcé de déposer sa large main sur son front, constatant que la fièvre qu'elle avait plus tôt n'avait pas diminué et qu'il lui faudrait s'hydrater au plus vite.
Retirant sa main, il l'avisa alors, et reprit, doucement.

- Je m'appelle Alex. Tu es ici sous la protection d'un chef de clan, donc rien ne pourra t'arriver. Quand tu iras mieux tu pourras me donner ton nom, et on préviendra ton chef pour qu'il nous donne ses directives. Mais pour l'instant je vais te demander d'essayer de me faire confiance. Tu as besoin de repos, et il faut que tu te réhydrates. Est-ce que tu m'autorises à te faire boire un peu ?

D'un geste ni trop lent ni trop prompt, il désigna le verre d'eau déposé à côté sur la table, puis reposa ses yeux sur la jeune fille. Il ne povuait pas attendre d'elle qu'elle accepte de répondre à ses demandes tout de suite, c'était pourquoi il privilégierait d'abord sa remise en forme. Aussi, il avait intentionnellement donné son prénom, sans faire de lien direct avec son rang, afin qu'elle ne se referme pas, sous la pression d'être surveillée par un chef de clan, ou tout simplement sous la peur d'être sous son emprise, à lui, le redouté chef sinewyer.
Sa réputation était un sacré atout par moment. Mais là, tout de suite, c'était certainement la dernière chose dont il avait besoin.



Revenir en haut
Hige Cooper
Dashinger

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 281
Localisation: J'suis comme un ninja! : jamais loin!
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 牛 Buffle
Point(s) de réputation: 103

MessagePosté le: Mer 12 Juin 2013 - 03:02    Sujet du message: Twisted Affairs Répondre en citant

La jeune femme tremblait et fixait avec envie ce verre d'eau posé sur la table non loin d'eux. Hige déglutit bruyamment avant de porter son attention ensommeillée sur les paroles du caïd en face d'elle. Elle...Elle n'avait plus l'impression d'être elle totalement. Quelque chose avait changé à l'intérieur de la jeune femme et elle ne pouvait dire quoi. Hige se sentait comme un animal. Un animal qui avait été piégé, qui avait été affaiblit et qui était maintenant...Perdu. De plus, son corps ne lui permettait aucunes liberté de mouvement. Quel cauchemars. Son cœur était toujours aussi rapide et le fait qu'il lui ait avoué qu'il était le chef d'un clan ne l'avait en rien aidé. La Dashinger avait un avis ouvert sur les différents clans mais savait très bien que ce n'était pas le cas de tout le monde et que les Rouges avaient une mauvaise réputation. Du dealer jusqu'au femmes qui vendaient le plaisir de la chair aux hommes perdus et en manque de chaleur dans ce monde bien compliqué. Une simili politique, un atmosphère froid, une guerre qui comprenait des clans qui étaient eux-même en guerre, un problème de drogue important, la violence dans les rues...Crystal leva la main vers le jeune homme, qui n'était pas laid du tout selon elle, et ouvrit la bouche pour se présenter à son tour.
«Je...Je m'appel Crystal...Je...Je suis Dashinger et...je n'ai rien d'une chef, je...voulais vous...»

La jeune femme toussota et hocha la tête. De l'eau, oui de l'eau: ce liquide si pur et si rafraîchissant. La jeune Dashinger aurait pu en rêver si elle aurait dormit. La jeune Crystal entre ouvrit ses lèvres pur l'inciter à le faire, ayant trop peur d'échapper le contenant si elle l'aurait prit, et ferma les yeux, ayant honte de sa situation. Avalant le liquide à grande gorgée, la brunette s'extasiait de la sensation du froid qu'elle sentait glisser au fond d'elle-même.
C'est ce qui avait changé. Elle n'avait plus aucun, ou peu, force de caractère. Jamais elle ne s'était sentie aussi soumise et elle ne pouvait rien faire pour changer la situation. C'était sans doute cette drogue qui lui avait été injectée sans son consentement.
Lorsqu'il arrêta de la faire boire l'eau, celle-ci de redressa, ayant un peu plus de force physique en elle. Enfin en position assise et confortable, Crystal posa son regard timide sur l'homme devant elle, voulant le détailler un peu plus. C'était étrange cette sensation: à la fois apeurée et intriguée par cet individu. Elle n'avait jamais vécu un tel sentiment au par-avant. La jeune blessée bailla en tentant de s'étirer le plus possible, ses membres lui criant d'arrêter de tirer.
«Alex...vous travaillez pour un chef?»

La petite innocente avait retrouvée son doux et tendre ton de voix. Aussi chaleureux que féminin et aussi agréable pour les sens qu'une mélodie. N'étant pas sortit ailleurs qu'au quartier rouge et chez les Brainstormer, Crystal ne connaissait que peu de monde hors de ces endroits et ceci pouvait être un avantage pour qui voulant une nouvelle identité au près de la belle - bien que celle-ci n’occupait pas une place importante - et manipuler un pion de plus. Surtout comme elle était dans cet état, sous l'effet de ce malheur en seringue.
«Je peux vous parlez...? j'ai besoin de...de raconter ma version...»

Demander la permission pour un rien, c'était bien le reste de drogue qui parlait.
«Je n'ai pas voulut de ça... je... j'ai été piégée par d'Jé...»

Son regard se déplaça sur le cou du jeune homme. Ce morceau de chair étant beaucoup moins imposant que son regard qu'elle se félicitait d'avoir soutenu aussi longtemps.
«Et ils m'ont coincée et m'ont piqué...»

La belle restait peu claire sur l'histoire. Mais pourtant, elle n'avait rien à cacher, seulement, son esprit n'était plus intacte et il ne savait même plus ce qu'il voulait. La soumission de son hôte ou ses réactions violente? La deuxième option était peu possible. La dénommé Alex était beaucoup trop doux pur éveiller un tel comportement. Le petit reste de l'injection décida de donc poursuivre avec la carte de la soumission. Crystal posa ses mains sur ses cuisses mises à nues par sa jupe qui lui arrivait dans le haut de celles-ci et baissa ses yeux sur la trace de la seringue - ayant été déformée par ses tentatives de fuite - et ensuite sur ses poings fermés à la fin du bout de tissus la recouvrant.
«J'ai faim... J'ai vraiment faim...»

Mais à ce moment précis, la belle se posa une question de plus: Faim de quoi?



_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:01    Sujet du message: Twisted Affairs

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Pseudo City Index du Forum -> Quartiers ouest -> Quartiers ouest Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Thème actuel: Decadent city (v2.0)
Thème original: Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com