Pseudo City Index du Forum
Pseudo City: Chapitre 2 - Dégats collatéraux
 
Pseudo City Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Jude Sherigan, alien.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Pseudo City Index du Forum -> Paperasserie -> Présentations -> Registre masculin
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jude Sherigan
Personne disparue

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2011
Messages: 7
Localisation: Quelque part, évidemment.
Masculin Cancer (21juin-23juil) 猴 Singe
Point(s) de réputation: 9

MessagePosté le: Lun 25 Juil 2011 - 21:44    Sujet du message: Jude Sherigan, alien. Répondre en citant

Identité du personnage:
    Sherigan.
    Jude.
     Pour avoir un surnom, il faut des amis, de la famille, ou encore de simples proches suffisent pour vous en décerner un, et ces choses là voyez vous, je n’en possède pas. On m’appelle Jude, simplement Jude.
    16 ans à peine.
     : J’ai atterri chez les haughters par simple hasard. C’est juste que je suis entré dans la ville par la frontière Est et donc dans leur quartier, ne voulant pas me les mettre à dos, j’ai dis que… je venais de chez les vieux. Ils m’ont acceptés (en partie) et c’est tout.


Physique et mental:

Physique: 


J’m’appelle Jude, et j'trouve que ces temps-ci, j’ai vraiment une sale tête. Quand un gosse me croise généralement il fait des gros yeux, comme s’il avait vu un extraterrestre. Pourtant, ce n’est que moi. Les adultes, eux, lorsqu’ils croisent mon chemin, ils… ils font comme s’ils ne me voyaient pas. C’est ignoble. Ils sont ignobles. Je le sais, qu’ils font semblant, ils pincent la lèvre inférieure lorsque je bouge pour attirer leur attention. J’aime leur faire des grimaces et secouer les bras dans tout les sens, coller mon visage aux leurs. Ils détestent quand j’fais ça, alors, j’adore, normal. Mah, en attendant, j’suis comme un fantôme. Âme errante avant l’heure, ça a ses avantages. Je joue parfois au zombie, me trainant comme un mort vivant, une âme en peine. C’est rigolo, ça fait passer le temps. Enfin, ça c’était avant. Aujourd’hui ? J’suis plus qu’un légume. Une courgette. C’est ça ! J’suis une courgette ! Ah, ou en étais-je… ? Ah oui ! Un fantôme. Pas une courgette. Un fantôme je suis, t'entends petit ! Malheureusement, c’est dans les moments où j’ai le plus besoin de cette ingrate ignorance qu’elle semble disparaitre, les adultes me trouvant subitement un intérêt de choix. Ah ça, quand vous essayez de chopper de quoi ne pas crever de faim, ou alors un pauvre petit paquet de clopes, pas de soucis, là, les gens, ils vous voient ! Sinon… Comment je suis ? Pourquoi tu veux savoir ça, hein, coquine ? C’est ma voix de bad boy qui t’excite ? T’aimerai savoir si j’suis bien foutu, hein ? Bah, si tu veux savoir, si j’ai une sale tête, c’est tout simplement à cause de la drogue. L’alcool, la fumette, la poussière d’ange tout ça… Drogs and rock’n rool. Tu trouves pas ça sexy chérie? Hum oui tu as raison, j’ai un parfum assez spécial avec tout ça, puis rajoutes-y une pincé d’odeur reconnaissable de transpiration. Bah ouais, j’ai pas de salle de bain où prendre une bonne petite douche moi. J’ai pas de chambre ou dormir non plus. J’fais ça très bien dans les rues. Ou dans la nature. Résultat bah écoute, j’ai l’air d’un gros crado. Pourquoi j’ai pas de chez moi ? Et bien ma caille, parce qu’on m’a éjecté de ma ville natale, comme les lymphocytes se débarrassent d’un virus. Pour le bien de l’organisme tout ça. Ah misère, y’a que me regarder et ça se voit de suite que… J’suis qu’un déchet. J’ai l’air d’un déchet. Je suis plus que négligé. Je n’ai comme vêtements que mon long manteau qui sent le tabac, mon pull à rayures déchiré au niveau des manches, un tee shirt tout simple et noir et mon jean boueux dont les extrémités se font sans cesse mâchées par mes vieilles baskets. Mes cheveux aussi, sont si sales qu’on dirait que je me suis récemment fait un shampoing à la boue.
    Remarque, tu m’diras, c’est peut-être le cas. J’fais pas vraiment attention où j’couche la nuit. A la base, mes cheveux, ils sont châtains et trèèèès épais. Ils ne frisent pas, ils sont bien lisses, mais ils sont tellement nombreux que ça m’fait une grosse tête de cheveux. J’ai la peau assez blanche depuis que je me drogue. Plus blanche qu’avant du moins. J’ai les dents qui commencent à devenir jaunes, à cause des clopes. J’ai les poumons qui doivent déjà être en cendre d’ailleurs. Et comble, j’suis asthmatique. Non, je n’ai pas peur de chopper un cancer. Pour tout te dire, j’m’en fiche. Là haut, ça ne peut pas être pire qu’ici. Je n’ai pas peur de mourir. Ceux qui ont cette peur sont vraiment de gros imbéciles. Que la mort ne m’effraie pas, ça se lit dans mes yeux. Cette petite lueur que peu possèdent, là, juste au fond de la pupille et qui dit « j’veux devenir quelqu’un ». Elle brille, si seulement tu sais regarder. Je veux devenir quelqu’un. Avant, j’avais espéré devenir quelqu’un de bien. Aujourd’hui, tout simplement « quelqu’un » me suffit. Je ne suis pas fait pour ça. J’suis pas fait pour être un dépravé et pour avoir cette gueule là ! Pourtant, mes cernes traduisent ma vie de clochard. Le clochard, il fait même pas la manche et il est souvent dans la lune. Enfin, il a les yeux fixés sur quelque chose qui n’a pas l’air de voir, mais attention, pauvre sot, il est attentif à tout ce qu’il peut bien se passer alentour. C’est trompeur, c’est moi, c’est Jude. Le beau Jude Sherigan pour vous desservir.
    J’ai de grandes lèvres fragiles. Elles gercent tout le temps, qu’il fasse -10C° ou 30C°. Et j’fais rien pour les entretenir. Pourquoi j’perdrai mon temps à ça d’ailleurs ? Elles sont roses et claires, comme mes yeux, qui eux aussi, sont clairs. Ils sont verts. Si j’aime mes yeux ? Euh bah en fait, me suis jamais posé la question. Ce sont les miens, et ils sont bien comme ils sont, c’est tout. Le reste… Je ne suis pas très grand, je n’ai pas encore fini ma croissance. Je ne sais pas combien je mesure exactement, non. Plus d’un mètre soixante dix c’est sûr, mais après… Pas beaucoup plus en tout cas. J’ai un corps et un visage assez carré. J’ai le nez bien droit par exemple. Il n’a rien de spécial, complètement banal. Je suis musclé, mais je ne suis pas comme ces machines qui se trouvent 24h/24 en salle de sport. Je reste un peu frêle, et puis… J’ai pas l’air en très bonne santé. Pourquoi j’vous raconte ça ? J’sais pas. J’avais surement envie de vous parler. Je m’ennuie, tout seul. Je m’ennuie… si vous saviez…



Orientation sexuelle : J’aime les nénés. J’aime les chates. J’aime les formes délicates des belles femmes dans les magasines. Si j’dis ça, j’ai l’air de quelqu’un de normal, n’es ce pas ? Alors que, si je dis j’aime les culs, j’aime les bites, j’aime les muscles quand ils sont saillants. Là de suite, on me regarde bizarre. N’es-ce pas ?

Caractère:  Au fond de la classe, j’y étais. Les stylos lancés pendant les fatiguantes heures de maths, c’était moi. Jude, Jude Sherigan, pour vous divertir. Les bagarres dans la cours d’école, ça par contre, je n’avais rien à voir là dedans. Je n’étais qu’un petit plaisantin qui n’a jamais trouvé le moindre intérêt aux cours. J’étais pas méchant. Juste, je me demander à quoi ça rimait d’apprendre. De retenir des poémes par cœur écrits par des hommes morts enterrés et décomposés depuis des siècles et des siècles. Moi, j’ai toujours aimé les histoires d’aventuriers, de gens qui gagnent leur vie par leur seule force, la loi de la nature, la loi de la jungle. Quelque part, la loi des hommes aussi. Prendre un stylo, une feuille, et recopier un énoncé… J’ai jamais saisi pourquoi on me faisait faire tout ça. Je n’étais pas fait pour les études. Je m’ennuyais en cours, alors, je passais le temps comme je le pouvais. Au début, j’étais le détenteur du record des allées au coin. Après, de celui du nombre d’heures de colles comptabilisées. Je les séchais en plus. J’perdais déjà assez mon temps en cours, pas besoin de perdre un mercredi après midi pour leurs beaux yeux. Sinon, j’ai toujours eu de bons résultats, ça avait le chic de les faire enrager, les profs. J’avais mon p’tit secret à moi pour réussir, suffit d’écouter le prof d’une oreille, et tout rentre. Mon excellente mémoire m’a beaucoup aidé, je le reconnais. J’ai cette faculté prodigieuse, de tout retenir alors que je n’écoute pas vraiment ce qu’il se passe, pourquoi me fatiguerai-je alors ? Je n’en ai pas besoin. J’étais unique. J’ai toujours était unique. Mais, comment trouver sa place dans un monde où tout le monde se ressemble et où l’on est l’exception… ? Je suis le mouton noir. J’ai appris à me méfier des gens. Des amis, de la famille. Ce que vous faites pour les autres ? Peuh, on vous le rend toujours mal. Sauvez l’intello de la classe des grosses brutes et vous verrez comment il vous récompensera. Ils sont tous égoïstes, même ceux qui ont pourtant l’air muni d’un bon cerveaux. Les gens sont vite jaloux du peu que vous possédez. Ils vous en veulent pour un rien, ils sont désespérants, ils râlent tout le temps. Rah que j’aime pas ça, les gens ! J’ai appris à les détester. A les haïr… Mais aussi à m’en… servir. J’suis malsain, ouais. Et alors ? Je suis bien obligé de vivre avec eux, alors, ma petite vengeance, c’est de m’amuser avec. Par exemple, draguer une belle fille, pour ensuite la laisser tomber juste au moment où elle se jette à l’eau, juste quand nos respirations se frôlent, se mélangent, quand ses lèvres sont si proches des miennes qu’elles pourraient me les arracher. J’aime voir l’incompréhension mêlée de frustration sur leur si beau visage… Je suis un enfant pas sage. J’aime relever les défis. Les plus absurdes qui soient d’ailleurs. Quand j’y pense, ça aurait pu me couter la vie. Une course de voitures ? En pleine ville ? Pas de problèmes coco, après, comptez pas sur moi pour m’arrêter lorsqu’il y a un feu rouge.
Au fond, j’dois être un sensible au grand cœur mais j’suis tellement capricieux que j’fais beaucoup de conneries pour que l’on parle de moi, et en plus j’me fais vite des ennemis. J’suis l’enfant de la malchance. Puis, je ne sais pas, mes idées n’ont pas l’air de plaire à grand monde. Je suis un enfant de la nuit. Je préfère le crépuscule à l’aube. J’aime voir les rouges lumières s’évaporer derrière l’horizon. C’est… humm… excitant. Je suis unique et je le revendique. Ose me montrer mon sosie, et je le détruirai. Je suis le seul. Je suis moi. Je suis l’unique !!! Haha, unique. Unique unique unique… Un peu dément parfois, je vous l’accorde. Mais, mes chéris, il faut bien savoir pimenter un peu sa vie, sinon, elle devient morne. Comme la mienne, comme celle qu’elle est devenue… Regardez là… regardez moi… Mouais, aujourd’hui, j’fais pitié. J’ai perdu de mon charisme. Je ne suis plus le Roi de ses demoiselles qui les faisait toutes tomber. Aujourd’hui, je suis qu’un dépravé. L’unique dépravé.
 
Autre remarques: J’aime les vieux manèges, ceux qui sont en bois et qui tournent. J’aime m’endormir sur la balançoire, autour des chevaux de bois.
 

Histoire et divers:

Histoire du personnage


Un bruit de verre brisé. Quelques sanglots que tu ne parviens plus à retenir. Tu relèves la tête pour découvrir un visage que tu ne reconnais pas. Que tu ne reconnais plus. T’as une sale tête mon vieux… Il est brisé, ce visage. Il est comme anéanti, cet être devenu chétif, ce reflet ondulant, ce miroir que tu viens de fendre. Tu fais pitié. J’vais te dire, ta peau est trop blanche, les cernes sont trop profonds, plusieurs veines semblent éclatées dans le blanc de tes yeux. Autour de l’iris qui perd petit à petit de sa couleur se promène désormais un peu trop de rouge. Les lèvres sont gercés à en saigner, dehors pourtant, il fait chaud, très chaud même. Tu sue. T’en peux plus. Tes parents non plus. Tous les soirs c’est disputes sur disputes. Tu ne comptes plus le nombre de verres que t’as reçu dans la figure. Ils te jetteraient même avant l’heure s’ils pouvaient, tu sais ? Tu les déçois comme ils t’ont déçu. Puis, tu perds la boussole, t’as plus de repères, tu ne comprends pas très bien ce que tu fais là, à te regarder, comme ça, tu sais juste que tu détestes ça. Tu détestes ça et tu mens en disant que tu les détestes eux. Parce qu’en fait, ce que tu déteste le plus c’est...
 
[ murmure…]
 
 Ce spectacle te répugne, de prime, avec cette grimace, on dirait une bête de cirque. T’as trouvé ta vocation, tu sais comment gagner ton fric maintenant : quand t’ont t’aura arraché de ces murs t’aura juste à montré ta sale tête dans une cage. C’est pour cela que le miroir vient d’être fendu en deux puis qu’il s’est éparpillé en plusieurs morceaux. C’est ta colère, c’est cette rancœur qui te pourri de l’intérieur qui sont à l’origine du moindre de tes gestes. Le pire, c’est que tu en trouves une certaine justification, quelque part. On t’a poussé à faire ça, tu n’es qu’un pauvre petit esclave voué à être pour toujours à la solde de tes maîtres. Un pantin qui suit les ordres de son abominable marionnettiste. Tu as été trop négligent avec toi même et tu détestes à présent ce que tu ne sais même plus reconnaître. Tu t’étais dit que tu ne finirais pas comme ça, que tu valais beaucoup mieux, que tu ne les laisserais pas te rendre aussi laid, aussi fou, aussi lâche. Pourtant, regardes toi maintenant, tu n’es plus qu’un débris, même pas capable de dire quel jour nous sommes et quel heure il est. Sais-tu encore parler ? Articuler un mot à plusieurs syllabes ? Fais donc rire ton public, aller quoi, ouvre la bouche. Non, ça ne vient pas. T’es vraiment pitoyable. Tu t’es laissé avoir. T’es partit en courant, tu as fuis. T’es qu’un pauvre imbécile. Tu ne m’entends même te parler. Hé ! Tu sais qui je suis… ? Je vais te le dire… Je suis…
 
[murmure…]
 
Tu te diriges vers les douches, tu ne m’as pas entendu, ou alors tu feins bien. J’ai une question, essaieras tu encore de te noyer dans la petite baignoire ? Tu n’as jamais réussi, tu es trop faible pour cela. Y’a toujours ce petit réflexe qui fait que tu remontes toujours à la surface, suffoquant mais bien vivant. T’as essayé la corde aussi, le plafond à craquer, puis t’es mollement retombé, avec seulement le souffle coupé. Les médocs ? Tu les vomis à peine ingurgités. T’es pas fais pour ça. Fais-toi une raison. T’iras pas en enfer, t’y es déjà, et c’est pour l’éternité, personne ne mettra fin à ton clavaire. Enfant martyr.
Personne ne veut de toi, tes parents ne t’ont jamais aimé. Ils n’ont jamais voulu de toi, n’ont jamais voulu s’attacher à toi, à vrai dire, ils n’ont même pas cherché à essayé. T’étais voué à les quitter prématurément. Ils ont préférés te faire souffrir toi, plutôt que de te pleurer à ton départ. C’est la loi, tu dois partir à 16 ans, alors, autant ne pas avoir à te regretter. Toute ta vie, on t’a rabâché que, si tu étais né, c’était parce que le préservatif s’était déchiré. Tu n’as jamais eu vraiment d’amis à l’école. Au début, on t’aimait bien, on ne te connaissait pas encore. On te trouvait drôle, alors, tu continuais ton petit cinéma. Un jour, ça t’a lassé. T’as dit tes quatre vérités, tout le monde t’as tourné le dos et tu t’es dit que c’était bien fait. Bien fait pour eux car ils n’auraient maintenant plus le privilège de compter ta noble présence dans leur rang. Ils sont cons hein, les gens ? Ils sont humains, ils sont comme toi. Toi qui te pense unique. Pourquoi serais-tu unique ?
 
Aaaah oui, pour le suicide, tu aurai mieux fait d’insister en fait. Quand on veut on peut. Si tu n’y arrives pas, c’est que tu ne veux pas. Non tu ne vas pas bien, je sais. Arrêtes un peu d’pleurer. Ne penses pas être le seul dans ton cas, tu n’as qu’à regarder les informations, tu verrais de quoi es faite la misère du monde.
L’eau glacée te fait du bien, ça te réveille un peu, mais ça ne sera jamais assez.
Après quoi tu passes un tee shirt, un sous vêtement, un pantalon et des chaussures, et ton manteau. Tu sors dans la rue sans même un au revoir. Tu sais pourtant que tu ne reviendras pas. Ce soir, c’est ton anniversaire. Happy Birthday Jude ! Aujourd’hui tu as 16 ans. Ne te retourne pas. Ce soir tu te plaindras d’avoir froid. Ce soir, ces ingrats qui n’auraient pas dû te donner la vie, ils te manqueront. On lance les paris ? Hé ! Ca ne voulait pas dire va jeter le peu de fric que t’a  chopper dans les poches des vieux dans un casino ! Arrêtes, tu te fais du mal, tu sais très bien que tu n’as jamais eu de chance. C’pas aujourd’hui que ça va venir. Ne pari pas autant ! En plus, au fond, au fond tu le sais que l’argent ne changera rien.
Et voilà, t’as perdu, sauf que t’avais pas l’argent nécessaire pour payer sur toi. Les chiffres sont devenus trop gros et ça a fini en petit règlement de comptes dehors. Tu as payé en nature si on veut. T’as payé en nombre de bosses, de bleus, de contusions, de saignement de nez. Ca t’a fait sourire. T’es con ou tu le fais exprès ? Bon, j’peux plus rien pour toi. Ta conscience, elle se met en grève, elle ne te reconnait plus, elle non plus.
 
Tu rampes par terre comme un ver et la police te retrouve devant leur commissariat. Quand ils voient ta carte d’identité, leur réaction est sans appel, c’est sous le bruit ronronnant des sirènes qu’ils te conduisent aux portes de la ville. Ils t’y jettent, là, livré à toi-même. Tu marches, tu marches, tu n’en peux plus de marcher. Tu tombes. Tu te sens faible, vraiment faible, ça fait longtemps que tu n’as pas reniflé ta poussière d’ange hein ?
T’as commencé y’a quelques mois, quand tu as appris qu’à 16 ans on allait te jeter de chez toi. C’est ce jour là que t’as tout compris. Que t’as compris à quel point l’on t’avait menti, caché des tas de choses. T’as commencé par les bars qui acceptaient de te vendre quelques verres. Tu fumais déjà, mais tu t’es mis à rechercher autre chose qu’une simple cigarette. T’avais de bonnes relations pour ça. Ensuite, t’as voulu faire le plus de conneries que tu pouvais faire en si peu de temps. T’es allé dans des clubs night pas nets, ils te laissaient entrer, leur chiffre d’affaire en pâtit déjà bien assez depuis que les 16 à 26 ans ne sont plus. T’as joué avec des stripteaseuses et des gigolos, tu t’es trouvé une chouette bande avec qui tu te pavanais dans les rues, terrorisant les plus jeunes comme les plus vieux. Les adultes se sont mis à vous ignorez, vous en avez tué quelques uns, le soir, dans les rues. On n’a jamais su prouver que vous étiez responsables et tant mieux. Ensuite les courses de voitures. Par équipe, la tienne était toujours en tête, t’étais au volant, t’avais un mécano attitré, une mascotte et un copilote. C’était sympas. Même semer la mort en créant des accidents, ça te faisait tripper. Mais ça ne te suffisait pas. Ca ne suffisait pas pour te réconforter. Pour te réchauffer, pour combler l’angoisse. Ce n’était rien contre les 10 ans de vie que tu allais perdre là bas, dans cette ville où seuls des gamins comme toi habitent. On t’a menti toute ta vie. Ici, tu n’as eu le temps de rien construire, en 16 ans, qu’en sera-t-il pour 10 ans ? Tu n’auras pas le temps de te faire au climat que l’on va de nouveau te jeter à coups d’pompes de ton chez toi.
Toi qui aimait pourtant l’aventure, les jeux de rôles, les histoires de héros forgés par la loi du plus fort, sur le coup, ça t’as vraiment déprimé. Tu ne ressembles plus qu’à une loque. Et faut que tu marches encore si tu veux atteindre ta nouvelle ville, ton nouveau foyer.
Ah, mais pour l’instant… tu t’es endormi. Bravo.
***

 
Tu délires mon pauvre, t’as des images plein la tête. Quoi ? Des souvenirs ? Tu t’y accroches comme un enfant le fait aux jupes de sa mère. Oublie le reste du monde. De toutes manières, lui aussi, il t’oubliera.
***

 
- Jude.
- Jude ? C’est bizarre comme nom.
- C’est parce que je suis bizarre à ma façon, j’suis pas comme les autres, moi.
 
Il m’énerve lui. Il m’a tout de suite regardé de haut, quand j’suis arrivé dans la cour. Il a de beaux yeux alors il se croit mieux que tout l’monde ? Il est comme eux. Il est pareil, y’a qu’moi qui suis unique ici. Y’a que moi qui me pose des questions. J’suis le seul assez intelligent pour ça. Par contre, j’ai pas les réponses. Mais le plus intéressant ce sont les questions. Eux, ils ne font qu’écouter aveuglément leurs parents. Moi j’ai la chance de savoir qu’il ne faut pas leur faire confiance. Enfin, je vais devoir jouer le jeu. Ici, ça s’appelle l’école. J’aime pas ça et j’suis qu’en cp. Je redoute la suite, j’ai vite appris que le pire restait à venir. C’est vrai, au début, on ne faisait que dessiner, mimer, recomposer des puzzles, jouer, répéter connement des mêmes lettres toujours dans le même ordre. A, B, C, D, E, F… Et dire que certains au bout de six mois se tromper encore… Alalala mais depuis la rentrée, là, c’est déjà plus compliqué, on a appris à s’en servir, de ces lettres, et des chiffres aussi. J’aimerai bien savoir qui est l’glandu qui a invité les chiffres, j’irais lui dire ma façon de penser. Monsieur à décidé que 1 et 1 font 2 alors tout l’monde l’écoute ? Bah moi je dis bravo ! J’veux savoir son secret, comment il a fait pour que tout le monde se serve de son invention diabolique : les mathématiques. Peut-être qu’il s’appelait monsieur Mathétiques. J’irai voir à la bibliothèque en rentrant à la maison. Mais franchement, sans mentir hein, j’vois pas à quoi ça sert. Pas besoin d’écrire tant qu’on sait parler. Pas besoin de compter tant qu’on a cet objet magique appelé calculatrice. Demain, on apprendra quoi d’autre de totalement inutile ? Ca m’fais peur. On m’fais un lavage de cerveau, j’en suis sûr. J’ai entendu parler de ce que l’on appelle les « sectes ». L’école, ç’en ai une, j’en suis sûr… C’en ai une. Et puis après, on m’enverra à la guerre !
***

 
J’m’ennuie ici. Va falloir que j’trouve quelque chose. Ah… Héhé je sais…
***

 
- Jude ! Au coin !
- Oui madame…
 
Ah, j’peux enfin lever mes fesses de cette chaise ! Ca fait du bien !
***

 
- Ohé ! Ton nom, c’est Amoury c’est ça ?
- Euh… c’est… c’est A… Amory…
- T’as combien sur toi ?
- Euh… j’ai… euh… comment ça… ?
 
Voilà encore la bande à Vincent. Ils ont choisi Amory comme cobaye cette fois. C’est affligeant de voir à quel point ils choisissent bien leur proie. Ce sont toujours des binoclards maigrichons. Moi par exemple, ils viennent jamais me voir. Y’a des messes basses, des sourires en coin, mais ils ne s’approchent pas. J’dois leur faire peur, les intimider. Ils savent que j’suis un trop gros poisson pour eux et qu’ils risquent de tomber dans la rivière. M’enfin, allons ailleurs, ça m’énerve de les voir faire. Et ça m’énerve encore plus de voir cet imbécile se laisser marcher sur les pieds. Ou… se prendre un coup de poing dans le ventre ? Hum, il doit pas avoir grand-chose sur lui, le pauvre. Je prends sur moi, roulant les yeux vers le ciel je m’avance vers la joyeuse bande de vilains délinquants.
 
- Vincent, t’en as pas marre de terroriser les intellos ?
- Le mariole on t’as rien demandé.
- Mariole ?
 
Je m’avance vers lui, il me tourne le dos et ne me voit pas, trop occupé à plumer l’intello accroupi à ses pieds. Je lui assène un bon coup de pied dans les fesses, il tombe par terre et se relève en se tenant le nez. Il saigne, il a du se cogner l’pif. Une lueur d’incompréhension s’inscrit dans ses yeux. Il fait moins le malin là, et il n’a l’air pas content, pas content du tout. Il est trop comique à regarder en fait, c’est plus fort que moi, j’explose de rire. Ses potes en profitent pour m’agripper chacun par un bras, de sorte à ce que je ne bouge pas. Amory, lui, en profite pour déguerpir. Oh mais quel lâche !
Hum, je vois des pieds, et on me tire les cheveux pour que je relève la tête, pas besoin de tant d’attention les gars vous savez, lever la tête, je sais très bien faire ça tout seul.
Je reçois un subtil coup de poing dans la joue. S’il voulait vraiment faire mal, il aurait pu viser l’œil. Je ris toujours. Je ne baisse pas les yeux et le regarde en face. Ça leur fait toujours péter les plombs, de les regarder en fasse.
 
- Même pas mal.
 
Je souris, il continue de frapper. Je m’en fiche, c’est rien comparé à ce que je reçois à la maison.
Le dirlo se ramène et Vince&CO ont le temps de filer. Pour ma part, je m’écroule par terre. Quand je tapote ma veste pour en enlever la poussière reçu au contact du sol, je décolle, justement de ce même sol. Ma tête pivote à droite. Une main agrippe mon épaule. La main du dirlo. Il me traine jusqu’à son bureau, inconscient de ne pas avoir arrêter le véritable coupable.
 
- Nous allons appeler vos parents, Sheriban !
- Ben voyons. Comme ça, à chaud sans explications ? Au fait monsieur, moi c’est Sherigan. GAN.
***

 
La prof d’histoire est partit, c’est le moment de lui faire une petite blague. Je propose mon idée à la classe, tout le monde est ok. Personne pourtant ne bouge. Rah j’vous jure, faut tout faire ici. J’me lève, je marche en direction du bureau, et là, j’m’étale par terre. Vassili.
 
- Merci pour le croche-patte, mais c’était pas nécessaire vieux.
 
J’attrape les cours de Mademoiselle Salès, les fourrent dans sa valise, et la jette par la fenêtre. On est au rez de chaussé. C’est juste pour la cacher, pas pour lui bousiller ses affaires. J’vous ai déjà dit que j’étais un ange… ?
Enfin elle revient, distribue ses photocopies et, soupire, une fois arrivée à son bureau, remarquant l’absence de sa valisette. Elle demande un coupable. Pourquoi un ? On était tous d’accord. Silence. Ça dure dix bonnes minutes. Jusqu’à ce que la prof proclame trois heures de colles à toute la classe si personne ne se dénonce. A ce moment là, un des sbires de Vincent me désigne du doigt, je m’incline, vaincu, j’suis pas un menteur.
 
- Ca vous fera trois heures.
- Pour une petite blague… ?
- Quatre.
 
Je retourne m’assoir. Les gens sont vraiment ennuyeux de nos jours…
***

 
Je suis en troisième année de collège maintenant, et y’a un mec dans ma classe… J’vous jure… Appolon. Il est trop beau. J’ai jamais vu un truc pareil. C’est un p’tit nouveau. Il vient du japon. Il s’appelle Kayso. Il s’appelle Kayso et il est vraiment trop beau. J’arrive pas à décoller mes yeux, j’dois avoir la bouche ouverte et j’en bave sur ma table. Aujourd’hui, il s’assied à coté de moi. Normal, y’a jamais personne ici. A croire que j’pu…
 
- La place est libre ?
- Bien sûr, Kayso.
 
J’le crois pas. Il me ferait presque rougir dis ! Il me demande ou es-ce que l’on en est en cours, je lui présente mon classeur de français, y’a trois feuilles dedans et j’lui dis que je ne note malheureusement pas vraiment ce que dicte la prof et qu’il ferait mieux de suivre avec les cours de quelqu’un d’autre. Néanmoins, comme Miss Cunigam n’a pas prévu de photocopies, on se retrouve à suivre le cours ensemble sur mon texte. Il a des yeux noirs, tellement noir qu’on n’en distingue pas les pupilles. Ses cheveux sont longs, son visage merveilleusement fin. Pour finir, il a un sourire à tomber par terre. Splendide. Androgyne. A vrai dire, jusqu’à ce qu’il parle, le jour de son arrivée, je n’aurai su dire s’il s’agissait d’une fille ou d’un garçon. Ses fringues sont bizarres aussi, il me dit que ça s’appelle du Visual Kei, que ça vient d’chez lui. Je lui demande alors ce qu’il fait dans cette veille ville sombre, alors qu’il vient du pays du soleil levant. Il me répond que c’est pour le travail de son père. Hum, il ne risque pas de rester longtemps ici…
***

 
« Il se lève, il y repense, il ne parle pas à ses vieux, il prend le bus, le mp3 y a du métal dans les oreilles. Il voit les vies de tous ces gens qui s'en vont droit aux abattoirs, cet inutile qui nous surprend parfois qu'on verrait l'espoir.
Les pom-pom girls ont les regards des soleils noirs, elles ont l'odeur des cheeseburgers prêtes à bouffer, elles ont l'odeur de la CB.
Les salles de classes qui se répètent, les profs' qui ont tous l'air défoncés, y a des matrix sur des tableaux, trop d'inconnues dans l'équa… piiiiiiioum. »
 
Rah, p’lus de batterie, ça fait chier.
***

 
Je suis dans mon lit, je m’amuse à jeter un ballon au plafond, et à le rattraper. J’ai fermé la porte à clef. Avant ça, j’ai couru. J’ai franchement eu de la chance. S’il avait réussi à me chopper, je crois bien que… cette fois-ci, j’y serai resté. Il m’a reproché de lui avoir mal parlé, sauf que, j’avais rien dit. J’mens pas, la preuve que j’avais rien dit : j’leur adresse pas la parole à mes vieux. Et maintenant j’suis coincé ici. Je les aime pas ces quatre murs, ils sont gris, ternes, y’a juste quelques posters pour les égayer et encore, ils sont souvent sombres.
***

 
J’viens de trouver un truc pour passer le temps que je suis enfermé : l’écriture. Ca ne nécessite par d’ordinateur ni de console ni de télé que je ne pourrai de toute façon pas avoir. Et, ça fait réfléchir. Rien de telle que l’écriture.
***

 
Aujourd’hui, Kayso est partit. On lui a organisé une petite fête d’adieu, on est allé en salle de théâtre, et même le professeur de maths à participer au karaoké. J’ai toujours gardé pour moi que je le trouvais si beau, ça aurait été mal vu…
***

 
Ca y est, j’ai quinze ans. Je n’ai pas de gâteau d’anniversaire. J’vais aller m’en acheter un, hier soir j’ai prévu le coup, j’ai piqué de l’argent à la mère.
J’suis dans la boulangerie, j’hésite mais c’est un moka qui l’emporte. J’achète une petite bougie pour aller avec, une seule. Je fais un vœu, et je souffle. Non, je ne vous dirais pas ce que j’ai souhaité.
***

 
Hé les gars ! J’ai découvert un truc magique ! Ca s’appelle Iron Maiden !
***

- Sale gosse, pas la peine de filer !
 
Je ne réponds pas, je fonce jusqu’à ma chambre le cœur battant. Des coups sont frappés sur la porte. Et c’est là que tout s’effondre…
 
- Moins d’un an et on t’envoit à Pseudo City ! Tu disparaitras enfin de notre vie.
 
Des pas, qui s’éloignent. Je me laisse glisser le long de ma porte. Ah, je vois.
***

 
J’ai fais quelques recherche dans les articles de lois à la médiathèque, le temps que mon ipod volé se recharge à l’ordinateur. Il est écrit, en gros, que tous les enfants de plus de seize ans sont envoyés dans cette ville, et qu’ils reviennent ici une fois les vingt-six passés. Ah, je vois, c'est pour ça...
***

 
Elle s’appelle Aphrodite, fille des îles. Son costume de scène est obscène mais elle reste plus habillée que la dite Venus. Ca me plait bien. J’ai de l’argent à dépenser, j’vais aller voir combien ça couterait…
****

 
Le reste, on me l’a déjà rabassé pendant des heures tout à l’heure. Elle croit que je l’entends pas mais en fait, je joue juste la sourde oreille. Bien sûre que je t’entends, conscience à la con. Pas besoin d’y repenser. Je chasse ses images… Je les oublis au fur et à mesure que d’autres pénètrent mon esprit… Que suis-je devenu ? Que suis-je devenu… ? Depuis combien de temps j’étais couché là, par terre ? A me refaire le film de mes seize ans ? Aucune idée… En tout cas, je me relève maintenant, il me faut marcher. Pseudo City… Hum… c’est par où déjà… ? J’suis déjà perdu, j’le crois pas. 



Comment es-tu arrivé(e) sur ce forum ? Top sites, et un peu par hasard, de partenaires à partenaires à partir d'un forum bien classé, mais j'sais plus lequel.

Ta première impression ? Pour le peu de temps que je suis resté sur la chat, je dois dire que les gens y ont l'air franchement sympathique, ça fait plaisir à voir, c'est l'essentiel. Et sinon, l'histoire de votre forum m'a tapé dans l'oeil je le reconnais. Je trouve la page d'accueil un peu trop chargée mais ce n'est pas grand chose.
Prénom: Josephine. Non j’plaisante, moi c’est Richard. J’plaisante encore, je préfère garder mon prénom pour moi. Après tout, ici, je suis Jude. Jude Sherigan pour vous servir!

Âge: 19 ans récemment... Misère... Je suis vieux...
Êtes-vous un hommes ou une femme de loi ? Réponse validée par Liz
Pensez-vous pouvoir survivre sur ce forum ? Réponse validée par Liz 


Dernière édition par Jude Sherigan le Mer 27 Juil 2011 - 16:52; édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 25 Juil 2011 - 21:44    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Julian Hawksbury
Chef des Brainstormers [Admin]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2009
Messages: 1 377
Masculin
Point(s) de réputation: 870

MessagePosté le: Mar 26 Juil 2011 - 19:32    Sujet du message: Jude Sherigan, alien. Répondre en citant

Bonjour et bienvenue à toi à Pseudo City, Jude !

Tout d'abord, laisses-moi te féliciter pour ta fiche. Elle est vraiment très complète et le style de rédaction est très sympatique, je ne pense pas avoir vu beaucoup de gens écrire comme ça et c'est tant mieux, vive la diversité !
Cependant, je ne peux pas encore valider ta fiche pour quelques raisons que je vais citer ci-après. Tu as encore quelques petites choses à rectifier, mais c'est trois fois rien, je t'assure Wink

Alors bon, voici mes quelques remarques (Elizabeth est libre d'ajouter encore des remarques si elle en a):
  • Tu n'as pas lu correctement le règlement, où sinon tu aurais remarqué que la question "Êtes-vous un homme ou une femme de loi" trouvait sa réponse à l'intérieur dudit sujet. Je t'invite donc à le (re)lire attentivement !
  • Tu n'as pas encore choisi d'avatar pour ton personnage. Je souhaiterais que tu fasse une petite recherche pour en trouver un qui représente plus ou moins fidèlement ton personnage. Tu trouveras des liens en bas du modèle de présentation
Lorsque tu auras terminé ces modifications, je te laisserai nous le signaler en répondant à ce sujet. Sinon, pour le reste il me semble que ça joue plutôt bien Smile
Revenir en haut
Morgan Livingston
Sinewyer

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 642
Localisation: Sur les toits
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Point(s) de réputation: 209

MessagePosté le: Mar 26 Juil 2011 - 21:53    Sujet du message: Jude Sherigan, alien. Répondre en citant

Mec... è____é

Ici y'a qu'un Alien.
Et c'est moi !

*sort les crocs et défend son territoire*


Mis à part ça, bienvenue et bravo pour ta fiche. J'ai bien ri sur les descriptions.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Shinji Maeda
Chef des Haughters

Hors ligne

Inscrit le: 06 Oct 2009
Messages: 1 403
Localisation: Sud de la France
Masculin Balance (23sep-22oct) 馬 Cheval
Point(s) de réputation: 271

MessagePosté le: Mar 26 Juil 2011 - 21:57    Sujet du message: Jude Sherigan, alien. Répondre en citant

Bienvenue à toi petit Haughter ! \o/ Tu as choisi le bon clan
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN Skype
Elizabeth Hidwell
Haughter

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2009
Messages: 1 570
Localisation: A la gauche de Dieu
Féminin Lion (24juil-23aoû)
Point(s) de réputation: 375

MessagePosté le: Mer 27 Juil 2011 - 11:45    Sujet du message: Jude Sherigan, alien. Répondre en citant

Momo, chez les Aliens on est deux .___. Comment j'suis trop vexéy. Moi qui allait t'annoncer que j'avais recruter un nouveau cobaye pour nos expériences, ben je te le dis pas pour la peine, nah !
Et... Ouais, je te l'ai déjà dit, Jude, mais bienvenue Twisted Evil
J'aime ta fiche, owi owi \ô/ Et je suis d'autant plus fière de t'avoir convertit au vert des Haughters, GNAAAAHAHAHAHAH !

Bon. A part ça, les quelques détails qui restaient à corriger sont corrigés... Donc... Je pense que je puis décréter que tu es validé, cher cobaye Twisted Evil

_________________
Revenir en haut
Julian Hawksbury
Chef des Brainstormers [Admin]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2009
Messages: 1 377
Masculin
Point(s) de réputation: 870

MessagePosté le: Mer 27 Juil 2011 - 17:03    Sujet du message: Jude Sherigan, alien. Répondre en citant

Motion acceptée !
Bon jeu à toi et encore bienvenue Smile
Revenir en haut
Keira Grace
Personne disparue

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 159
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 鷄 Coq
Point(s) de réputation: 36

MessagePosté le: Jeu 28 Juil 2011 - 01:07    Sujet du message: Jude Sherigan, alien. Répondre en citant

Tiens donc... Un nouveau chez les verts! Il me semble qu'il y a longtemps qu'un nouveau n'est pas venu se pointer le bout du nez chez les verts... Alors petit bienvenue pour Jude;


Bienvenue dans la clique des verts|


Ps: En passant... Très jolie fiche et bon jeu à toi!
_________________
Nul ne peux exploser sans éclabousser autrui.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:00    Sujet du message: Jude Sherigan, alien.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Pseudo City Index du Forum -> Paperasserie -> Présentations -> Registre masculin Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Thème actuel: Decadent city (v2.0)
Thème original: Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com