Pseudo City Index du Forum
Pseudo City: Chapitre 2 - Dégats collatéraux
 
Pseudo City Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Chroniques d'un travailleur honnête. [Priorité Camille]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Pseudo City Index du Forum -> Quartiers ouest -> Quartiers ouest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ibrahim Karouhach
Personne disparue

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mar 2011
Messages: 25
Masculin
Point(s) de réputation: 16

MessagePosté le: Dim 20 Mar 2011 - 18:23    Sujet du message: Chroniques d'un travailleur honnête. [Priorité Camille] Répondre en citant

14 heures 27. Ibrahim était arrivé une heure en avance. Il arrive toujours bien avant l'heure fixée par les rendez-vous. Inutile d'attendre. Mais il devait toujours attendre. Il n'aimait pas trop cela.


Tant pis. Il y'avait des choses plus importante qu'une petite heure perdue.


Perdre une heure. A faire quoi ? Ibrahim avait bien un sachet de poudre, mais il était destiné à quelqu'un d'autre. Un échange. Ibrahim allait avoir un 9mm contre la drogue. Il se fichait de la drogue. Les armes étaient plus intéressantes. Détruire, profiter, recommencer.


Impossible de détruire sans arme. Un surplus de frustration . Du calme, inutile d'entrée dans une frénésie meurtrière. Mais ressentir quelque chose lui ferait du bien. 


Parfois, Ibrahim rêve de prendre du plaisir à tuer. Il aimerait apprécier la souffrance des autres.


Une cigarette, un briquet. A défaut de lui plaire, fumer était une activité qui le calmait. Il avait envie de prendre du plaisir a faire souffrir quelqu'un.


Une bouffée. Une pulsion. Quelque chose ne tournait pas rond chez Ibrahim. Enfin, quelque chose était apparu. Une envie. Un désir.


Il ignorait quoi faire. Mais peu importe.


14 heures 34. Trop de temps à tuer. Tuer quelqu'un. Pourquoi pas. Le contact qu'il devait rencontrer ne manquerait a personne. Il pourrait récupérer la drogue, et garderait l'arme. Ensuite, il mutilerait le corps, et l'exposerait quelque part. A défaut de ressentir quelque chose, il pourrait offrir des émotions aux autres.


Les autres. Ils appelaient cela la peur. Sentiment intéressant. Ne pas savoir. C'était, pour les autres, une source de frustration. Non, mauvaise idée. Il n'avait pas envie de mutiler quoi que ce soit.


Tout était confus. Il avait besoin d'ordre. Quel serait l'élément déclencheur de cet ordre ? Encore une fois, l'esprit d'Ibrahim proposa le meurtre. Il avait déja passé en revue les avantages d'une telle action. Bonne idée. 


14 heures 41. Bientot, l'ordre régnera en lui. Et il aura une arme. Une nouvelle bouffée, un dernier regard sur sa montre. Inutile de rester présent, du moins mentalement. Son corps savait attendre. Son cerveau moins.


Peu importe. Il y'a des choses plus importantes que le temps qui passe.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 20 Mar 2011 - 18:23    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Camille la Baltringue
Personne disparue

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2011
Messages: 23
Localisation: Dans un monde parallèle
Point(s) de réputation: 21

MessagePosté le: Sam 26 Mar 2011 - 18:08    Sujet du message: Chroniques d'un travailleur honnête. [Priorité Camille] Répondre en citant

En général, Baltringue se fournissait à gauche à droite et pouvait de cette façon avoir pas mal de dérivés d'une même drogue. Mais il faisait attention à la qualité parce que vendre de la merde ça vous retombe dessus. Et ça il l'avait bien compris. Peut être qu'il était trop con pour produire sa propre marchandise, mais voguer d'un quartier à l'autre et côtoyer toute sorte de gens ça le rendait vivant. Passer de la vermine au luxe, c'était un truc qu'il affectionnait vraiment. La discrétion qu'il gardait sur son travail était primordiale mais ça ne l'empêchait pas d'être amusé par la diversité des producteurs ou des dealers. Ça passait du scientifique dingue au gros taulard, en passant par le petit malin ou par la chimiste sexy pour s'arrêter à celui qu'a l'air tellement banal qu'on se douterait de rien. Ce jour là Camille ne savait pas vraiment à qui il avait à faire... Il avait eu ce mec une fois au téléphone et leur conversation s'était arrêtée au strict minimum.

La marchandise. Le lieu. L'heure. Faut dire que c'était pas plus mal.

Pourtant quand il vit ce gars là planté à côté d'un mur dégueulasse, jetant des regards à gauche à droite, il compris aussitôt qu'il s'agissait de son homme. Baltringue avait du retard et s'en voulait un peu.

C'était quelqu'un de pointilleux, mais une nana Sinewyer l'avait retardé quand il traversait l'avenue principale. Elle avait parié avec ses copines qu'elle pourrait mettre ce minet KO en moins d'une minute. Et avec un regard plein de défi et d'adrénaline elle avait barré la route du gamin. La nana bien en forme avait lancé son poing avec toute sa force dans son orbite, avant de le balancer dans son bide. C'était allé vite. Elle avait ri un coup avant de rejoindre ses copines. Magnifique. Faut dire qu'on comprenait bien que c'était un Dash avec son petit Marcel, son petit bonnet, ses petites croix qui pendaient à son cou. Dès le premier coup il avait sentit ce flingue contre sa poitrine mais sans demander sa fin, il s'était relevé en se disant qu'il était à la bourre. Comme ça. L'insouciance. On vous casse la gueule et vous en avez rien à foutre. Camille habitué à toute ces conneries n'y faisait même plus attention. Et il avait pas envie de provoquer ou répliquer, parce qu'il travaillait. Et que c'était un professionnel.

Quand il se rapprocha du mec il se rendit compte - même avec un œil gauche enflé dont l'arcade saignait - qu'il avait un truc louche. La première impression quoi. Il aurait pas pu expliquer comment ou pourquoi mais une sorte de malaise l'avait submergé quand il avait pénétré Le Mètre de rencontre. Le Mètre de rencontre, par Baltringue, désignait le rayon d'un cercle imaginaire que chaque personne possédait. Ce mètre faisait exactement un mètre. Et selon les personnes, fallait rester sur la limite du périmètre du cercle voire en dehors. Dans ce cas précis, par exemple.

Il avait conscience que cette règle se fiait à un préjugé c'est pourquoi il tendit sa main en guise de salut respectueux. Observant cet individu, il vit que l'homme en question regardait sa main comme si elle était putréfié et qu'elle puait la merde. Le gars lâcha un salut dans le vent, qui précisait qu'il fallait éviter de l'emmerder et garda ses mains dans les poches. Baltringue rangea la sienne et resta à un mètre du dealer mais n'hésita pas à le regarder dans les yeux :


- Désolé pour le retard, tu as ce que je t'ai demandé ?

Je ne sais pas si ton personnage aurait réagi comme ça donc si jamais ça te gène que je t'ai fait agir tu peux me le dire et je supprimerais ou modifierais GROS


_________________
À nos vies de merde, dans ce monde de merde, qui tire à sa fin.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:22    Sujet du message: Chroniques d'un travailleur honnête. [Priorité Camille]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Pseudo City Index du Forum -> Quartiers ouest -> Quartiers ouest Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Thème actuel: Decadent city (v2.0)
Thème original: Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com