Pseudo City Index du Forum
Pseudo City: Chapitre 2 - Dégats collatéraux
 
Pseudo City Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Somewhere I Belong [Libre]
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Pseudo City Index du Forum -> Quartiers ouest -> Quartiers ouest
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sephy Hunter
Personne disparue

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2011
Messages: 93
Localisation: A l'Horizon.
Féminin Verseau (20jan-19fev)
Point(s) de réputation: 37

MessagePosté le: Jeu 27 Jan 2011 - 18:38    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant


Je fermais les yeux et me concentrais sur le vide de ce ciel terne et abandonné dont l'image fleurissait dans mes songes comme un appel au secours, mais les hurlements ne cessaient toujours pas. Ma tête en était emplie, comme si chaque individu de ce ramassis de personnages aussi effrayés qu'effrayants, voulait à tout prix hanter non seulement mon ouïe, mais aussi ma vie entière. Briser, criaient-ils, briser chacun de mes sens pour que je devienne fantôme ! Mais pouvais-je réellement les détester, alors que l'on était tous dans la même galère ? Certains voulaient encore combattre, mais je n'en n'avais plus la force. Me débattre commençait à me fatiguer, et je n'étais pas la seule à penser de cette façon. Et ces stupides flics derrière nous, qui nous bousculaient comme si l'on était encore à l'époque de la seconde guerre mondiale, poussés dans un camp d'extermination, n'attendaient que notre mort. Que l'on crève ici, pour ne surtout pas augmenter de trop la population de cette ville maudite, c'était la solution idéale. Je me demande comment l'Homme a-t-il fait pour tomber aussi bas et construire un monde si terrifiant ... Je le dis et le redis, Homme Pathétique, tu n'es que Parasite ! Nous ne sommes donc que des adolescents qui viennent à peine de fêter leur 16 ans, encore naïfs et pleins d'espoir. Pourquoi nous placer ici, parmi toutes ces bêtes enragées ? Moi, Perséphone Hunter ne suis pas dupe. Je ne veux pas mourir. J'aurais tellement aimé dire que je me battrais, mais pour l'instant, je n'observe que les portes vers le Monde se refermer derrière nous, à tout jamais. Car ne soyons pas puérils, jeunes enfants. Nous ne reviendrons jamais d'ici.

Je faisais quelques pas en avant, suivant la foule d'ados enragés vers notre destinée. C'est seulement à ce moment-là que je remarquais la présence d'une ville immense devant ma frêle silhouette. Devant moi se trouvait Pseudo City, la ville maudite. Durant ma tendre enfance, j'ai eu plusieurs occasions pour tenter de l'imaginer. Pourtant, ce que je voyais maintenant dépassait mes plus sombres cauchemars. La plupart des bâtiments étaient presque en ruine, comme si une immense bataille venait de s'y produire ... Quant au sol, il était recouvert par épaisse couche de poussière. Tout était si monochrome, j'avais presque du mal à reconnaître les contours de quoi que ce soit. Néanmoins, j'ai tout de suite remarqué les habitants qui venaient manifestement nous accueillir. Leurs expressions variaient du sourire pervers à la grimace exaspérée. Tout à coup, un homme fumant une cigarette nous accueillit avec une phrase douteuse, tout en décorant son affreux visage avec un rictus hideux:

- Bienvenue à Pseudo City, gamins.

Je n'avais même plus l'envie de réfléchir à la manière dont je pourrais lui effacer ce stupide sourire du visage. Les cris de la foule étaient de plus en plus intense, tel un crescendo formé de désespoir. Pourtant, les gardes n'avaient pas l'air d'y faire très attention. Ils y étaient visiblement habitués. Comment peut-on s'habituer à quelque chose de si terrible ? C'est inhumain ... Le mec à cigarette nous récita un long monologue insensé, après lequel il nous informa gentiment:

- Et, faîtes gaffe, gamins, ce sont les quartiers ouest ...


Sur ces mots, il partit avec ses collègues, laissant derrière lui les empreintes d'un rire aberrant et d'une fumée de tabac bon marché. La foule n'avait plus l'envie de se battre. Les gardes étaient partis, la porte fermée. Nous étions seuls dans le quartier des brutes, affamés, fatigués et frôlant la folie. Rien de plus positif pour fêter ses 16 ans. J'entendais des pleurs de jeunes filles derrière moi. Stupides garces. C'était bien la dernière chose à faire dans un moment pareil, entourés par une bande de malades qui voulaient notre peau. Je me suis psychiquement préparée à rencontrer ces gens, c'est peut-être pour cela que je ne comprendrais jamais la réaction de ces gosses de riches affolés, qui appellent les gardes pour les laisser partir, ou au moins leur rendre leur portable pour qu'ils appellent leur famille ou leur avocat. Doucement, je relâchais mon sac parterre, et le fouillais pendant quelques secondes pour en sortir deux pistolets (dont mon préféré, Genesis) et un fusil que je plaçais soigneusement sur mon épaule. Le plus difficile étant fait, j'agitais mon sac et en fit sortir la dernière chose qui s'y trouvait: mon porte-feuille. Vous voudriez sûrement me dire que c'est stupide d'amener ses sous dans un endroit où il n'y a aucune chance de ne pas se les faire voler, ou mieux encore, se faire tuer tout simplement. Pourtant, je n'avais absolument rien à perdre, c'est pourquoi j'ai jeté mon sac vide dans un côté, plaçais mon étui à violon sur l'autre épaule, et fut la première folle à sortir de la foule. Acclamez-moi, Pseudo City, qui que vous soyez, car un tel courage (ou plutôt idiotie provoquée par la fatigue, la faim, la soif et une frustration intense) est très rare.

- Hé, vous là-bas ! criais-je en direction de l'archétype de la grosse brute. Vous ne sauriez pas par hasard où je peux trouver le Clan des Sinewyers ?
 
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Jeu 27 Jan 2011 - 18:38    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Morgan Livingston
Sinewyer

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 642
Localisation: Sur les toits
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Point(s) de réputation: 209

MessagePosté le: Ven 28 Jan 2011 - 23:39    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant

Between Angels and Insects


- Take my money... Take my obsession...

Mauvais jour, mauvais endroit, mauvais temps, mauvaise humeur. Ville de mes deux... Tout me dégoute. Et pourquoi je joue le jeu moi ?
Il y avait des jours où Morgan était de mauvais poil. Très mauvais poil. Et même les hurlements de ses groupes de métal favoris et la fumée de la clope qu'elle tirait ne pouvaient la sortir de cet état de maussaderie qui lui assommait le moral. Il y avait des jours où Morgan resterait bien enfermée chez elle, pas parce qu'elle n'était plus capable de sortir mais parce qu'elle n'en avait plus envie. Il y avait des jours où tout ce qu'avait envie de faire Morgan c'était de démembrer une petite dizaine d'aliens sur Dead Space...
- I don't need that sh...
Bzzzzt. Un vrombissement sourd et désagréable vint interrompre le refrain de Jacoby Shaddyx, forçant Morgan à sortir ses mains glacées de son blouson pour appuyer sur sa montre qui hurlait à mort, lui intimant qu'il était temps de bouger.

Elle soupira. Se retenant de pester à nouveau contre Dame Nature et son temps de mouise, elle attrapa sa sacoche posée à côté d'elle pour la passer sur ses épaules, écrasa son mégot entre ses doigts et rangea son casque avant de se laisser glisser du rebord sur lequel elle était assise. Le vide. La chute. La puissante sensation de tomber. Celle où on a plus aucun contrôle sur son corps, où l'on sent que quoi que l'on fasse, la gravité nous rattrape et que la dure rencontre avec le sol était inévitable. Et on est jamais sûr, jamais 100% sûr que ce retour à la terre ferme ne soit pas fatal. Jamais sûr d'atterrir sur ses deux pieds ou dans le bon état. Et c'était là que résidait tout l'intérêt du jeu : ne pas savoir. Ne pas savoir si dans quelques secondes on ne finirait pas la nuque brisée sur le bitume comme un vulgaire insecte. C'était dans ces instants, certes infimes, que Morgan se sentait curieusement... Libre. Parce que, son esprit était vide, totalement. Si tu penses, tu tombes. Si tu regardes en bas, si tu appréhendes et tu crèves. Il fallait tout vider, faire le ménage. Cours, saute, roule, accroche-toi et surtout ne t'arrête pas étaient ces seuls mots d'ordre. Quand on est runneur, on run et c'était tout. S'encombrer de pensées, de peurs ou de préoccupations ne faisait qu'alourdir ses jambes et la ralentir. Alors elle ne pensait pas et c'était tout.
Et Morgan pouvait être dans l'humeur la plus noire possible tout s'envolait au fur et à mesure qu'elle décollait du sol, sautait d'immeubles en immeubles pour aller plus vite, plus loin, encore et encore. Et la sensation du vent dans les cheveux, du vide sous ses pieds, son cœur qui battait la chamade et tous ses muscles tendus au maximum la plongeait dans un état d'euphorie tel que, sans s'en rendre compte, jamais elle ne pourrait se passer de courir.
C'était ce qui était bon dans le freerunning. Pouvoir se détacher de tout souci terrestre. Jusqu'à présent c'était bien la seule chose capable de lui faire oublier jusqu'à la misère qu'avait été sa vie jusqu'ici. Misère... C'était peut-être un bien grand mot. Dans le fond, elle n'était pas la plus à plaindre, ne regrettait rien puisqu'elle n'était pas du genre à s'apitoyer sur son sort : Morgan allait de l'avant, parfois même en courant quitte à être rattrapée par ses démons antérieurs. Mais il fallait bien avouer que sa vie n'avait pas été toute rose, même avant Pseudo City.
Pas comme... ceux-là. Un bruit inhabituel, une multitude d'ombres juste en bas, quelque chose qui cloche. Ses yeux se posèrent sur la petite place qu'elle surplombait. En dessous d'elle, tout un attroupement de jeunes. De la nouvelle chair à canon fraichement débarquée de Mighan. Elle serra les poings. Ces enfoirés. C'était vrai que maintenant ils les larguaient directement à l'Ouest, dans le quartier sans doute le moins accueillant de la ville. Son regard parcourait la foule paniquée. Des gamins pour la plupart. Encore des mômes qui se croyaient grands et indépendants jusqu'à ce qu'on vienne les arracher des bras de leurs parents pour les trainer en dehors leur petite maison bien confortable. Et ça hurlait, braillait dans tous les sens. Ah bon sang, ce que Morgan pouvait détester ce bruit. Ce bruit de foule confuse, effrayée, menaçante tant elle semblait désordonnée. Si elle n'était pas blasée de nature, désillusionnée du monde qui l'entourait, elle aurait eut pitié pour cette bande de mioches paumés qui allaient sûrement fêter leurs 16 ans sous les coups des brutes du clan.

Le souvenir de sa propre arrivée dans Pseudo City lui revint. Les choses avaient décidément bien changé. Elle n'avait pas eu peur, elle n'avait pas appréhendé. Quand elle était arrivée sur la place de la Mairie dans les quartiers neutres elle était même excitée, car elle savait que Max l'attendait. Est-ce qu'autour d'elle ils étaient tous aussi apeurés ? Elle ne pouvait se le remémorer. Sur le coup elle n'avait pas fait mine de prêter attention aux gens qui l'entouraient.
Et puis... Une silhouette. Une silhouette capta son attention. C'était la première qui osa se détacher de cette masse assommante, marchant avec une assurance curieuse pour une adolescente qui vient d'échouer dans le coin le plus dangereux de la cité.

Merde. Son cerveau passa à autre chose. Elle avait beau avoir pu constater le fait de ses propres yeux, elle n'arrivait toujours pas à croire que ces salauds de Mighan aient vraiment déposé les nouveaux au milieu des quartiers des Sinewyers.
Et sa course s'était arrêtée. Pour le moment ? Que faire ? Continuer ou reprendre ? Tant pis. Elle se laissa glisser le long d'une gouttière, retrouvant sans joie le béton du sol., zonant au milieu de la racaille qui s'était rassemblée pour dépouiller ces nouvelles cibles faciles.
Et inconsciemment, elle marcha en direction de cet ange qui avait attiré son attention l'instant d'une seconde. Oui un ange, un ange d'hardiesse et de certitude qui se distinguer de cet amas d'insectes.

- Hé, vous là-bas !
Ce n'était pas à elle que l'on parlait, mais elle leva quand même la tête, cachée sous l'énorme capuche de son sweat à rayures pour homme. Vous ne sauriez pas par hasard où je peux trouver le Clan des Sinewyers ?
Sourire. La Miss était peut-être jolie mais pas très au courant des choses. Et pour cause, elle s'adressait à la mauvaise. Un gros Sinewyer au crâne chauve qui était aussi stupide et bestial qu'il en avait l'air. Allez, je suis peut-être de mauvaise humeur mais je vais quand même faire ma B.A du jour et répondre à sa place, peut-être qu'il passera son chemin et que cela retardera de deux minutes le moment où tu seras tabassée dans ce charmant quartier.

- T'es en plein dedans !
Lança-t-elle à haute voix en direction de la demoiselle, mains dans les poches.
Oh mauvaise idée. Voilà que l'interpellé avait reporté son attention sur elle et la dévisageait d'un air mauvais.
- Hé Livingston c'est pas à toi qu'on cause. Tu cherches les emmerdes ou quoi ?
À croire que le gorille est d'aussi mauvais poil que l'eurasienne qui haussa les épaules et s'apprêta à reprendre sa route quand le primate décida qu'il allait bien faire ch*er cet espèce de garçon manqué qu'était Morgan. Et voilà qu'il la choppait par les épaules pour la retourner, la forçant à se retourner pour planter son regard de tueur dans ses yeux noisettes.
- Je sais que c'est toi qui a...
Erreur. On n'empoigne pas Morgan, ne touche pas Morgan, on ne fait pas mine de s'approcher de Morgan sans son autorisation. Et il apprendrait, comme devaient l'apprendre tous les imbéciles de ce coin. En un instant, l'eurasienne avait posé ses mains couvertes de cicatrices sur les épaules du profane, appuyant de toutes ses forces pour qu'il se penche et montant la jambe. Bien entendu, en terme de puissance brute elle ne pouvait rivaliser avec son assaillant mais en terme de rapidité et de précision c'était elle qui dominait. Et son genou s'était planté dans le bas-ventre du type, juste à l'endroit où ça fait. Ou tout du moins assez pour vous donner la gerbe, sinon vous faire cracher quelques gerbes de sang. Et sans que son cerveau n'ait eu le temps d'assimiler ce qu'il venait de se passer, elle le fit basculer sur le côté le laissant s'effondrer sur le sol, recroquevillé sur lui-même sous l'effet de la douleur.
Il y avait de ces Sinewyers qui aboyait fort mais ne savait pas mordre, ou du moins pas efficacement et les griffes aiguisées et rapides de Morgan venait parfois bien facilement à bout de ces gueules grotesques et maladroites qui cherchaient à lui nuire.
Alors que l'homme tomber à terre, Morgan jeta un nouveau coup d'œil à l'inconnue, son regard blasé, vide. Quand on est à l'Ouest on est habitué à cogner, alors qu'est-ce que ça peut me foutre que ce type se roule par terre à mes pieds ? Rien ne transparaissait dans ses yeux bruns, froids et sombres dissimulés sous cette épaisse capuche. Et pourtant l'espace d'un moment, le regard de Morgan s'était figé sur elle, comme si elle cherchait à lui dire quelque chose : « C'est comme ça qu'il faut faire maintenant. Bienvenue à Pseudo City. »
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Sephy Hunter
Personne disparue

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2011
Messages: 93
Localisation: A l'Horizon.
Féminin Verseau (20jan-19fev)
Point(s) de réputation: 37

MessagePosté le: Sam 29 Jan 2011 - 01:19    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant

Pourtant, pendant la seconde qui suivit ma question, je regrettais d'avoir aborder un type pareil. Mais les Outsiders disaient clair: moins la personne paraissait sympathique, plus il y avait de possibilité qu'elle soit du Clan des Sinewyers. L'immense homme mal rasée qui se présentait juste en face de moi avait l'air d'attendre une telle question, comme tous les autres d'ailleurs ... Peut-être mes réflexes allaient devenir un de mes principaux point faibles, pensais-je instantanément. Mais il était déjà trop tard, les dès étaient jetés. Le mec chauve se retourna vers moi, m'examinant machinalement avec un regard plus qu'inquiétant. L'instant sembla durer une éternité, à un tel point que je commençais à me demander s'il avait bien entendu ma question. Il n'avait pas l'air spécialement studieux, mais je doutais sérieusement qu'il ne comprenne vraiment pas ce que j'avais dis. Je me préparais à articuler une nouvelle phrase lorsque j'entendais la voix la plus marquante qui puisse être. Peut-être avais-je cette impression pour la simple raison qu'elle résonna au moment où je perdais espoir ? Je l'ignore.

- T'es en plein dedans !

Je me retournais furtivement, et vis une jeune fille d'à peu près mon âge. Elle portait des vêtements peu féminins, ce qui fit rapidement attirer mon regard vers son visage. Sa peau blafarde contrastait avec le noir obscur de ses cheveux luisants, ce qui la rendait particulièrement énigmatique. Je ne comprenais plus très bien la structure de cette ville. Que voulait-elle dire avec cette phrase ? Est-ce que tous les habitants de ce secteur étaient des Sinewyers ? J'étais donc obligée de m'adresser directement à leur chef ? Réellement déboussolée, je dévisageais mon interlocutrice. Je pouvais facilement constater qu'elle était nouvelle, elle aussi, mais son regard intense avait l'air de m'obliger à penser le contraire. Froid, impassible, mais surtout puissant, elle sembla dégager une aura d'immense force physique et psychique. Sa beauté était vraiment singulière, et je tentais  instinctivement de fixer ses yeux, captivée par leur expression, mais je détournais rapidement le regard en direction de l'homme chauve qui commençait enfin à prendre parole.

- Hé Livingston c'est pas à toi qu'on cause. Tu cherches les emmerdes ou quoi ?

Si j'avais su que sa voix rauque était si désagréable, j'aurais déjà demandé à l'autre fille (malgré le fait qu'elle avait l'air très jeune). S'il disait vrai, son nom de famille était donc Livingston. Rien de bien original, pensais-je ... En tout cas, le chauve n'avait pas l'air de beaucoup l'apprécier. Tout à coup, il attrapa la jeune fille par les épaules et la retourna pour qu'elle lui réponde.

- Je sais que c'est toi qui a...

N'ayant pas compris ce qu'il venait de dire, j'avais du mal à diagnostiquer la situation. Mais je ne voyais pas l'honnête raison pour qu'un tel comportement puisse avoir lieu, c'est pourquoi j'ouvris donc la bouche pour protester. Malheureusement, encore une fois trop promptement, la jeune Livingston posa à son tour ses bras sur les épaules du type, et démontra une bonne fois pour toutes sa réelle force. C'est à ce moment-là que je remarquais les cicatrices sur ses mains. Elles n'avaient pas l'air d'être de banales coupures réalisées par mégarde pendant le jardinage du dimanche. C'était sans aucun doute des blessures de combat. Un frisson traversa mon échine, lorsqu'elle planta son genou dans le bas-ventre de l'homme chauve. Son expression virant de la surprise certaine à la douleur complète me transperça l'esprit. Les cris s'étaient arrêtés, et les nouveaux venus nous fixaient tous en silence, terrorisés. Je remarquais tout à coup que qu'ils étaient aussi les seuls à avoir remarqué qu'un homme venait d'être blessé, car nul autre habitant ne semblait y faire attention. Étaient-ils eux aussi comme ces stupides gardes ? Vidés par la routine d'une vie misérable ? Que pouvait-on faire à ces gens pourqu'ils soient dépourvus de toute bonté ? C'est seulement à ce moment-là que j'avais vraiment compris ce qu'était Pseudo City ...

La jeune fille se retourna vers moi, et me gratifia d'un regard qui voulait tout dire. Sous le choc, je pensais à me jeter sur l'homme et vérifier son état, mais finalement, je n'en avais absolument rien à foutre. Il n'avait pas l'air de vouloir m'aider. De toute manière, personne ne voulait m'aider. Et qui me disait que la fille devant moi n'était pas une meurtrière en série qui n'attendant que l'arrivée des nouveaux pour se déchaîner librement ? Je soupirais doucement, et plantais un regard décidé dans une paire d'yeux aussi sombre que les miens. Je ne pensais plus à l'étiquette, reine de ma famille, et oubliais toute courtoisie. Dans l'endroit où je me trouvais, je n'avais franchement pas envie de demander à la fille, - que je pouvais peut-être, ou peut-être pas considérer comme ma réelle sauveuse -, comment elle s'appelait et comment la remercier. Je m'en contrefichais de son identité.

- Alors c'est comme ça que l'on accueille les nouveaux venus ici ? C'est ... particulier, raillais-je.

J'étais à moitié folle, ce qui expliquait le fait que je parlais si aisément à une fille qui venait juste de mettre à terre un homme gigantesque. Pourtant, ne sachant pas vraiment pourquoi, j'avais l'impression que je pouvais lui faire confiance.

- Le quartier ouest est donc la zone destinée aux Sinewyers, hein ? C'est vraiment très joli, j'aime ça. continuais-je sur le même ton sarcastique avec lequel je tentais de dissimuler le stress qui m'envahissait.  On passe où les examens d'entrée dans le clan ?
   


Dernière édition par Sephy Hunter le Dim 30 Jan 2011 - 13:49; édité 1 fois
Revenir en haut
MSN
Morgan Livingston
Sinewyer

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 642
Localisation: Sur les toits
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Point(s) de réputation: 209

MessagePosté le: Dim 30 Jan 2011 - 13:18    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant

Tous les regards étaient maintenant tournés vers elle, sur la dénommée Livingston qui venait d'envoyer un terre un mec qui faisait au moins deux têtes de plus qu'elle. C'était pas du tout ce qu'elle avait prévu ça... Elle qui avait espéré passer inaperçue, c'était loupé. Et voilà que la nouvelle qu'elle avait plus ou moins défendue la fixait aussi, ses yeux aussi noirs que l'encre planté dans les siens. Morgan ne broncha pas, soutenant le regard de l'inconnue, un regard plein d'hardiesse et de détermination, un regard de battante. Mais en était-elle vraiment une pour autant ? Aurait-elle réussi à se débrouiller seule si la grosse brute l'avait agressée ? Cela restait à voir... Ignorant la foule autour d'eux, elle se concentra uniquement sur la miss aux cheveux aussi sombres que ses pupilles, attendant une réaction, la jugeant ou plutôt cherchant à la juger.
Ce n'était pas dans les habitudes de Morgan de s'attarder sur les gens. Morgan se foutait des autres, elle seule comptait. C'était seule qu'elle avait appris à survivre après la disparition de Max et c'était seule qu'elle comptait survivre et elle n'avait pas l'intention de s'encombrer d'une nouvelle. Elle n'avait ni le temps, ni l'envie, ni les moyens de jouer les bons samaritains et de s'attacher à tous les paumés qui s'égaraient dans le nid de vipères qui lui servait de quartier. Mais cette nouvelle-là avait quelque chose de plus. Et aussi étrange que cela pouvait paraitre, elle l'intriguait. Aussi, s'accorda-t-elle le temps de la détailler, de l'examiner.
Elle était fine, presque trop, comme elle. Et pourtant malgré l'absence de formes féminines, elle faisait femme, bien plus qu'elle, peut-être était-ce du à sa tenue plutôt aguicheuse. À vrai dire, si elle n'avait pas eu un flingue sur ses épaules et cette lueur de détermination dans ses yeux, Morgan l'aurait prit pour une simple catin. Non, il y avait plus que ces yeux. Tout l'être de cette adolescente dégageait quelque chose de singulier qu'elle n'aurait pas su qualifier. L'eurasienne la sentait provocante mais dans le bon sens, provocante comme une personne qui suivait ses convictions et n'hésitait pas à dire tout haut ce qu'elle pouvait penser sans craindre le regard des autres.

- Alors c'est comme ça que l'on accueille les nouveaux venus ici ? C'est ... particulier.
Tu l'as dit.
Bien entendu, elle n'attendait ni remerciements ni même aucune formule de politesse venant de quelqu'un de son genre.
- Le quartier ouest est donc la zone destinée aux Sinewyers, hein ? C'est vraiment très joli, j'aime ça. On passe où les examens d'entrée dans le clan ?
Et même dans sa voix, on sentait son assurance. Mais restait à voir si elle étai aussi téméraire qu'elle voulait le faire croire.
Elle ne répondit pas, haussa les épaules et retourna au monde qui l'entourait, jetant un regard noir aux gens qui l'observaient. D'un signe, elle indiqua à la nouvelle de la suivre dans une ruelle étroite. Qu'elle le fasse ou pas, c'était son problème après tout, Morgan ne comptait pas rester là. Si elle voulait des réponses, si elle était vraiment sans peur, elle n'avait qu'à venir aussi.
Pas une fois l'eurasienne ne se retourna, emmenant l'inconnue dans une rue plus calme, déserte, guettant les bruits de pas de la nouvelle pour s'assurer que cette dernière la suivait bien et surtout... pour s'assurer qu'elle ne tenterait un quelconque coup foireux. Même si elle ne se retourna pas une fois, Morgan était sur le qui vive. Qui savait si la demoiselle aux longs cheveux noirs n'essayerait pas de lui tirer dessus dans le dos ? Et au bout de quelques minutes de marche silencieuse, elle finit par s'arrêter et toujours sans jeter un coup d'œil en arrière, daigna lâcher quelques mots :

- La ville est divisée en 4 quartiers. L'est, l'ouest, le nord et le sud. Chaque quartier est dirigé par un clan. T'es dans le quartier Ouest, celui des Sinewyers.
Elle fit demi-tour, tira un paquet de clopes de son sac et s'en alluma une avant de continuer de sa voix froide et monotone :
- T'as de la famille, des amis ici ?

Morgan se fichait du passé de la miss. Elle cherchait juste à savoir ce qui pouvait bien pousser cette dernière à vouloir intégrer son clan même après avoir eu un aperçu de la vie qui l'attendait ici. Tenant sa clope entre deux doigts elle détacha son regard des yeux charbon de son interlocutrice, pour la détailler une nouvelle fois.
- Sinon tu devrais aller chez les Dashingers. Ils sont au Sud...

Un joli bout de femme comme celui-là n'aurait pas du mal à s'imposer chez les Rouges, surtout si elle avait de la conviction. En revanche chez les Jaunes... Ça serait une toute autre paire de manches. Morgan ne cherchait pas particulièrement à la dissuader, elle voulait simplement voir les arguments de cette potentielle nouvelle Sinewyeuse, histoire de voir si ça valait vraiment le coup de lui filer un coup de main.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Sephy Hunter
Personne disparue

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2011
Messages: 93
Localisation: A l'Horizon.
Féminin Verseau (20jan-19fev)
Point(s) de réputation: 37

MessagePosté le: Dim 30 Jan 2011 - 22:05    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant

Ambiance
        

Je suivis mon interlocutrice dans une ruelle sombre et étroite qui dégageait une terrible odeur de moisissure. Je l'observais de plus près et remarquais que sa marche était bien déterminée pour si jeune personne. De plus, elle ne se retourna pas une seule fois, manifestement persuadée que j'allais la suivre. Avais-je l'air vraiment si naïve ? A priori, je ne comprenais pas vraiment pourquoi je lui faisais confiance. N'était-ce pas le personnage le plus dangereux de toute cette foule ? Le regard de la Livingston ne constituait qu'une des tonnes de preuves de sa détermination. Cependant, je sentais une certaine honnêteté en elle. Quelque chose d'incroyablement rare dans ce monde corrompu. Pourtant, pouvais-je personnellement prétendre d'être une de ces personnes honnêtes dont le cœur n'est pas souillé par toutes les saletés de ce monde ? La réponse était sans doute négative ... Mais je connaissais une personne qui dégageait une aura semblable à celle de l'eurasienne ...

Tout à coup, un sentiment de vertige m'attaqua. Le souvenir d'une aura ressemblant à la sienne .... Celle de mon Sauveur ! Et si elle le connaissait ? Peut-être qu'ils sont amis ! Peut-être qu'elle pourra me dire où il se trouve ?  Elle était manifestement ma fenêtre vers l'infini ! Ne pas la suivre serait un acte fou ! Mais bientôt, je recommençais à penser  de manière réaliste. La ville paraissait très peuplée, ce qui constituait un nouvel obstacle pour ma quête. Dans cette endroit gigantesque, la première personne que j'ai rencontré ne pouvait pas s'avérer être l'ami de mon Amour ! Le retrouver dans ce tas de merdeux sera certainement une mission périlleuse. D'un côté, je savais qu'il y avait des chances qu'il ne me reconnaisse  même pas. Ou pire encore, que je ne le reconnaisse pas ! Après tout, quatre ans nous séparent de notre dernière et unique rencontre. Peut-être qu'il ne voudra même pas me parler. Dans mes souvenirs, il était tel le chevalier vaillant qui protégeait la pauvre enfant égarée. Mais est-il toujours ce même chevalier ? Il devait avoir plus de la vingtaine maintenant. Les gens changent beaucoup à ce moment-là, non ? Je voulais le revoir, bien évidemment, mais si la déception était éclatante, à un tel point que toute ma vie perde son sens ? Je vivais seule pendant déjà une année, me battant chaque jour avec les divers malades qui habitaient les mêmes rues que moi. J'ai appris à vivre différemment, avec la solitude et les armes que j'ai volé dans le magasin de mon oncle pour seuls compagnons. Toutes ces choses que j'ai faîtes, bonnes et mauvaises, avaient pour seul but de survivre, de devenir plus forte, de pouvoir devenir une personne digne d'être son amie. Serais-je prête à changer complètement ma manière d'agir, de penser et mon but vital ? J'en doute fort.

Serrant les poings, je continuais de marcher jusqu'à ce que la jeune Livingston veuille enfin m'adresser la parole.
   
       
- La ville est divisée en 4 quartiers. L'est, l'ouest, le nord et le sud. Chaque quartier est dirigé par un clan. T'es dans le quartier Ouest, celui des Sinewyers.

La fille sortit un paquet de clopes de son sac, et sans même demander si j'en voulais une, commençait à tranquillement fumer. L'odeur du tabac vint doucement accueillir mes narines, pendant qu'elle continua son monologue.
 
- T'as de la famille, des amis ici ?

De la famille ? Des amis ? Elle était en train de plaisanter, n'est-ce pas ? Je tenais absolument à me détacher de mon ancienne vie. Si jamais quelqu'un découvrait que j'étais la fille unique des Hunter, connus pour leur richesse et leur talent inné pour la musique ... Non, je ne devais surtout pas lui dévoiler qui j'étais.

- Je suis orpheline, répondis-je d'une voix calme et décidée, tout en soulignant le fait que je tenais à ne pas en parler.

- Sinon tu devrais aller chez les Dashingers. Ils sont au Sud...

- J'ai déjà décidé. répliquais-je avec un sourire insultant. Comment osait-elle me proposer une chose pareille ? Doutait-elle de mes aptitudes ? Devais-je prouver mon génie ? Aussi rapide que le coup de vent qui venait nous agresser et effacer l'odeur de la fumée des cigarettes, j'attrapais mes deux revolver et les tournais autour de mes doigts osseux. Je veux rejoindre les Sinewyers.

Mais tout aussi promptement, je me retournais vers la belle inconnue et fixais ses yeux pendant quelques secondes avant de souffler:

- Tu as peur que je te vole la vedette ? me moquais-je plus ou moins gentiment

Je m'approchais d'elle à pas feutrés et lui offris le plus sensuel des regards, affichant enfin mon réel personnage. A quelques centimètres de son oreille, je murmurais:

- Ne t'inquiètes pas, ce n'est pas prêt d'arriver avec tes ... compétences.
        
Revenir en haut
MSN
Morgan Livingston
Sinewyer

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 642
Localisation: Sur les toits
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Point(s) de réputation: 209

MessagePosté le: Lun 31 Jan 2011 - 01:21    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant

Rock'n'Roll hey, don't you know baby,
That we're all alone now ?


- Je suis orpheline.
Répliqua sèchement la demoiselle, indiquant que Morgan avait touché un point sensible, un sujet sur lequel il valait mieux ne pas trop la pousser.
Pas de proches chez les Sinewyers donc. Alors qu'est-ce qui pouvait bien la pousser à rejoindre l'Ouest ? En général les nouveaux venaient dans le gang parce qu'il y avait déjà des connaissances et c'était comme ça qu'on les intégrait, par pistons. Mais les petits malins qui voulaient juste rejoindre le clan des brutes pour le simple plaisir de pouvoir cogner ou par goût de l'aventure étaient nettement plus rares... et généralement plus dangereux aussi.
Ceci dit, cela n'étonnait pas l'eurasienne compte tenu du peu qu'elle avait pu observer du caractère de la Miss. Cette dernière n'avait visiblement pas froid aux yeux. Mais Morgan n'était pas dupe. Elle se doutait qu'elle avait forcément une raison qui motivait sa volonté de rejoindre le clan et était curieuse de la connaître, parce qu'elle ne voulait pas intégrer une catin sans cervelle de plus dans le gang. Il y en avait déjà assez. De même elle n'allait pas s'emmerder à se trimballer une nouvelle sans réelles convictions.

- J'ai déjà décidé.
Sourire de la Miss. Pas besoin d'être un génie pour comprendre qu'elle ne reviendrait pas sur ses paroles. Même si elle l'avait voulu, Morgan n'aurait pas pu s'opposer contre la détermination qu'elle lisait dans ses yeux noirs comme l'encre.
Puis un léger bruit, léger mais pas assez pour échapper à la vigilance de l'eurasienne qui se mit immédiatement en position d'attaque en voyant la demoiselle jouer avec ses flingues, prête à les pointer sur elle, comme elle était prête à bondir pour la désarmer.
- Je veux rejoindre les Sinewyers.

Et le sourire qu'elle arborait en était agaçant tant il était assuré. Impossible de savoir si elle comptait vraiment se servir de ses deux joujous alors dans le doute, mieux valait se méfier. Ne pas pouvoir deviner les mouvements de celle qui se tenait avec une assurance provocante devant elle était rageant. Morgan ne bougea pas, figée, tendue, avisant l'inconnue, guettant un mouvement, un signe qui déterminerait les intentions de la demoiselle aux longs cheveux d'ébènes.

- Tu as peur que je te vole la vedette ?

Plus qu'une moquerie, elle le prit comme une provocation.
La runneuse ne savait dire si l'attitude de la Miss l'amusait ou l'agaçait, mais ce qui était sûr c'était qu'elle n'était pas ordinaire.
Patiente, elle la regarda s'approcha, le regard rivé sur ses mains, s'apprêtant à passer à l'attaque si elle se sentait trop menacée. Mais elle la défiait, la testait. Et sauter sur la Miss serait une défaite dans la mesure où ce serait un aveu : celui qu'elle avait peur d'elle. Et la fierté était encore trop forte pour s'incliner face à la prudence. Aussi, Morgan ne broncha pas, soutenant l'air aguicheur de la Miss, la laissant se rapprocher encore et encore jusqu'à ce que cette dernière finisse par lui murmurer quelques paroles dans le creux de l'oreille :

- Ne t'inquiètes pas, ce n'est pas prêt d'arriver avec tes ... compétences.


Et ce fut à Morgan de dévoiler un sourire, un même sourire de défi quelque peu cruel. Elle émit un petit claquement de langue qui se voulait hautain, retira sa clope, faisant semblant de tirer une latte et profita du peu de distance qui les séparait pour se saisir avec une vitesse fulgurante du joli poignet droit de la miss et de la faire tourner sur elle-même, lui bloquant solidement le bras dans le dos, la faisant lâcher son premier revolver dont elle se saisit de sa main libre. Elle se pencha alors sur l'épaule de la nouvelle pour lui souffler à son tour sur un ton tout aussi provocateur que le sien, pointant son propre revolver contre ses omoplates :

- J'ai pas peur pour ma réputation, disons juste que je t'aide à faire les bons choix. Ça m'emmerderait de devoir ramasser ton joli cadavre devant ma porte quand tu te seras faite descendue par un des mecs du coin.

Leçon numéro une de Morgan : Ne faire confiance à personne, ne jamais baisser sa garde. Encore un aperçu du genre de situations à laquelle Miss Intrépide allait devoir faire face dans cet endroit.
Néanmoins, Morgan n'avait pas l'intention de faire du mal à la nouvelle, c'était pas son genre de tabasser sans raisons valables et puis ça le gonflerait de se faire une ennemie de plus à l'Ouest.
Il fallait juste ne pas pousser le bouchon trop loin avec elle. La Miss l'avait défiée, elle avait répondu, point. Sans doute appréciait-elle la hardiesse dont elle faisait preuve, mais il fallait lui indiquer que, pour survivre, elle devrait savoir se tenir à carreaux de temps à autres.
Doucement elle relâcha son étreinte et fit tourner le flingue entre ses doigts pour en tendre la crosse à sa propriétaire, reprenant un air froid et sévère :

- Y'a pas de critères précis pour rentrer dans le clan. Installe-toi juste ici et essaye de survivre entre les gros bras jusqu'à ce que les gens assimilent que t'es de l'Ouest. Techniquement tu peux toujours intégrer un des gangs du clan mais faut voir si t'as envie de te taper une bande de connards à longueur de journée. Et puis...
Elle marqua un temps de pause et détailla une fois encore la frêle silhouette de la ravissante demoiselle. Avec ton gabarit ils vont tous vouloir te sauter plutôt que d'essayer de te filer un coup de main ici.
Elle porta sa clope qu'elle n'avait pas lâché même dans le feu de l'action à ses lèvres et inspira une nouvelle bouffée, puis continua :
- Si tu veux rentrer chez les Sinewyers il va te falloir un appart' et... Peut-être des fringues plus appropriées. 'Fin, après c'est à toi de décider si tu veux que tous les mecs du coin essayent de t'écarter les jambes dès que tu sors de ta piaule.
Parce que dans le fond, c'était plus ou moins comme ça que les choses marchaient ici, surtout quand on était fringuée de façon aussi provocante.

Uhuhuh pardon je maltraite un peu ton perso.
J'aurais bien essayé d'abuser d'elle, malheureusement c'est pas le genre de Morgan T_T
Fin, yeah quand même \o/ Morgan en mode bad-ass

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Sephy Hunter
Personne disparue

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2011
Messages: 93
Localisation: A l'Horizon.
Féminin Verseau (20jan-19fev)
Point(s) de réputation: 37

MessagePosté le: Lun 31 Jan 2011 - 19:07    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant

Ambiance
        
 

Mais dès que je prononçais ces paroles, j'observais un étrange sourire se dessiner sur les lèvres de la Sinewyer. Un vilain rictus qui ne collait pas à son âme prétendue honnête et pure. Partant en arrière, - comme à son habitude -, elle se retourna promptement vers moi et profita de mon inattention pour saisir mon poignet et me bloquer le bras  droit dans le dos avec une force inqualifiable, malgré le fait que je ne protestais pas. Un bruit sec de revolver heurtant le sol résonna dans mes oreilles, alors que que la jeune eurasienne me pointa Genesis contre l'omoplate gauche, ce qui déclencha tout de suite un sourire immense sur mon visage.


Vous ne trouvez pas les réactions des gens intéressantes parfois ? Vous êtes persuadé de connaître leur psychisme dès que vous les rencontrez, comme s'ils étaient des livres ouverts qui attendaient qu'on les lise, et soudain, vous remarquez qu'en fait, ils sont plus ennuyeux que sages. J'adore ce jeu ... Souvent, les autres me disaient que de provoquer des brutes immenses était trop dangereux pour une fille si délicate. Je dois être masochiste, car j'adore ça toujours autant. Plus mes cibles sont exaspérées, plus c'est marrant. J'étais profondément persuadée que la jeune fille n'allait pas tomber dans le piège. Elle avait l'air si droite et calculatrice. Cependant, elle s'est avérée facile à distraire. Me montrant si rapidement sa réelle force, je ne pouvais plus être surprise. Son emprise était particulière, car, jadis, je doutais de ses capacités. Je pensais que derrière ces fringues immenses se cachait une fillette vulnérable. En fait, elle était vraiment puissante. J'aurais tellement voulu la déshabiller de ces trucs, voir où se cumuler tout ça ... Durant cette dernière année, j'ai vu beaucoup de femmes singulièrement musclées, mais aucune n'avait de corps si ... faible ? Son personnage brisait les lois de la physique. Je devais découvrir comment elle le faisait !

- J'ai pas peur pour ma réputation, disons juste que je t'aide à faire les bons choix. Ça m'emmerderait de devoir ramasser ton joli cadavre devant ma porte quand tu te seras faite descendue par un des mecs du coin.

Elle me relâcha et me tendit Genesis, que j'attrapais rapidement, tout en baissant la tête et cachant mon sourire satisfait.

- Y'a pas de critères précis pour rentrer dans le clan. Installe-toi juste ici et essaye de survivre entre les gros bras jusqu'à ce que les gens assimilent que t'es de l'Ouest. Techniquement tu peux toujours intégrer un des gangs du clan mais faut voir si t'as envie de te taper une bande de connards à longueur de journée. Et puis... Avec ton gabarit ils vont tous vouloir te sauter plutôt que d'essayer de te filer un coup de main ici..

Pas de critères précis ? Quel manque d'organisation, pensais-je en riant intérieurement. M'enfin, ça ne me surprenait pas tellement quand je voyais l'état de ce quartier à moitié dévasté ... Je la reluquais encore une fois, beaucoup plus minutieusement, tout en prenant bien soin d'inspecter ses bras qui m'avaient l'air plutôt fins sous ces vêtements épais. Serrant mon revolver préféré fermement, j'éclatais de rire. Un rire singulièrement malsain, qui semblait plus coller à l'image d'une folle que d'une jolie fille de mon espèce ... Je ne pouvais tout simplement pas m'empêcher de rire après une telle montée d'adrénaline. Cette puissance je ressentais dans mon corps entier ... c'était vraiment particulier. Et cet air hautain qu'elle me lançait dans le visage ne faisait qu'augmenter le feu qui sommeillait en moi. Décidément, je n'ai jamais vu de personne si prévisible.

- C'est marrant mais tu agis exactement comme la plupart de ces gens ennuyeux et vaniteux ... Tu t'emportes, tu me révèle ton immense force pour que je n'ai plus de surprise, et finalement tu me prouves ton honnêteté de combattant en ne me faisait absolument rien. Je trouve ça tellement lassant à force.

Je m'arrêtais et soupirais pendant une longue seconde, après quoi je lui lançais:

- Tu n'en as pas l'air moins intéressante pourtant ... Où as-tu acquis une telle force ?

- Si tu veux rentrer chez les Sinewyers il va te falloir un appart' et... Peut-être des fringues plus appropriées. 'Fin, après c'est à toi de décider si tu veux que tous les mecs du coin essayent de t'écarter les jambes dès que tu sors de ta piaule.

- Je vois ... Tu pourras me prêter les tiennes alors, au moins on sera deux à ressembler à des manchots, dis-je en souriant.
        


Dernière édition par Sephy Hunter le Mar 1 Fév 2011 - 19:13; édité 1 fois
Revenir en haut
MSN
Morgan Livingston
Sinewyer

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 642
Localisation: Sur les toits
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Point(s) de réputation: 209

MessagePosté le: Mar 1 Fév 2011 - 00:20    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant

De dos, Morgan n'avait pas vu le sourire sur les lèvres de la nouvelle, supposant que son petit assaut avait fait son effet. Mais quand elle lui avait rendu sa liberté, elle avait été troublée par l'air profondément satisfait de l'inconnue. Elle avait espéré l'effrayer, la voir se défiler, éteindre un peu cette lueur de défi qui illuminait son regard pourtant si sombre. Mais ce sourire, ce sourire agaçant et belliqueux était toujours présent, peut-être plus large encore même si elle avait baissé la tête comme si elle tentait de le cacher.
Et l'eurasienne avait failli manifester sa propre surprise et sa déception d'un froncement de sourcils mais elle avait réalisé que ce simple petit geste aurait pu la trahir, tout comme elle s'était déjà trahie en tombant dans le piège, pourtant grossier, de la Miss. Elle était donc restée de marbre et avait lâché une première vague d'explications tout en fixant son interlocutrice qui la narguait silencieusement et en faisant semblant de ne pas remarquer que cette dernière était en train de l'examiner minutieusement de haut en bas avec, probablement, une quelconque idée tordue derrière la tête.
Soudainement, alors qu'elle s'était arrêtée, son petit corps squelettique fut animé de spasmes et un rire sortit de cette jolie nuque que Morgan aurait bien voulu briser pour faire taire le son énervant qu'elle émettait. C'était en effet un rire... Absolument dérangeant. Fou, hautain, imprévisible, si laid pour une demoiselle aussi jolie qu'elle. Et il était franchement désagréable aux oreilles de l'eurasienne qui ne put s'empêcher de grincer des dents face à ce rire qui la mettait presque mal à l'aise. Ce bourdonnement affreux qui déferlait de sa bouche... Elle lui aurait volontiers défoncé sa jolie mâchoire si elle n'avait pas été dotée d'une patience extraordinaire. Et elle était déjà tombée dans le jeu de cette Miss douteuse. Une fois mais pas deux.

- C'est marrant mais tu agis exactement comme la plupart de ces gens ennuyeux et vaniteux ... Tu t'emportes, tu me révèle ton immense force pour que je n'ai plus de surprise, et finalement tu me prouves ton honnêteté de combattant en ne me faisait absolument rien. Je trouve ça tellement lassant à force.

Morgan jura intérieurement, se reprochant d'avoir foncé la tête baissée dans un leurre aussi stupide par orgueil. Voilà ce qu'il t'arrive à vouloir faire ta maligne et aider les autres. Cette fille est plus forte que tu ne le crois, arrête de la surestimer. Elle était désormais une menace.
Et finalement elle regretta d'avoir adressé la parole à ce bout de femme, si fine, si fragile mais qui s'avérait bien plus dangereuse que prévue.

- Tu n'en as pas l'air moins intéressante pourtant ... Où as-tu acquis une telle force ?

Elle ne le prit pas comme un compliment mais comme une nouvelle menace de plus. Cette chose qui se tenait devant elle était réellement flippante et chiante à la fois.
Mais merde, c'est moi la Sinewyeuse ici. C'est moi la prédatrice. Alors Morgan avait continué, lâchant un sarcasme sur les fringues de la fille qui lui renvoya avec une facilité déconcertante la réplique sans cesser d'aborder son ravissant sourire narquois :

- Je vois ... Tu pourras me prêter les tiennes alors, au moins on sera deux à ressembler à des manchots.

- Humpf. La pensée arracha un petit rictus amusé à la Sinewyer, un sourire moqueur qui disparut dans la seconde même où il était apparu. Même dans ses pulls et ses sweats immondes, la Miss aurait toujours l'air aussi provocante. Plus que sa courte tenue, c'était son regard et son sourire qui étaient tentateurs. Car dans le fond, avec une silhouette aussi fine, il fallait être un peu timbré pour ne la désirer que pour les formes qui lui manquaient.
Comment rivaliser avec une Miss comme ça ? Non, Morgan ne t'abaisse pas à lui répondre c'est ce qu'elle veut. Et puis, tu vas pas t'envenimer dans un flot de paroles cyniques, c'est pas ton genre. Et puis en plus, je suis pas d'humeur. Elle va m'énerver encore plus et je vais vouloir la cogner et se faire cogner, c'est visiblement ce qu'elle cherche. Maintenant qu'elle avait eu deux aperçus des techniques de Morgan, il était à craindre qu'elle ne sache parer un nouvel assaut pour mieux y répliquer.
Alors que faire ? Rien... Si la Miss voulait jouer, qu'elle joue toute seule. Morgan avait déjà donné.
L'eurasienne conservait son air impassible, ne laissant rien transparaitre de la confusion qu'elle pouvait ressentir face à cette nouvelle plus qu'intriguante. Elle tira une dernière bouffée de sa clope puis l'écrasa entre ses doigts gelés par la froideur de l'air sans broncher, comme si elle ne ressentait pas la soudaine chaleur du mégot qui lui cramait le pouce. Dans le fond, Morgan était tellement habituée à éteindre ces clopes de cette façon qu'elle en était presque devenue insensible des doigts. Puis quand elle laissa tomber ce qui restait de sa cigarette au sol, elle rouvrit encore la bouche pour sortir, cash :

- Et tu m'expliques pourquoi je devrais te filer mes fringues ou pas ? Ou plus simplement pourquoi je devrais te filer un coup de main tout court ?

Elle lui aurait bien répliqué que ses fringues ne lui iraient pas, qu'elle aurait pu tirer au moment où elle l'avait immobilisée mais craignait que chacune de ses paroles ne soit retournée contre elle. On ne savait pas à quoi s'attendre avec cette fille. Alors dans le doute, elle pesait ses phrases, faisant l'économie de ses mots, évitant de lui tendre de nouveau le bâton pour se faire battre.
Et pourtant, elle sentait tout de même qu'elle était déjà dans la gueule du loup, refusant de fuir par fierté et refusant de la faire taire par méfiance. Coincée ma vieille, mais pas pour longtemps. Sors tes jolis crocs, la Miss et lâche-moi une nouvelle vague de cynisme, essaye de me retenir encore en me donnant de bonnes raisons de pas te planter sur place.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Sephy Hunter
Personne disparue

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2011
Messages: 93
Localisation: A l'Horizon.
Féminin Verseau (20jan-19fev)
Point(s) de réputation: 37

MessagePosté le: Mar 1 Fév 2011 - 22:18    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant

Les apparences pouvaient être à ce point trompeuses, brisant même les lois de la Physique ? Les habitants de Pseudo City ne devaient pas être plus forts que ceux de Mighan, vu que ces derniers sont beaucoup plus expérimentés. Je n'avais donc rien à craindre face à eux, malgré le fait que l'eurasienne semblait vouloir me dire l'inverse. J'ai survécu déjà tant de situations dramatiques, éliminé tant de boulets sur mon chemin ... J'étais prête à affronter mon destin.

Cette fille-là devait être unique en son genre, et c'est ce qui m'attirait encore plus. La curiosité dévorait mes pensées, m'empêchant de réfléchir à la manière de lui demander si elle connaissait le garçon que j'ai rencontré il y a quatre ans. Elle n'avait pas vraiment l'air de m'apprécier en plus, donc elle ne m'aurait surement pas aidé, même si je la suppliais à genoux ... Je décidais donc de ranger mes soupçons dans mes poches et de continuer cette conversation peu quotidienne. J'observais un rictus s'afficher sur le visage de mon interlocutrice, qui s'effaça plus rapidement qu'un éclair. Quelle lunatique, vraiment ... Que pouvait donc la faire sourire à ce point ? Ma plaisanterie lui plaisait, ou elle s'imaginait juste avec des fringues normales ? Inutile de me creuser les méninges, là-dessus, pensais-je. Mais qui était-elle donc ? Je devais absolument savoir d'où elle sortait ses qualités de combattante, et pourquoi elle ressemblait à ce point à ce mec ...

- Et tu m'expliques pourquoi je devrais te filer mes fringues ou pas ? Ou plus simplement pourquoi je devrais te filer un coup de main tout court ? me sortit-elle après avoir finit de fumer sa clope

Elle avait pas du comprendre ma moquerie. Je souriais, et la dévisageais arrogamment pendant quelques secondes avant de rétorquer:

- Mais parce que tu m'adores déjà ...

Je me demandais ce qu'elle allait répondre à une phrase pareille. Je ricanais, et continuais mon monologue douteux:

- Tu sais, t'es pas obligée de me filer tes fringues, je porte pas trop de XXXL en fait ... Mais ça serait franchement sympa si tu m'hébergeais pour un certain temps pour pas devoir ramasser mon joli cadavre devant ta porte quand je me ferais descendre par un des mecs du coin, récitait-je avec le plus angélique des sourire.
   
Revenir en haut
MSN
Morgan Livingston
Sinewyer

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 642
Localisation: Sur les toits
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Point(s) de réputation: 209

MessagePosté le: Mer 2 Fév 2011 - 20:47    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant



- Mais parce que tu m'adores déjà...

Soupir.
- C'est pas une réponse ça.

Mais en même qu'attendait vraiment Morgan ? Après tout, l'inconnue ne pouvait pas lui donner une réponse à une question qui n'en avait pas. Oui, elle n'avait tout simplement aucune raison de l'aider et c'était tout. C'était tout ce qu'il lui fallait. Elle n'avait pas besoin de plus pour tourner les talons et planter sur place cette insolente dont le regard lui prenait aux tripes.
Elle fit un pas, vers l'avant, écrasant son mégot pourtant déjà éteint sans rien dire d'autre, laissant la Miss continuer de déverser son flot de paroles arrogantes :

- Tu sais, t'es pas obligée de me filer tes fringues, je porte pas trop de XXXL en fait ... Mais ça serait franchement sympa si tu m'hébergeais pour un certain temps pour pas devoir ramasser mon joli cadavre devant ta porte quand je me ferais descendre par un des mecs du coin.

Ne pas répondre. Ne pas céder.
Et pourtant, Morgan ne pouvait se décider à faire demi-tour, à laisser ce bout de femme effronté, brave, mais qui risquait d'être quand même brisé sans son aide. Malgré toute l'impertinence dont elle faisait preuve, Morgan ne donnait pas cher de sa peau. Une partie d'elle-même, individualiste, blasée, s'en foutait totalement tandis que l'autre la suppliait de ne pas délaisser cette inconnue aussi curieuse qu'énervante.
Décidément, ma vieille, tu sais vraiment jamais ce que tu veux. Tu dois sans doute déjà l'adorer.
Mais il était absolument hors de question d'héberger qui que ce soit. Elle pouvait effectivement lui filer un coup de main mais jamais elle ne l'aurait accueilli sous son toit, elle qui ne donnait son adresse à personne, même pas au Chef. Et la seule personne qui avait jamais pénétré dans sa demeure l'avait fait en éclatant sa vitre et c'était bien parce qu'elle était elle-même sur le point de s'éclater les veines qu'elle lui avait permis de briser l'intimité de son antre.

- Bon allez suis-moi.

Ou essaye, parce que je vais pas te donner mon aide sans te faire morfler un peu.
Sans attendre une réponse elle se tourna sur le côté, fit quelques pas en arrière, puis s'élança droit vers le mur. Au dernier moment, elle bondit sur la brique de l'immeuble, prit appui sur celle-ci pour se retourner dans un saut et atteindre l'escalier de secours de l'immeuble d'en face, trop haut pour être atteint d'un simple bond. Accrochée à la rambarde elle passa une jambe, puis deux sur les marches en métal par-dessus la rambarde avant de monter quelques étages jusqu'à être arrivée assez haut pour pouvoir de nouveau sauter sur le toit du bâtiment de devant, plus bas. Elle se rattrapa d'une roulade et jeta un rapide coup d'œil pour voir si la Miss avait réussi à suivre. Au pire, si elle était vraiment nulle en acrobatie, elle avait bien du trouver une poubelle ou un truc du genre pour atteindre l'escalier.
Morgan avait sa petite idée de l'endroit où elle allait emmener la Miss. Ce n'était pas chez elle, biensûr, mais c'était un lieu relativement sûr dans lequel elle pourrait s'établir. Et en plus c'était sur son trajet du jour. Encore fallait-il que celle-ci tienne le rythme.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Sephy Hunter
Personne disparue

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2011
Messages: 93
Localisation: A l'Horizon.
Féminin Verseau (20jan-19fev)
Point(s) de réputation: 37

MessagePosté le: Ven 4 Fév 2011 - 21:01    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant


Mais à chaque seconde passée dans cet endroit minable, je ne pensais qu'à trouver la logique dans une connerie si grotesque. Enlever les enfants de leurs foyers chaleureux et les jeter dans cette jungle infestée de bêtes sauvages et de dangers de toute sorte. Les statuts sociales, leurs biens quelconques, leurs relations, tout ça ne comptait plus à Pseudo City. Ici, les plus forts étaient ceux qui persécutaient, et les plus faibles les persécutés. Il n'y avait aucune loi dans un endroit si souillé, chose absolument inacceptable. Le martyre incessant des personnes moins habiles au combat était un des sujets principaux des livres interdits qui sortaient perpétuellement, malgré les peines capitales généreusement distribuées par la Justice locale. J'en ai lu des tas de ces bouquins, comme les autres gosses de ma génération. Nous avons tous questionné nos parents pour nous raconter à quoi ressemble Pseudo City, mais personne n'a le droit de raconter quoique ce soit à propos la ville maudite. Mes parents étaient comme les caricatures de ces foutus politiciens haineux que l'on voit tout le temps à la télé. Pour eux, Pseudo City était l'immense tabou. Ils n'ont jamais rien dit à son sujet, mais je savais dès mon enfance que leur visage se transformait en gouffre interminable rien qu'en pensant à cette ville. A présent, je comprenais pourquoi.

We're human, we reason, we're breathing,
Protecting the living and dying, surviving,
We're trying to breathe in safety,
Come home safely 

Pseudo City chute depuis son début, car les gosses sont de plus en plus préparés à affronter d'autres gangs, grâce aux ragots qui survolent souvent le sujet. La ville devient exactement ce qu'elle était sensée éviter. Une guerre sempiternelle, un rassemblement de personnes haineuses et effrayés décidées à s'entretuer. Les humains ne venaient ici que pour, soit mourir écrasé par la majestueuse promesse de Mighan, soit simplement perdre dix des plus précieuses années de nos vie. Les années sensées être les plus douces, les plus insouciantes. Elles se sont transformé en cauchemar, en une décennie que chacun de nous essaie de surmonter le plus promptement possible.
    
We cry out, we're fighting, it's warfare, we're dying,
Believing we're winning, it's ending, we're singing,
It's already done, we've overcome

La jeune eurasienne daigna enfin de me répondre, sans bien sûr me laisser le temps de lui présenter mes moyens financiers. Elle devait surement penser que je souhaitais loger chez elle gratuitement ... Chose qui, je ne le cache pas, me ressemblait beaucoup:

- Bon allez suis-moi.

A ce moment-là, elle se retourna et s'élança droit vers le mur. Elle avait l'air super amusée de me montrer ses acrobaties sur le mur. J'avais un peu de mal à croire qu'une fille si forte pouvait sauter si haut. Elle était Dieu Tout-Puissant ou un truc du genre ? Je bondissais sur la brique qui dépassait, et imitait les gestes de l'eurasienne pour enfin atteindre l'escalier de secours. Pour l'instant, rien de bien difficile. Je courais le plus rapidement possible pour enfin glisser d'une gouttière et retomber sur le toit d'un autre bâtiment, suivant les pas de la jeune mégalomane. Je n'étais pas spécialement connue pour ma force surhumaine, mais j'avais gagné pas mal d'agilité avec mes courses incessantes avec les divers marchands de Mighan ... Je guettais du regard les décisions de la Sinewyer avant de lui demander en criant:

- Tu m'emmènes déjà chez toi ? Sans même savoir ce que j'ai à t'offrir en échange ?
Revenir en haut
MSN
Morgan Livingston
Sinewyer

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 642
Localisation: Sur les toits
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Point(s) de réputation: 209

MessagePosté le: Dim 6 Fév 2011 - 01:55    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant

La Miss était tenace. Biensûr. Ce n'était pas en quelques acrobaties que Morgan allait pouvoir s'en débarrasser. Et puis de toutes façons, Morgan ne comptait plus vraiment se débarrasser de la demoiselle. Peut-être qu'au final, elle commençait déjà à secrètement l'apprécier.
Elle fut presque surprise en tournant la tête de ne pas tomber nez-à-nez avec l'intrépide nouvelle, cette dernière se trouvant toujours sur les escaliers.

- Tu m'emmènes déjà chez toi ? Sans même savoir ce que j'ai à t'offrir en échange ?
Lui cria-t-elle.
Parce qu'elle comptait vraiment lui donner quelque chose en échange de son aide ? Morgan ne put s'empêcher d'hausser un sourcil, franchement étonnée, et s'arrêta net pour passer ses mains dans ses poches, curieuse de savoir ce que ce bout de femme avait précisément en tête. Étant dos à la Miss, elle s'autorisa un sourire amusé. Quelle offre tordue allait-elle lui sortir celle-là ? De l'argent ? Avec son air de débraillée, elle n'avait pas du tout l'air d'une gosse de riche. Et puis, des gosses de riche qui maniaient les armes à feu et couraient sur les toits, elle n'en connaissait pas des masses. De plus, Morgan n'avait que faire du fric. Bien entendu elle ne crachait pas dessus, mais à choisir, ça lui ferait mal au cœur de dépouiller une nouvelle qui en aurait besoin en échange d'un service qui, au final, ne lui aurait absolument rien couté. Alors quoi d'autre ?
Il y avait des chances non négligeables que cette soi-disant offre ne soit qu'une nouvelle ruse de sa part, une nouvelle provocation déguisée qu'elle s'apprêtait à lui balancer à la figure. Mais l'eurasienne prit le risque tout de même de s'engager à nouveau dans une conversation qui pourrait bien la mener à se trahir de nouveau. Elle se retourna vers la nouvelle, toujours perchée sur les escaliers de secours avant de lui répondre en haussant d'un ton pour qu'elle l'entende malgré la distance qui les séparait.

- Tu sautes ou t'as peur du vide ? Viens par là si tu veux me parler !
En effet, elle n'aimait pas tellement s'époumoner pour rien.
Elle attendit que cette dernière s'exécute pour continuer, très calmement avec une pointe de cynisme dans la voix :
- Rêve pas, je vais juste te montrer un endroit où tu pourras crécher tranquille. J'pense pas que tu aies quelque chose qui m'intéresse mais dans le doute tu peux toujours essayer de me faire ta proposition.
Puis une lueur s'alluma dans les yeux noisettes de la Sinewyeuse qui se remit à examiner son interlocutrice, d'un air bien pensif. Un sourire malicieux s'était dessiné sur les lèvres de la runneuse, indiquant qu'elle venait tout juste d'avoir une idée. Oh oui, si la Miss insistait, elle avait maintenant trouvé la façon idéale dont elle pourrait la rémunérer en échange de sa petite visite guidée dans le charmant quartier de l'Ouest. Mais Morgan resta silencieuse, préférant marquer un temps de suspens en se doutant que la demoiselle devinerait bien qu'elle avait des projets pour elle.
La nouvelle aux yeux noirs avait maintenant définitivement éveillé la curiosité de Morgan et qu'elle soit sérieuse ou pas au sujet de son offre, Morgan était maintenant bien déterminée à lui demander un autre service de sa part.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Sephy Hunter
Personne disparue

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2011
Messages: 93
Localisation: A l'Horizon.
Féminin Verseau (20jan-19fev)
Point(s) de réputation: 37

MessagePosté le: Mar 8 Fév 2011 - 19:29    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant

Sur ces paroles, elle se retourna vers moi et me cria:

- Tu sautes ou t'as peur du vide ? Viens par là si tu veux me parler !

Peur du vide ? Je ricanais en examinant la réelle distance qui nous séparait du sol. Normalement, j'aurais dit qu'elle avait beaucoup d'audace pour me sortir un truc pareil à la figure, alors que je venais de lui montrer mes merveilleuses acrobaties. Mais malgré le fait que l'on ne se connaissait depuis pas plus de quelques dizaines de minutes, je reconnaissais déjà un air familier dans sa voix ... Elle n'était pas tout à fait gentille (du genre Mère Teresa qui me demanderait de s'occuper des gamins pauvres avec elle), mais j'entendais une certaine sympathie dans ces syllabes presque poétiques. D'un autre côté, le vent soufflait si fort à ce moment-là, que ça ne m'étonnerait pas que je sois devenue juste un peu cinglée. Malgré ma dose immense de cheveux sombres dans le visage, je distinguais sa silhouette bien mieux qu'avant. Le vent dessinait si bien son anatomie, qu'on l'aurait presque prise pour l'archétype de la justicière puissante et agile. Je ne pouvais décidément pas l'accuser d'avoir peu de charme.

Sa tactique était franchement facile à deviner. Voulant à tout prix me rabaisser, elle décida de tester mes autres compétences. Toutefois, c'était plutôt raté, vu que ce qu'elle avait choisit était justement un de mes point positifs. Bien sûr, je n'étais pas une cascadeuse particulière, mais j'adorais ça, et je ne faisais presque que ça depuis l'année dernière. Je sentais sa déception, - malgré le fait qu'elle essaie de la cacher à tout prix -, et ça me réjouissait. Je soupirais longuement, avant d'effectuer un des sauts les plus homériques de mon existence. Ça n'avait pas trop l'air de surprendre la Sinewyer qui me lança:

- Rêve pas, je vais juste te montrer un endroit où tu pourras crécher tranquille. J'pense pas que tu aies quelque chose qui m'intéresse mais dans le doute tu peux toujours essayer de me faire ta proposition.

Ce n'était forcément pas étonnant de sa part. En même temps, j'aurais fait la même chose à sa place. Un rire narquois s'échappa de mes lèvres lorsque j'entendis ses derniers mots. Elle devait penser que j'étais une de ces gamines paumées qui squattent le centre-ville pour dépouiller les gens. Zut, c'était que j'étais devenue ... Une chose était pourtant abasourdissante: le paquet de billets que je tenais au chaud dans la poche cachée de mon sac était intact. D'habitude nous pensons que cette masse d'argent que trimballe une ado pas très costaud, dans la poche cachée d'un sac pas très protégé, dans une ville remplie de bandits en toute sorte doit être volé, quoiqu'il arrive. Pourtant, j'étais la preuve vivante du contraire !

- Proposes-moi une somme, et je verrais ce que je peux faire.

Le silence de la Livingstone était pourtant étrangement lourd. Je fixais ses yeux d'encre, tentant de pêcher quelques précieuses informations sur la raison de ce vide. Mais je ne voyais rien. Logiquement, après avoir testé ma force et mon agilité, elle continuerait avec une autre idée tordue. Et pourtant, je n'arrivais pas à cerner de quoi il s'agissait. Voulait-elle que je me batte avec elle, ici et maintenant ? Non, ça ne pouvait pas être ça ... Quoiqu'il y avait dans la tête de la fille stoïque, cela commençait à sérieusement m'inquiéter.
  
Revenir en haut
MSN
Morgan Livingston
Sinewyer

Hors ligne

Inscrit le: 17 Jan 2010
Messages: 642
Localisation: Sur les toits
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq
Point(s) de réputation: 209

MessagePosté le: Jeu 10 Fév 2011 - 00:07    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant

Ce fut avec une facilité déconcertante que la nouvelle franchit le vide qui les séparait à l'aide d'un bond majestueux, démontrant une nouvelle fois son agilité et son aisance sur les toits. Quand elle la vit décoller de la rambarde avec grâce, Morgan réalisa tout de suite qu'elle était familière avec l'art de la course. Ceci dit, elle préféra ne pas s'emballer, se disant que peut-être que la Miss bluffait. La chance du débutant ? Ou bien le vent violent qui soufflait désormais sur la ville lui avait permis de s'envoler telle une plume au-dessus du vide. Il fallait dire qu'elle n'avait pas l'air bien lourde. Mais qui était-elle, Morgan l'eurasienne fine comme une allumette pour se permettre de critiquer une autre gosse pas plus squelettique qu'elle ?

La Sinewyeuse s'attendait à une remarque cynique, cinglante de la part de la demoiselle, mais cette dernière, à sa grande surprise, se contenta de lui répliquer très simplement :

- Proposes-moi une somme, et je verrais ce que je peux faire.


Une moue mi-amusée, mi-étonnée apparut sur le visage de l'eurasienne. Alors, comme ça elle avait vraiment espéré la payer ? Comme c'était mignon. Est-ce qu'elle avait vraiment de quoi se payer les services de Morgan en plus ? C'était pas pour dire, mais avec sa réputation de meilleure runneuse de la ville, les tarifs de la Sinewyeuse étaient plutôt élevés, surtout qu'en bonne asiatique, Morgan avait le sens des affaires et en particulier celui des négociations. Et Morgan faisait toujours payer le prix fort à ceux qui pouvaient se le permettre.
Et elle ne comptait pas négocier son aide en argent, oh que non. Mais elle n'ouvrit pas la bouche, se contentant toujours de détailler la Miss, l'air profondément absorbé. Son regard était clairement devenu inquisiteur et ne se contentait plus d'examiner la demoiselle par curiosité. Non, elle la disséquait du regard, littéralement (Dan-style literallyyyy !), étudiant chaque détail de la nouvelle en notant chaque information, chaque atout et chaque défaut qu'elle pouvait deviner du physique de la demoiselle, commençant à élaborer une esquisse de plan pour l'intégrer à son dernier projet du moment. Puis quand elle décida qu'elle avait trop profité de ce moment de silence tendu, elle releva la tête et replongea ses yeux bruns dans ceux de son objet d'étude pour y apercevoir une lueur de curiosité :

- Je suis pas intéressée par ton fric.
Daigna-t-elle enfin répondre en conservant cet air froid qui la caractérisait. Mais il y avait désormais quelque chose dans sa voix, dans le petit sourire dessiné sur ses lèvres, dans son corps entier qui indiquait que cette fois-ci, la miss avait réellement attiré l'intention de la Sinewyeuse et que cette dernière ne comptait plus la laisser filer... Pour le meilleur comme pour le pire.
L'eurasienne fit un pas en direction de son interlocutrice et pointa du doigt le flingue qu'elle avait entre les mains avant de reprendre :

- Dis, tu sais les utiliser ? Tu saurais capable de désarmer un mec qui fasse deux têtes de plus que toi ?
Petit silence. Légère hésitation sur les mots à utiliser. Un choix fut pris et le sourire sur ses lèvres s'étira un peu, se voulant encore plus sournois, inquiétant qu'il ne l'était déjà. T'as déjà tué quelqu'un avec ça ? Le ton de sa voix assuré et d'un calme si glacial qu'il en était déstabilisant indiquait que, malgré les apparences, elle ne plaisantait pas.
_________________


Dernière édition par Morgan Livingston le Sam 12 Fév 2011 - 21:31; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Sephy Hunter
Personne disparue

Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2011
Messages: 93
Localisation: A l'Horizon.
Féminin Verseau (20jan-19fev)
Point(s) de réputation: 37

MessagePosté le: Ven 11 Fév 2011 - 22:20    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre] Répondre en citant

- Je suis pas intéressée par ton fric, répondit-elle enfin.

Je ne cachais pas ma déception. Est-ce que tout Pseudo City haïssait les billets ? Au moins, j'aurais de quoi me payer ma poudre de vie, pensais-je instinctivement. Il m'en restait à peine quelques sachets. Si jamais elle manquait ... Je fermais les yeux et serrais les dents. Je ne préférais pas m'imaginer la réaction d'une junkie de mon espèce au manque de poudre de vie. Dès que j'aurais où loger, il faudra que je me trouve un bon dealer. Les dealers sont aussi les meilleurs informateurs, qui connaissent forcément la majorité des individus logeant dans leur quartier. Je tenais à Le retrouver le plus rapidement possible, c'est pourquoi j'aurais surement besoin des informations que détiennent ces petits malins. Le regard de l'adolescente commençait doucement à me gêner. Il n'arrêtait pas de voyager sur la totalité de mon corps, comme si j'étais franchement son genre. Je riais, et lui demandais sèchement:

- Tu préfèrerais un autre genre de service ?

Je lui lançais un regard provocateur, pas forcément sensuel. A quel jeu dangereux est-ce que je jouais encore ? Ces phrases maléfiques sortaient toutes seules de ma bouche (sensée être au départ un distributeur de poésie). Visiblement, le génie de l'ironie me maltraitait. Et j'adorais ça. La fille pointa du doigt Genesis avant de me questionner:

- Dis, tu sais les utiliser ? Tu saurais capable de désarmer un mec qui fasse deux fois ta tête ?

J'éclatais de rire, et plantais mon regard dans le sien.

- Si je sais les utiliser ? Je m'approchais d'elle de façon à être près de sa joue droite, et chuchotais doucement. Tu ne trouveras pas meilleure tireuse que moi.

Les lèvres de mon interlocutrice formèrent maintenant un sourire plutôt malsain. Son visage avait changé, elle allait surement me sortir un truc bien flippant.

- T'as déjà tué quelqu'un avec ça ?

Un frisson parcouru mon corps entier, provoquant une blancheur soudaine sur la totalité de mon visage. Mon sourire carnassier s'effaça de mon visage, mon regard s'immobilisa. Je serrais les poings, médusée. Elle venait de trouver mon point faible ... si rapidement ? Non, c'était impossible ! Je devais me reprendre, effacer cette image obscure de mon crâne !

-
 
- Soit tu paies, soit tu te casses.
    
Il alluma sa clope, - malgré la pluie battante qui accompagnait notre chaleureuse conversation -, et me fixa pendant quelques secondes en silence. Il était doté d'un regard singulièrement attirant. Je me dépêchais d'observer un autre détail du parc pour ne surtout pas avoir à faire avec ses yeux perçants. Je l'ai rencontré hier, ce mec, mais un malade m'a volé mon sac alors que je rentrais chez Will. J'en avais pas pris de toute la journée, et mon visage commençait doucement à perdre sa beauté. Les spasmes avaient déjà commencé. Je ne me contrôlais plus. Même ma vue était détériorée. Il était l'unique dealer qui vendait de la poudre de vie par ici. Le quartier était envahis par les flics, donc peu de gens osaient réellement faire des trucs dangereux. Mais je m'en foutais. Je devais avoir ma poudre, et cela maintenant. Après l'avoir supplié pendant tout ce temps, je décidais d'agir. J'attrapais Genesis avec une main aussi tremblante que cette horreur de gelée que les connards du genre de Terry avaient l'habitude de bouffer, s'en tapant complètement du fait qu'ils avalent le cadavre de quelqu'un. Je le pointais dans sa direction, effrayée mais affichant une expression stoïque.
 

- Donnes-la moi, maintenant.
 

J'ai cru voir un choc s'afficher dans ses merveilleux yeux pendant quelques secondes, mais en fait, ce n'était qu'un mirage. Il éclata de rire. Un rire qui m'exaspérait et m'apeurait en même temps. Je pointais mon flingue sur lui, prête à le buter, et le mec se marrait ? Il était malade ou quoi ?

- Quoi, tu vas me buter ?

Il avait l'air franchement enjoué. Mon t-shirt se collait à ma peau. Génial. Grâce à cette putain de pluie, j'offrais à ce connard la vue de mon soutien-gorge. Rien de plus pratique lorsqu'on veut avoir l'air dangereux à quinze ans. Je rougissais, sans pour autant détourner le regard (ce qui était franchement difficile) de lui.

- Passes moi la poudre et on oublie ce qui s'est passé.

Mais il continuait de rire.

- Casses-toi, gamine.

Il se retourna, prêt à partir. Je n'avais pas du tout prévu de tirer à ce moment là. Mes doigts ont agit tous seuls. Et, après, c'était trop tard. Le mec tomba sur le sol mouillé, avec une immense trace rouge sur la chemise. Je l'avais tué.

-
    
Je levais les yeux vers elle, affichant un regard glacial qui ne me ressemblait pas du tout.

- T'as des tendances suicidaires pour me demander ça ?

Mais en une unique seconde, mon visage se transforma, et j'affichais de nouveau le regard sarcastique et séducteur que j'avais l'habitude d'arborer.

- Ou tu veux juste que je t'apprennes à tirer ?
 
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:27    Sujet du message: Somewhere I Belong [Libre]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Pseudo City Index du Forum -> Quartiers ouest -> Quartiers ouest Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Thème actuel: Decadent city (v2.0)
Thème original: Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com